Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF et le Canada : sur le point d’éradiquer la poliomyélite

Par Peter Crowley, spécialiste de la lutte contre la poliomyélite, UNICEF

L’un des pires incidents de poliomyélite jamais enregistrés dans le monde, exprimé en pourcentage de personnes à risque qui sont devenues infectées, s’est produit à Chesterfield Inlet, au Nunavut.

La poliomyélite a fait son entrée au Canada en 1949, à Churchill, au Manitoba, la principale ville portuaire arctique sur la baie d’Hudson. Le virus s’est propagé dans les communautés nordiques et, sur les 275 personnes à risque d’infection dans la petite ville, 50 pour cent ont développé la maladie, douze pour cent sont devenues paralysées, et cinq pour cent sont décédées.

Une épidémie de poliomyélite de cette ampleur est pratiquement impossible aujourd’hui au Canada. Après un nombre record de 76 000 cas de paralysie liée à la poliomyélite signalés dans l’hémisphère occidental en 1955, la maladie a été complètement éradiquée de la région en 1991. Cette éradication a été rendue possible grâce à l’utilisation d’un vaccin peu coûteux et facile à administrer, et grâce à la vaccination systématique contre la poliomyélite.

Dans le monde, cependant, de nombreux enfants risquent encore de contracter cette maladie.

La poliomyélite est en effet toujours endémique au Nigeria, au Pakistan et en Afghanistan; le virus continue donc de circuler, mettant la vie des enfants les plus pauvres et les plus vulnérables du monde en danger. En Syrie, en Iraq et en Somalie, les conflits ont empêché certains enfants d’être vaccinés, et le virus de la poliomyélite continue d’infecter et d’invalider les enfants. Dans d’autres pays, il existe des communautés qui n’acceptent pas les vaccins ou n’en comprennent pas les bienfaits, ce qui donne lieu à de faibles taux de vaccination systématique et à la propagation de la maladie.

Il y a près de trois décennies, les gouvernements et les chefs de file mondiaux en matière de santé, dont l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé et Rotary International, ont créé l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, un partenariat public-privé mis sur pied dans le but de parvenir à un monde exempt de poliomyélite.

Le gouvernement du Canada a apporté un soutien indéfectible à l’initiative, donnant lieu à d’immenses progrès pour la santé des enfants. Au cours des 30 dernières années, le nombre de cas de poliomyélite à l’échelle mondiale a diminué de 99 pour cent, passant de plus de 350 000 cas par année à quelque 300 cas. Plus tôt cette année, l’Inde, qui avait auparavant enregistré 200 000 cas de paralysie par année et qui a avait été considérée comme le pays où la poliomyélite serait la plus difficile à éradiquer, a été certifiée exempte de cette maladie.

Le Canada appuie également le courage des travailleuses et des travailleurs de la santé qui risquent leur vie en premières lignes, en vaccinant les enfants dans des régions où règne l’insécurité et en bravant les communautés qui ne croient pas en l’innocuité du vaccin.

Les mécanismes existent actuellement pour intervenir plus rapidement et de façon plus efficace que jamais auparavant lors d’épidémies de poliomyélite; nous avons la preuve que le virus s’affaiblit et que les efforts vont bon train pour intensifier la vaccination systématique dans les pays où se trouvent les systèmes de santé les plus défaillants du monde.

Outre ces formidables réalisations, les investissements canadiens dans l’éradication de la poliomyélite ont apporté d’importants avantages pour la santé des nouveau-nés et des enfants. L’UNICEF et ses partenaires peuvent clairement démontrer aux autres gouvernements et au secteur privé en quoi la vaccination transforme la vie des femmes et des enfants; combien ces investissements sont essentiels pour mettre un terme aux décès évitables et sauver des vies; et en quoi cela contribue à la croissance et au développement des pays.

Mais ces remarquables progrès augmentent aussi l’urgence d’agir maintenant et de saisir l’occasion d’arrêter toute transmission de la poliomyélite avant que des pays deviennent à nouveau infectés.

Il y a un an, les dirigeants se sont réunis à Abu Dhabi dans le cadre du sommet mondial sur les vaccins, où un plan complet de six ans a été mis en place pour parvenir à l’éradication de la poliomyélite d’ici 2018. Cette fois encore, le Canada a démontré son rôle de chef de file avec un investissement pluriannuel pour l’élan final qui permettra de mettre un terme une fois pour toutes à cette maladie.

Lors du sommet du Premier ministre sur la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants qui aura lieu le mois prochain, le Canada sera bien placé pour corroborer son appui indéfectible aux personnes les plus vulnérables et pour utiliser son esprit d’initiative afin d’influencer et d’encourager les autres gouvernements à investir dans des programmes visant à améliorer la santé des enfants et à éradiquer la poliomyélite.

Nous sommes sur le point de réaliser un exploit historique pour la santé des enfants à l’échelle mondiale.