Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’anniversaire du séisme met en lumière la nécessité de mettre en place des systèmes de base pour les enfants en Haïti

2011-01-05

Genève/Port-au-Prince/Montréal, le 7 janvier 2011 - Selon l’UNICEF, un an après le séisme dévastateur du 12 janvier qui a bouleversé leur vie déjà fragile, les quatre millions d’enfants en Haïti continuent de souffrir d’inégalités en ce qui concerne l’accès aux services essentiels tels que les sources d’approvisionnement en eau, l’assainissement, les soins de santé, l’éducation, ainsi que la protection contre les maladies, l’exploitation et les mauvaises conditions d’hygiène.

À l’heure actuelle, plus d’un million de personnes, dont environ 380 000 enfants, vivent toujours dans des camps surpeuplés. Les efforts déployés par les habitants et habitantes d’Haïti et par la communauté internationale en matière de secours et de reconstruction ont été extraordinaires, y compris le soutien du Canada, qui se classe dans les 10 plus grands donateurs de l’UNICEF lorsqu’il est question de la situation d’urgence en Haïti.

Pourtant, l’institution des Nations Unies chargée des enfants fait remarquer dans son rapport Les enfants d’Haïti, un an après – Des secours à la reconstruction : un long parcours, publié aujourd’hui pour souligner le triste anniversaire du tremblement de terre, que le processus de reconstruction ne fait que commencer.

« Ce sont surtout les enfants qui ont souffert et qui continuent de souffrir énormément en raison des crises qui se sont succédé en 2010, et leurs droits ne sont pas toujours pleinement respectés, notamment leur droit à la survie, à la santé, à l’éducation et à la protection », a affirmé madame Françoise Gruloos-Ackermans, représentante de l’UNICEF en Haïti.

« Haïti connaît des problèmes institutionnels et systémiques monumentaux, qui datent d’avant le séisme, et il faudra plus qu’une intervention d’urgence pour les résoudre. C’est pourquoi il est nécessaire pour des organismes comme l’UNICEF d’élaborer et de renforcer les interventions structurelles qui permettront de préparer convenablement le pays et sa population pour l’avenir », a-t-elle ajouté.

Madame Nancy Radford, spécialiste des communications à UNICEF Québec, est récemment allée en Haïti afin de voir les progrès réalisés par l’UNICEF sur le terrain et d’en apprendre davantage sur les défis que devront relever les enfants dans ce pays. « Les gens d’ici doivent maintenir leur soutien envers Haïti afin de générer la volonté politique nécessaire de changer les choses, a affirmé madame Nancy Radford. Les gens d’ici ont été extrêmement généreux et continuent de l’être en faveur des enfants en Haïti. C’est avec la contribution des donatrices et donateurs d’ici et d’ailleurs que nous reconstruirons à long terme; ensemble, avec un fort leadership haïtien, nous pouvons travailler avec la population haïtienne pour construire une nation où les enfants ont la possibilité d’avoir un avenir prometteur. »

Pour relever les défis que posent les crises humanitaires successives, il est nécessaire de s’engager et d’investir dans des solutions durables pour la population haïtienne. L’eau, l’assainissement et l’hygiène étaient déjà en déclin avant le 12 janvier; seulement 19 pour cent de la population avait accès à des installations sanitaires de base en 2006, comparativement à 29 pour cent en 1990.

C’est pourquoi l’UNICEF a fourni plus de 11 300 latrines dont on bénéficié plus de 800 000 personnes. Chaque jour, on procède au curage de plus de 600 latrines dans le cadre des efforts entrepris par l’UNICEF pour maintenir un niveau d’assainissement sûr. Même si des problèmes demeurent en matière d’eau et d’assainissement, l’UNICEF contribue à mettre en place des solutions durables, comme investir dans des systèmes de canalisation, en se concentrant sur un assainissement pris en charge par les communautés.

Tout de suite après le séisme, l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires ont mené des campagnes de vaccination d’urgence, afin de vacciner quelque 2 millions d’enfants contre des maladies évitables comme la polio, la diphtérie et la rougeole. La distribution de 360 000 moustiquaires pour le lit imprégnées d’insecticide a permis de protéger plus de 163 000 ménages dans les régions côtières du sud où le paludisme est endémique.

Au plus fort des interventions d’urgence, l’UNICEF et ses partenaires faisaient parvenir quotidiennement, par camion, une moyenne de 8,3 millions de litres d’eau potable à environ 680 000 personnes. Compte tenu de l’épidémie de choléra actuelle, l’UNICEF fournit plus de 10,9 de tonnes de chlore et quelque 45 millions de comprimés de purification de l’eau afin que plus de 3 millions de personnes puissent avoir de l’eau potable dans la capitale et les villes avoisinantes.

Le Groupe de travail inter-institutions pour la protection de l’enfance, que dirige l’UNICEF, a permis d’enregistrer les enfants qui avaient été séparés de leur famille et de les aider à la retrouver. Il a collaboré avec des partenaires nationaux et internationaux pour mettre en place 369 espaces amis des enfants dont ont bénéficié près de 95 000 enfants dans toutes les zones touchées par le séisme. L’UNICEF a aussi lancé des activités de prévention et de riposte à la violence sexiste et, plus important encore, au trafic d’enfants. À ce jour, de surcroît, 4 948 enfants ont été enregistrés et 1 265 d’entre eux ont retrouvé leur famille.

L’UNICEF et ses partenaires ont aidé à mettre des écoles sur pied, à acheter des tentes et du matériel pédagogique et ont procuré des ressources pour que 720 000 enfants puissent reprendre les cours et dans certains cas, aller à l’école pour la première fois. Malgré cela, plus de la moitié des enfants en Haïti ne sont pas scolarisés et la construction d’écoles continue de se heurter à des obstacles comme l’enlèvement des débris ou les problèmes de propriété foncière.

Le séisme a mis en évidence les profonds problèmes structurels auxquels font face les enfants en Haïti, notamment la malnutrition chronique qui touche un enfant de moins de cinq ans sur trois. L’UNICEF a collaboré avec des partenaires pour fournir des suppléments nutritionnels qui répondent aux besoins particuliers des bébés et de leurs mères. Dès le milieu de l’année, un réseau de 107 tentes amies des bébés était pleinement opérationnel. Il fournissait des conseils sur la nutrition aux enfants et aux mères, qui y trouvaient un espace sûr où allaiter. À ce jour, plus de 102 000 enfants et 48 900 mères qui ont reçu des conseils et des renseignements sur la nutrition ont bénéficié de ces services.

« Nous avons obtenu des résultats au cours de la dernière année, mais des lacunes importantes demeurent et nous devons en faire davantage, en collaboration avec les Nations Unies, les ONG, le secteur privé, la société civile et les partenaires gouvernementaux, afin de respecter nos engagements envers les femmes et les enfants, notamment celui de remédier à la situation de ceux et celles qui ont été déplacés par le séisme, ou encore de ceux et celles qui vivent dans des zones rurales éloignées, afin de répondre à leurs besoins quotidiens », a expliqué madame Gruloos-Ackermans.

« Les enfants en Haïti ont le droit, en grandissant, de recevoir une éducation et d’avoir accès à une nutrition saine, de l’eau potable et un assainissement sûr. Nous sommes convaincus qu’en s’engageant à les soutenir, il est possible de reconstruire et de développer, pour atteindre ces objectifs. »

-30-

Avis aux médias : Des photos et des rouleaux B ayant été pris au cours des 12 derniers mois montrant le travail de l’UNICEF sur le terrain et des enfants en Haïti sont disponibles pour les médias.

Écoutez un balado de Tania McBride, spécialiste de la communication de l’UNICEF en Haïti et de Carlos Vasquez, architecte et spécialiste de l’éducation de l’UNICEF, qui travaillent en Haïti et présentent les progrès du système de l’éducation, un an après le séisme.
http://www.educationandtransition.org/resources/rebuilding-haiti%e2%80%99s-education-system-one-year-after-the-earthquake/

Écoutez un balado du docteur Ralph Ternier, directeur de Community Care and Support et Zanmi Lasante/Partenaires de santé, sur les effets de l’épidémie de choléra sur l’éducation et les enfants.
http://www.educationandtransition.org/resources/educating-against-cholera-in-haiti/

Transcription : http://www.educationandtransition.org/wp-content/uploads/2011/01/HaitiOneYearCholeraTranscript.pdf

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est le chef de file mondial des organismes humanitaires et des agences de développement axés sur l’aide à l’enfance. Grâce à des programmes novateurs ainsi qu’à la promotion et la défense des droits de l’enfant, nous protégeons ces droits et sauvons la vie d’enfants dans pratiquement chaque pays. Notre portée mondiale, notre influence sans égale sur les décideurs et nos divers partenariats nous permettent de contribuer largement à façonner un monde digne des enfants. Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine, religion ou opinion politique. Pour obtenir davantage de renseignements sur l’UNICEF, veuillez visiter notre site Web au www.unicef.ca.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca