Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF prépare les secours d’urgence à la suite du tremblement de terre qui a secoué Haïti

2010-01-12

TORONTO, 13 janvier 2010 – Malgré les graves dommages causés à ses bureaux dans la ville de Port-au-Prince, l’UNICEF est prêt à fournir une aide immédiate aux personnes touchées par la crise humanitaire qui sévit à la suite du tremblement de terre qui a frappé Haïti aujourd’hui.

En collaboration avec tous les organismes de l’ONU présents sur le terrain, l’UNICEF procurera des fournitures qui permettront d’avoir accès à de l’eau potable, à des installations sanitaires adéquates et à des soins de santé de base.

L’UNICEF prépare également du matériel et met du personnel à la disposition de la population afin d’assurer la protection des enfants, extrêmement vulnérables lors de catastrophes naturelles. Ces ressources et ces personnes permettront aux enfants de continuer à apprendre et à étudier, et des espaces récréatifs sûrs seront mis en place pour les accueillir pendant que les adultes s’emploient à reconstruire leur vie.

La situation des enfants et des femmes en Haïti était déjà très précaire avant que le tremblement de terre frappe l’île. Occupant le 148e rang sur 179 selon l’indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Haïti est un des pays les plus pauvres du monde, qui luttait déjà pour se remettre de nombreuses années de violence, d’insécurité et d’instabilité. De plus, son histoire est jalonnée de catastrophes naturelles.

La répartition des revenus demeure fortement asymétrique dans ce pays où seulement un Haïtien sur 50 occupe un emploi stable et rémunéré. L’accès aux services est très inégal : plus l’enfant est pauvre, moins il a la possibilité que ses droits fondamentaux soient respectés. Beaucoup trop d’enfants et de femmes doivent se battre pour pouvoir satisfaire leurs besoins fondamentaux tels qu’une alimentation adéquate, de l’eau potable, l’éducation et la protection contre la violence.
 
Haïti affiche également la deuxième densité de population la plus élevée des pays de l’hémisphère occidental. Quatre enfants sur dix vivent dans des maisons construites au sol en terre battue ou s’entassent à plus de cinq dans une même pièce. Dans ce pays où plus de 46 pour cent de la population est âgée de moins de 18 ans, la lutte des enfants haïtiens se répercute sur la société toute entière et risque d’engendrer de graves conséquences à long terme.
 
Les conséquences de cette catastrophe naturelle qui survient peu après une saison d’ouragans destructrice en 2008 dont le pays tente encore de se relever risquent d’être dévastatrices.

La promiscuité et le manque d’accès à de l’eau potable et à des conditions sanitaires adéquates même en temps normal rendent la population très vulnérable à une propagation fulgurante des maladies d’origine hydrique qui mettent la vie en danger en cas de catastrophe naturelle. De surcroît, la distribution de nourriture et de fournitures médicales indispensables ainsi que la mise en œuvre des services de protection deviennent extrêmement difficiles. Les enfants, comme c’est souvent le cas, sont les plus susceptibles de souffrir des conséquences d’une catastrophe naturelle.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca