Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

La situation dans la Corne de l’Afrique se détériore et bouleverse la vie de millions d’enfants

2011-06-16

NAIROBI, Kenya, le 17 juillet 2011 – Afin de répondre aux besoins urgents de plus de deux millions d’enfants dans la Corne de l’Afrique, dont 500 000 risquent de perdre la vie, l’UNICEF a demandé une augmentation immédiate des secours dans les communautés de cette région du monde qui sont touchées par la sécheresse. On ne prévoit aucune amélioration avant le début de 2012 en matière de sécurité alimentaire, il va donc sans dire que la situation actuelle déjà très grave ne fera que se détériorer.
 
« Conjugués, tous les facteurs actuels créent une véritable situation de crise; le conflit en Somalie, l’augmentation du prix de l’essence et de celui des aliments, la sécheresse ainsi que l’absence de pluie. Comme nous devons maintenant affronter une autre période de quatre à cinq mois sans récolte, la tâche pour nous tous est gigantesque, a indiqué monsieur Anthony Lake, le directeur général de l’UNICEF, à la fin d’une mission de quatre jours au Kenya. Dans de nombreuses communautés parmi les plus défavorisées, les gens n’ont pas les moyens ou sont trop faibles pour marcher et trouver de l’aide. »
 
Dans la région, près de 11 millions de personnes voient leur vie menacée : chaque jour, des milliers de femmes et d’enfants fuient le centre et le sud de la Somalie. La crise ne touche toutefois pas seulement le grand nombre de réfugiés qui se rendent quotidiennement au Kenya et en Éthiopie, elle touche également des millions d’agriculteurs de subsistance et d’éleveurs qui dépendent de la pluie pour leur survie. 
 
Lors d’une mission sur le terrain dans la région aride de Turkana, dans le nord du Kenya, monsieur Lake a pu voir la face cachée de la crise; il a notamment rencontré des éleveurs dont le bétail avait été décimé par la sécheresse qui dure maintenant depuis dix ans. Le taux de malnutrition dans certaines zones du Turkana ont rapidement grimpé à 37 pour cent. Lors d’une réunion dans le village de Kapua, un point de distribution alimentaire, des centaines d’anciens bergers nomades se sont présentés pour partager ce qu’ils vivaient et demander qu’on ne les oublie pas. Bien que les filets de sécurité sociale et l’aide humanitaire aient soutenu ces communautés dans le passé, l’interruption de la ligne de ravitaillement rend l’approvisionnement sporadique et insuffisant.
 
Le directeur général a entendu des femmes raconter leur histoire : elles devaient marcher de l’aurore jusqu’en après-midi pour trouver de l’eau dans le lit asséché des rivières. Il a vu comment des enfants arrivaient à survivre avec seulement un repas de noix de palme par jour; il a vu des mères allaitantes qui n’arrivaient plus à nourrir adéquatement leur nouveau-né.
 
Cette situation sévit dans d’autres communautés des régions semi-arides et arides du Kenya, de l’Éthiopie, de Djibouti et de la Somalie. « Des personnes sont en danger, certes, mais tout un mode de vie est également menacé », a affirmé monsieur Lake. En Somalie, des milliers d’enfants et leur famille se déplacent déjà, à la recherche d’aide, soit vers des camps pour personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, soit en traversant la frontière de pays voisins.

Monsieur Anthony Lake promet le soutien continu de l’UNICEF, indiquant que l’organisme poursuivrait son étroite collaboration avec ses partenaires pour accroître les secours d’urgence dans la région, victime de sous-financement depuis des années. Il demande la générosité de la communauté internationale, ainsi que celles des donatrices et donateurs, afin d’augmenter l’appui au travail de l’UNICEF, du PAM, du UNHCR et à d’autres partenaires, et d’ainsi redoubler d’efforts afin de trouver des solutions à la pauvreté endémique et à la vulnérabilité omniprésentes dans cette région.
 
Dans les zones de la Corne de l’Afrique touchées par la sécheresse, l’UNICEF et ses partenaires utilisent divers moyens pour lutter contre la malnutrition aiguë : des programmes d’alimentation thérapeutique, des médicaments et des vaccins pour prévenir les maladies, l’accès à l’eau potable grâce à la réparation des postes de pompage, le creusage de puits, le chlorage de l’eau de source et le transport de l’eau par camions, l’aide à l’éducation grâce à la mise en place d’espaces d’apprentissage temporaires et la distribution d’École en boîte, ainsi que l’accroissement des mesures de protection des enfants contre la violence, les mauvais traitements et l’exploitation. L’UNICEF a demandé une aide de 31 millions $US pour couvrir l’augmentation des coûts des opérations les plus urgentes.

Note à la rédaction : Des photos  et le rouleau B  de la situation d’urgence dans la Corne de l’Afrique sont disponibles sur demande.

-30-

UNICEF
L'UNICEF est le chef de file mondial des organismes humanitaires et des agences de développement dont la mission est axée sur l'enfant. Grâce à des programmes novateurs ainsi qu'à la promotion et à la défense des droits de l'enfant, nous protégeons ces droits et sauvons la vie d'enfants dans pratiquement tous les pays. Notre rayonnement, conjugué à notre grande influence sur les décideurs et divers partenaires, contribue largement à façonner un monde où aucun enfant ne meurt de causes évitables. Entièrement tributaire de contributions volontaires, l'UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, religion ou opinion politique. Pour obtenir des renseignements complémentaires sur l'UNICEF, veuillez consulter son site Web à l'adresse www.unicef.ca
 

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca