Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’hiver représente la nouvelle crise à laquelle doivent faire face les familles qui reviennent à Homs, une ville meurtrie par le conflit

Par Mark Choonoo

Spécialiste des situations d’urgence de l’UNICEF, Mark Choonoo a récemment travaillé à Homs. Il décrit la situation ainsi que les répercussions qu’engendrent le conflit et les conditions hivernales sur les enfants et sur leur famille. 

 

Homs a été le théâtre de certains des combats les plus violents qui ont secoué la Syrie en 22 mois de conflit, et qui ont provoqué le déplacement de centaines de milliers de personnes. 
 
Alors que certaines parties de la ville ont été épargnées par les combats et que la vie semble suivre son cours normal, d’autres zones portent des traces manifestes d’intenses batailles : immeubles criblés de balles et de trous d’obus, fenêtres brisées et tas de décombres. De ce que j’ai pu voir dans la banlieue de Baba Amr, je dirais que près de deux tiers des bâtiments ont été endommagés, tandis que d’autres se sont complètement effondrés. 
 
Il y a pourtant encore des signes de vie dans cette zone ravagée par la guerre. 
 
Baba Amr est maintenant relativement calme. Quelques familles y retournent, s’efforçant de rebâtir leur vie. Au loin, on entend toutefois encore des explosions et des coups de feu. De plus, les conditions hivernales rigoureuses viennent aggraver la situation, qui est déjà difficile.
 
Il fait terriblement froid. La nuit, les températures descendent en dessous de zéro degré Celsius. J’ai rencontré de nombreux enfants portant seulement des vêtements légers et des sandales, ou des bas, sans chaussures. Tous ceux à qui j’ai parlé se plaignaient d’avoir froid. Beaucoup se disaient tristes parce leurs amis étaient partis et n’étaient pas revenus. Malgré tout cela, ils semblaient quand même heureux d’être chez eux. 
 
De nombreuses familles vivent dans des conditions très précaires, bouchant les fenêtres et les portes brisées avec des toiles de plastique, et dormant à même le sol de ciment ou sur de minces matelas. Il y a très peu de chauffage et le diesel fait cruellement défaut. Les gens font du mieux qu’ils peuvent, mais il fait tellement froid, surtout la nuit. 
 
D’autres familles ont trouvé refuge dans des abris collectifs dont certains sont soutenus par des hommes d’affaires de la région. 
 
J’ai visité un centre de santé local qui a été détruit et qui est aujourd’hui désaffecté. Cette clinique n’est qu’un exemple des lacunes importantes qu’ont laissées la destruction d’installations communautaires essentielles pour les familles qui sont maintenant de retour, par exemple pour les personnes souffrant de maladies chroniques et les enfants ayant besoin de soins de santé. 
 
Les fournitures médicales sont rares et de nombreux professionnels de la santé ont quitté la région, entraînant une pénurie de personnel qualifié. 
 
Le besoin le plus urgent à Homs consiste à protéger la population contre les températures hivernales. Partout au pays, quatre millions de personnes touchées par le conflit, dont près de la moitié sont des enfants, ont un besoin criant d’aide humanitaire et de fournitures, afin de se garder au chaud et d’être en sécurité. 
 
En raison du froid hivernal qui sévit à Homs et des mauvaises conditions de logement, le  nombre de personnes malades, surtout des enfants, ne fera qu’augmenter. 
 
Aidez-nous à fournir une aide essentielle aux enfants en faisant un don dès aujourd’hui et en participant à la campagne mondiale sur les médias sociaux de l’UNICEF. 
Catégories :
Mots-clés populaires :
Région géographique :