Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

À L’ÉCOUTE!

Le gouvernement canadien a la responsabilité de protéger les droits de sept millions d’enfants. S’acquitte-t-il vraiment de son obligation?

Les 26 et 27 septembre 2012, à Genève, en Suisse, le gouvernement canadien a fait part aux Nations Unies de ses efforts visant à améliorer le bien-être des enfants et des jeunes au pays. 

Restez à l’écoute concernant les enjeux relatifs aux droits de l’enfant!

Soyez à l’écoute – et assurez-vous que les intérêts en jeu sont clairement entendus.

Utilisez les médias sociaux pour passer le mot

Les échanges entre le gouvernement canadien et les Nations Unies sur les droits de l’enfant.

Les 26 et 27 septembre 2012, à Genève, en Suisse, le gouvernement canadien a fait part aux Nations Unies de ses efforts visant à améliorer le bien-être des enfants et des jeunes au pays.

Lorsqu’il a ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies (la Convention) en 1991, le Canada a accepté d’assurer les droits fondamentaux de tous les jeunes, soit le droit de survivre et d’être protégés, et de bénéficier des conditions nécessaires au plein développement de leur potentiel.

La présentation, tous les cinq ans, d’un rapport sur les progrès réalisés en faveur des enfants fait partie de l’engagement de chaque pays ayant ratifié la Convention. Pour la première fois, la discussion entre les représentants du gouvernement et le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies a été diffusée en ligne afin que la population canadienne puisse suivre les débats en direct. Pour suivre les échanges enregistrés préalablement, cliquez ici (en anglais seulement).

Après les échanges – Observations finales concernant le Canada (recommandations)

À la suite des échanges, le gouvernement canadien a reçu des Observations finales (recommandations - en anglais seulement) sur les mesures de suivi à prendre pour s’acquitter de ses obligations. Les Nations Unies ne peuvent pas contraindre un gouvernement à agir, mais les Observations finales peuvent susciter un débat public et une campagne de sensibilisation sur les moyens à prendre afin d’améliorer la situation des enfants et des jeunes, et influencer les décisions ainsi que les actions gouvernementales. Le Canada a réalisé des progrès, mais certains problèmes importants persistent et nécessitent la mise en œuvre de mesures visant à améliorer les conditions dans lesquelles grandissent nos enfants.

Restez à l’écoute concernant les enjeux relatifs aux droits de l’enfant!

Si vous croyez que chaque enfant canadien a le droit de s’épanouir, aidez-nous à passer le mot et demandez à votre député ou députée d’agir à la lumière des recommandations présentes dans les Observations finales publiées.

Faites-nous part de votre opinion!

Le Canada doit prendre des mesures dans de nombreux domaines afin de faire progresser le respect des droits de l’enfant. Selon vous, quelles seraient les priorités? Consultez les Observations finales, puis envoyez-nous vos commentaires à defensedesdroits@unicef.ca

Passez le mot!   

Participez au débat et utilisez les médias sociaux pour mieux vous faire entendre. Visitez notre page Les médias sociaux – À l’écoute! pour passer à l’action.    

Envoyez un courriel à votre député ou députée  

Dites à votre député ou députée ce que vous aimeriez qu’il ou elle fasse pour améliorer la situation des enfants et des jeunes au Canada.

Nous avons simplifié pour vous l’envoi d’un courriel à votre député ou députée. Demandez-lui :

  1. ce qu’il ou elle compte faire pour faire progresser les droits fondamentaux de l’enfant à la suite de l’examen par les Nations Unies du rapport du Canada relatif à la mise en œuvre de la Convention;
  2. de veiller à ce que le gouvernement développe un plan d’action en faveur des droits de l’enfant d’ici le 20 novembre 2013;
  3. de demander au gouvernement de présenter au Parlement un rapport sur les progrès réalisés, et ce, chaque année.