Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Malgré des progrès d’ensemble, des millions d’enfants parmi les plus pauvres du monde sont laissés-pour-compte, affirme un nouveau rapport de l’UNICEF

2015-06-23

Les enfants au camp pour personnes réfugiées de Domiz, dans le nord de l’Iraq, comptent parmi les enfants les plus vulnérables du monde. L’UNICEF lance un avertissement à la communauté mondiale : des millions d’enfants seront laissés-pour-compte si nous ne concentrons pas nos efforts sur les plus désavantagés d’entre eux dans le cadre des Objectifs de développement durable à venir.
(© UNICEF/UKLA2014-04933/Schermbrucker)

Le rapport Progrès pour les enfants souligne les leçons tirées des OMD
et comment corriger la situation au moyen des ODD

NEW YORK, le 23 juin 2015 – La communauté mondiale faillira à ses devoirs envers des millions d’enfants si elle n’accorde pas à ceux qui sont le plus défavorisés la priorité dans sa nouvelle feuille de route pour le développement au cours des 15 années à venir, a averti l’UNICEF aujourd’hui.

Le rapport final de l’UNICEF sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui concernent les enfants, intitulé Progrès pour les enfants : au-delà des moyennes (en anglais), indique qu’en dépit de progrès importants, les inégalités des possibilités ont conduit des millions d’enfants à vivre dans la pauvreté, à mourir avant même d’avoir cinq ans, à ne pas être scolarisés et à souffrir de malnutrition chronique.

« Les OMD ont permis au monde de réaliser d’immenses progrès en faveur des enfants, mais ils nous ont aussi montré combien d’enfants nous négligeons. La vie et l’avenir des enfants les plus défavorisés sont importants, pour eux-mêmes bien sûr, mais aussi pour leur famille, leur communauté et leur société », a affirmé le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.

Les disparités au sein des pays font que les enfants des foyers les plus pauvres courent deux fois plus de risques de mourir avant leur cinquième anniversaire que les enfants des foyers les plus riches, et ont beaucoup moins de possibilités d’acquérir les niveaux minimaux de lecture que ces derniers.  

Les ODD peuvent permettre de corriger la situation afin de sauver la vie des enfants les plus vulnérables, et le Canada a un rôle à jouer.

« Le Canada a une expérience éprouvée en matière de survie de l’enfant et, tandis que la communauté internationale tourne la page sur les OMD et s’apprête à adopter les Objectifs de développement durable en septembre, notre pays doit maintenir son leadership en tirant partie de son influence pour renouveler les efforts mondiaux visant à mettre un terme aux 17 000 décès évitables d’enfants qui surviennent chaque jour. Les questions concernant la survie, le développement et la protection de l’enfant doivent être au centre des ODD, et l’aide à apporter aux plus démunis doit faire partie intégrante de tous les objectifs. Nous parlons ici des enfants laissés-pour-compte, soit des enfants qui meurent de causes qui peuvent être facilement évitées au moyen de solutions simples et peu coûteuses », a déclaré David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

Alors que les dirigeants mondiaux se préparent à adopter les Objectifs de développement durable (ODD), les enfants les plus défavorisés doivent être au centre des nouveaux objectifs et des nouvelles cibles, a affirmé l’UNICEF. Une meilleure collecte et ventilation des données allant au-delà des moyennes utilisées pour mesurer les OMD peut permettre d’identifier les enfants les plus vulnérables et les plus marginalisés, et les endroits où ils vivent. Des systèmes locaux de santé, d’éducation et de protection sociale plus solides peuvent aider davantage d’enfants à survivre et à s’épanouir. Des investissements plus avisés qui sont adaptés aux besoins des enfants les plus vulnérables peuvent s’avérer bénéfiques à court et à long terme.

« Les ODD sont l’occasion de mettre en pratique les leçons que nous avons tirées et d’aider les enfants qui ont le plus besoin d’aide : honte à nous si nous ne le faisons pas. Une plus grande égalité des possibilités pour les enfants d’aujourd’hui signifie moins d’inégalités et plus de progrès au niveau mondial demain », a lancé Anthony Lake.

Au rythme actuel des progrès, en tenant compte des projections de croissance démographique, on estime que :

  • Il y aura, d’ici 2030, 68 millions de décès évitables d’enfants âgés de moins de cinq ans additionnels;
  • En 2030, environ 119 millions souffriront encore de malnutrition chronique;
  • En 2030, un demi-milliard de personnes continueront de pratiquer la défécation à l’air libre, compromettant ainsi sérieusement la santé des enfants;
  • Il faudra presque 100 ans pour que toutes les filles des familles les plus pauvres d’Afrique subsaharienne achèvent elles aussi le premier cycle de l’enseignement secondaire.

Le rapport Progrès pour les enfants : au-delà des moyennes (en anglais) souligne les progrès les plus remarquables réalisés depuis 1990 :

  • La mortalité chez les enfants âgés de moins de cinq ans a diminué de plus de la moitié, passant de 90 décès pour 1 000 naissances vivantes à 43 décès pour 1 000 naissances vivantes;
  • L’insuffisance pondérale et la malnutrition chronique chez les enfants âgés de moins de cinq ans ont diminué, respectivement de 42 % et 41 %;
  • La mortalité maternelle a diminué de 45 %;
  • Environ 2,6 milliards de personnes ont obtenu l’accès à des sources améliorées d’eau potable.
  • Les écarts entre les plus pauvres et les plus riches ont également diminué dans plus de la moitié des indicateurs qu’analyse l’UNICEF;
  • Dans de nombreux pays, des gains plus importants relativement à la survie de l’enfant et à la fréquentation scolaire sont observés chez les ménages les plus pauvres;
  • L’écart entre les taux de mortalité maternelle entre les pays à haut et à faible revenu a diminué de moitié de 1990 et 2013, passant d’un ratio de 38 à 19.

Le rapport Progrès pour les enfants : au-delà des moyennes (en anglais) souligne également certains mauvais résultats :

  • les progrès ne profitent pas aux quelque 6 millions d’enfants qui meurent chaque année avant leur cinquième anniversaire;
  • 289 000 femmes décèdent chaque année en accouchant;
  • 58 millions d’enfants ne vont pas à l’école primaire.

Si nous sommes incapables de venir en aide à ces enfants laissés-pour-compte, cela pourra avoir des conséquences dramatiques.

-30-

Des photos, le rouleau B, des graphiques et l’enregistrement audio de la conférence de presse d’hier peuvent être téléchargés au http://uni.cf/1IZy0VV.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca