Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Nouveau rapport de l’UNICEF : des taux alarmants de mauvaise santé et de violence chez les enfants au Canada

2017-06-14

TORONTO, le 15 juin 2017 – Un nouveau rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui souligne les défis que les pays à revenu élevé, comme le Canada, doivent surmonter afin d’atteindre les engagements mondiaux pour les enfants. Lorsque comparé aux autres pays, le Canada s’en sort bien dans quelques aspects du bien-être des enfants et des jeunes, mais se classe loin derrière certains pays dans des indicateurs relatifs à la santé de l’enfant et à la violence.

Dans le document canadien d’accompagnement du rapport mondial, intitulé Ô Canada! Nos enfants méritent mieux, l’UNICEF examine en profondeur les données concernant le bien-être des enfants au Canada et dissipe plusieurs mythes relatifs à ce que signifie grandir au Canada.

Le rapport mondial de l’UNICEF, intitulé Bilan Innocenti 14 : Construire l’avenir, révèle que le Canada se classe au 25e rang sur 41 pays riches relativement au bien-être de l’enfant. Lorsqu’on le compare en utilisant les 21 indicateurs relatifs aux progrès pour atteindre les Objectifs de développement durable pour les enfants et les jeunes, le Canada se retrouve au milieu du classement, une position qu’il occupe depuis plus d’une décennie. Sept des indicateurs se sont améliorés au fil du temps, mais un plus grand nombre ont empiré.

« J’ai parlé à plusieurs Canadiens et Canadiennes, partout au pays, qui croient que notre pays est un excellent endroit où grandir pour nos enfants. Il est temps de regarder la réalité en face : trop de nos enfants sont en mauvaise santé, ne sont pas en sécurité et vivent des inégalités. Il ne s’agit pas de brosser le portrait de la vie difficile de quelques enfants; il s’agit de mettre en lumière le potentiel d’un pays à créer une vie meilleure pour un grand nombre d’enfants et de jeunes. Ce rapport nous montre où nous nous classons par rapport aux autres pays riches, et ce que nous pouvons faire pour nous hisser au sommet de ce classement et bâtir le Canada que tous nos enfants méritent », affirme le président et chef de la direction d’UNICEF Canada, David Morley.

Les homicides contre des enfants, le suicide et l’intimidation : des taux alarmants

À 15 pour cent, le Canada possède le cinquième taux le plus élevé en matière d’intimidation, et se classe au 27e rang sur 41 pays. Contrairement à beaucoup de ses pairs, le Canada a été incapable de faire diminuer ses taux d’intimidation au cours des dix dernières années. Le taux d’homicides contre des enfants au Canada est plus élevé que la moyenne; le pays se classe 33e sur 41 pays en la matière. Le Canada occupe aussi le 31e rang sur 41 pays relativement au suicide chez les jeunes.

« Les conclusions de ce rapport sont tragiques, car elles montrent une image du Canada que plusieurs d’entre nous ne veulent pas voir. Nous devons cependant faire face à la réalité : nous enfants demandent de l’aide, et ils n’en reçoivent pas. C’est notre responsabilité partagée d’examiner les faits et d’agir pour obtenir de meilleurs résultats », explique monsieur Morley.

La qualité de l’air est à peine sous la norme de sécurité

La pollution de l’air au Canada est tout juste au-dessous de la norme de sécurité établie par l’Organisation mondiale de la Santé. En fait, la qualité de l’air au Canada ne s’est pas améliorée au cours des dix dernières années; le rendement du Canada en la matière est moins bon que celui des États-Unis.

« Lorsque nous ne pouvons même pas promettre à nos enfants qu’ils pourront respirer de l’air pur, nous devons vraiment nous poser la question : en tant que pays, quelles sont nos priorités? À quel moment mettre ainsi la santé de nos enfants en danger est-il devenu acceptable? Nous espérons que le 150e anniversaire de la Confédération du Canada servira de point de départ pour créer un changement. Il est temps d’être au sommet des classements. Il est temps que le Canada devienne un endroit où les enfants sont au cœur de nos valeurs et de nos actions », affirme monsieur Morley.

UNICEF Canada demande à tous les paliers de gouvernement :

  1. D’investir davantage et plus tôt dans les enfants. Tous les paliers de gouvernement doivent collaborer afin de mettre en œuvre des politiques et des programmes progressifs et universels pour la petite enfance, combinés à une capacité de repérer les enfants qui tirent de l’arrière.
  1. De prendre des décisions fondées sur les données afin de prioriser les efforts visant à améliorer le bien-être des enfants. Un suivi et une évaluation améliorés du bien-être des enfants permettront de s’assurer que les politiques sont efficacement mises en œuvre et qu’elles auront les plus grandes retombées possibles, en mettant l’accent sur les indicateurs mesurables dans lesquels le Canada tire de l’arrière.
  1. Élaborer une stratégie pour les Objectifs mondiaux. S’engager dans l’élaboration d’une stratégie pancanadienne pour atteindre les Objectifs de développement durable, qui comprennent des cibles clés pour les droits et le bien-être des enfants.

UNICEF Canada demande aussi à tous les Canadiens et à toutes les Canadiennes :

  1. De rêver pour les enfants au Canada. Entamez une conversation avec votre famille, votre communauté et vos collègues de travail, et agissez afin de garder ces rêves vivants.
  1. Impliquez-vous dans votre communauté et dans votre ville. Fixez-vous comme objectif de vous attaquer aux indicateurs du bien-être des enfants dans lesquels nous tirons de l’arrière, et mettez-vous au défi les uns les autres d’améliorer votre classement, ou de dépasser la moyenne nationale.

Principaux constats du rapport de l’UNICEF :

  • De manière générale, le Canada se classe au 25e rang sur 41 pays riches relativement au bien-être de l’enfant.
  • La plupart des domaines du bien-être chez l’enfant au Canada n’ont montré aucune amélioration ni aucun recul au cours de la dernière décennie.
  • Au Canada, 22,2 pour cent des enfants vivent dans une pauvreté relative sur le plan du revenu, ce qui place le pays au 32e rang sur 41 pays.
  • Le Canada se classe au 29e rang sur 41 pays pour ce qui concerne le poids malsain chez les enfants. Près de 25 pour cent des jeunes sont obèses, ce qui est supérieur à la moyenne de 15 pour cent.
  • Avec un taux d’intimidation de 15 pour cent, soit le cinquième taux le plus élevé, le Canada occupe la 27e place sur 41 pays.
  • Le Canada se classe au 33e rang sur 41 pays en ce qui concerne les homicides contre des enfants, ce qui représente un taux supérieur à la moyenne.
  • La santé mentale chez les jeunes a connu un recul : au Canada, 22 pour cent des jeunes disent éprouver des symptômes liés à la santé mentale plus d’une fois par semaine. Quant au taux de suicide chez les jeunes, le Canada se classe au 31e rang sur 41 pays.
  • Au Canada, 90,8 pour cent des jeunes âgés de 15 ans affichent des compétences de base en lecture, en mathématiques et en sciences, ce qui constitue le quatrième meilleur résultat.
  • Au Canada, 71 pour cent des jeunes âgés de 15 ans disent connaître au moins cinq enjeux environnementaux ou plus.

- 30 -

Série de Bilans Innocenti de l’UNICEF

En tant que chef de file mondial en matière de connaissances relatives à l’enfance, l’UNICEF s’est engagé à recueillir et à diffuser des données essentielles sur la situation des enfants dans le monde. Depuis les 17 dernières années, l’organisme a publié une série de rapports sur le bien-être des enfants dans les pays industrialisés. La publication de ces données et analyses procure aux parlementaires et aux décisionnaires les renseignements dont ils ont besoin pour prendre des décisions dans l’intérêt supérieur de chaque enfant. Tous les Canadiens et toutes les Canadiennes, y compris ceux et celles qui travaille dans le domaine du bien-être de l’enfant, disposeront des outils nécessaires pour faire partie de la solution. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le www.unicef.ca/bi14 et joignez-vous à la conversation en ligne en utilisant le mot-clic #SDGsForEveryChild.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca

Remove this and add your HTML markup here.