Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’escalade de la violence en République centrafricaine cause encore plus de décès d’enfants

2013-04-18

Montréal, le 18 avril 2013 – L’intensification de la violence en République centrafricaine, y compris sur un terrain de jeu et dans une église, a comme conséquence que de plus en plus d’enfants sont tués ou blessés, affirme l’UNICEF. L’organisme exhorte tous les groupes armés à mettre fin aux actes qui mettent la vie de civils en danger, soit en raison des combats ou parce qu’ils compliquent l’acheminement de l’aide humanitaire aux personnes dans le besoin.

« Dans leurs activités quotidiennes, lorsqu’ils jouent au ballon ou lorsqu’ils vont à l’église, les enfants sont pris au milieu des combats, ce qui est scandaleux. À l’heure actuelle, les endroits en République centrafricaine où les enfants sont en sécurité se font de plus en plus rares », a déclaré Souleymane Diabate, un représentant de l’UNICEF en République centrafricaine.

Trois semaines après le coup militaire et la prise du pouvoir par les rebelles de la coalition Seleka, l’insécurité généralisée, les actes de pillage et la violence mettent plus que jamais la vie des enfants se trouvant en République centrafricaine en danger. Depuis vendredi dernier, les combats qui se déroulent dans la ville de Bangui, la capitale, ont coûté la vie à au moins trois enfants et causé des blessures à 25 autres, dont quatre se trouvent dans un état jugé critique.

Depuis la reprise des affrontements à la fin du mois de mars, beaucoup d’enfants ont été touchés par des balles perdues, tandis que d’autres ont été recrutés dans les groupes armés. Il y a également une augmentation documentée des cas de violence sexuelle.

« Nous nous trouvons devant un pays qui glisse rapidement dans un chaos, lequel met la vie d’encore plus d’enfants en danger. La violence perpétrée contre les enfants doit cesser. Des personnes innocentes sont tuées et blessées par ces actes, qui doivent immédiatement faire l’objet d’une enquête par les autorités au pouvoir », a affirmé monsieur Diabate.

La semaine dernière, l’UNICEF a distribué à Bangui et dans les environs des trousses chirurgicales et obstétricales d’urgence, du matériel médical et des médicaments essentiels à quinze centres de santé, quatre hôpitaux et une clinique de maternité. Les enfants blessés ont reçu des soins médicaux d’urgence grâce aux fournitures de l’UNICEF.

Malgré cela, il y a toujours à l’échelle nationale une grave pénurie d’installations chirurgicales, de fournitures médicales, de personnel infirmier et de médecins qualifiés. L’insécurité continue d’empêcher l’accès de l’aide humanitaire dans la plupart des régions du pays.

L’UNICEF fait appel à la communauté internationale pour mobiliser de toute urgence des fonds d’aide humanitaire et s’engage activement à promouvoir la résolution du conflit, afin que la violence cesse immédiatement, avant que le pays ne sombre dans l’anarchie totale et n’élimine tout espoir d’avenir pour les enfants en République centrafricaine.

-30-

Notes aux rédactrices et rédacteurs en chef

Le vendredi 12 avril, une vingtaine d’enfants ou plus âgés de 5 à 12 ans, en quête d’un semblant de normalité malgré les combats et la peur constante, jouaient sur un terrain de jeu dans le 5e arrondissement de Bangui, lorsqu’une grenade projetée par un lance-roquettes est tombée parmi eux. Les quatorze blessés ont immédiatement été transportés à l’hôpital pour enfants de Bangui, dont la capacité était déjà dépassée, pour y être soignés, deux jeunes enfants devant être opérés de toute urgence.

Le matin du dimanche 14 avril, pendant le service religieux dans une église du 4e arrondissement de Bangui, une roquette a traversé le toit et a explosé, tuant sur-le-champ sept personnes, dont trois bébés. Onze enfants âgés de 5 à 8 ans ont été transportés à l’hôpital pour enfants; sept d’entre eux ont été opérés d’urgence, et trois ont eu les jambes amputées.

Le meurtre et la mutilation d’enfants constituent de graves violations des droits de l’enfant et sont considérés comme des crimes de guerre relevant de la Cour pénale internationale.

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit! 

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca