Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Selon l’UNICEF, un enfant sur quatre dans les zones de conflit ne va pas à l’école

2016-01-12

Des photos et des vidéos peuvent être téléchargées ici : http://uni.cf/1OR99qX

TORONTO, 12 janvier 2016 – Près de 24 millions d’enfants qui vivent dans les zones de crise de
22 pays touchés par un conflit ne vont pas à l’école, a déclaré l’UNICEF aujourd’hui.

Une récente analyse de l’UNICEF montre que près du quart des 109,2 millions d'enfants en âge d’être scolarisés (dans le primaire et le premier cycle du secondaire, de 6 à 15 ans en général) qui vivent dans des zones de conflit ne sont pas scolarisés.

C’est au Soudan du Sud que l’on trouve la plus forte proportion d'enfants non scolarisés, plus de la moitié (51 pour cent) des enfants d'âge primaire et de second cycle du secondaire n’ayant pas accès à l'éducation. Le Niger est juste derrière avec 47 pour cent d’enfants non scolarisés, suivi par le Soudan (41 pour cent) et l’Afghanistan (40 pour cent).

« Les enfants vivant dans les pays touchés par un conflit ont perdu leurs foyers, des membres de la famille, des amis, leur sécurité et leur routine. Maintenant, incapables d'apprendre ne serait-ce que la lecture et l'écriture de base, leur avenir est compromis et ils risquent de ne pas avoir la possibilité de contribuer aux sociétés et aux économies de leur pays quand ils atteindront l'âge adulte », a déclaré Jo Bourne, la responsable de l’éducation à l’UNICEF.

Dans les pays touchés par les conflits, la collecte de données sur les enfants est extrêmement difficile et par conséquent, il se peut que ces chiffres ne reflètent pas correctement l'ampleur et la profondeur du problème.

L’UNICEF redoute que si l’on ne donne pas la priorité à l'éducation dans les situations d'urgence, toute une génération d’enfants vivant dans des zones de conflit va grandir sans acquérir les compétences dont elle a besoin pour contribuer à la vie et à l’économie de son pays. La situation déjà désespérée de millions d'enfants et de leurs familles en sera encore aggravée. L'éducation continue d'être l'un des secteurs les moins bien financés par les appels humanitaires. En Ouganda, où l'UNICEF fournit des services aux réfugiés sud-soudanais, le déficit de financement du secteur de l’éducation atteint 89 pour cent.

« Les écoles donnent aux enfants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour reconstruire leurs communautés une fois que le conflit est terminé et, à court terme, elles leur offrent la stabilité et la structure nécessaires pour surmonter les traumatismes qu'ils ont vécus. Les écoles peuvent également protéger les enfants des traumatismes et des dangers physiques présents dans leur environnement. Lorsque les enfants ne sont pas à l'école, ils risquent davantage d’être victimes de maltraitance et de se faire exploiter et recruter par des groupes armés », a ajouté Jo Bourne.

Lors des périodes d'instabilité et de violence, les écoles deviennent plus qu'un lieu d'apprentissage. L'UNICEF s’efforce de mettre en place des environnements sécuritaires où les enfants peuvent apprendre et jouer, en vue de rétablir une certaine normalité dans leur vie.

Malgré ces efforts, les restrictions en matière de sécurité et le déficit de financement affectent l'éducation et la distribution du matériel d'apprentissage dans les situations de conflit.

-30-

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de l’UNICEF, visitez le unicef.ca.

Suivez-nous sur Twitter et sur Facebook ou visitez le unicef.ca pour obtenir des mises à jour.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca