Politiques publiques | Une jeunesse Skip to main content

Travail de promotion en matière de politiques d’UNICEF Canada

UNICEF Canada travaille de façon apolitique en collaboration avec des décisionnaires, diverses organisations et des jeunes, afin de promouvoir des politiques publiques qui font progresser les droits et le bien-être des enfants.

Pourquoi d’autres pays s’en tirent-ils mieux que le Canada?

Les familles et les communautés prennent soin des enfants, et les enfants bâtissent leur propre vie. Mais leur façon de le faire est fortement influencée par la société qui les entoure. Les pays qui obtiennent d’excellents résultats pour les enfants dans des domaines fondamentaux, comme la survie, la protection, le développement et le bonheur de l’enfant, n’ont pas des parents et des enfants différents de nous. Ils ont simplement de meilleures politiques publiques.

Les enfants et les jeunes au Canada tirent de l’arrière par rapport à leurs semblables dans d’autres pays riches. Les Bilans Innocenti de l’UNICEF mesure le bien-être des enfants depuis plus d’une décennie et c’est très clair : les enfants au Canada sont mieux instruits, mais ils sont en moins bonne santé, sont exposés à davantage de violence et connaissent davantage d’inégalités que leurs pairs dans de nombreux pays aux ressources économiques similaires. Et les progrès stagnent. Nous demandons à la population canadienne de faire la promotion de meilleures possibilités au Canada.

Classements du Canada

2007 – 12e rang

2010 – 10e rang

2013 – 19e rang

2016 – 26e rang

2017 – 25e rang

Nous pouvons améliorer notre classement d’ici 2030.

Le Canada peut améliorer son classement médian et rejoindre les pays pairs au sommet de l’Indice du bien-être chez les enfants et les jeunes de l’UNICEF. Nous y parviendrons lorsque nous aurons moins de pauvreté, d’insécurité alimentaire, d’obésité et d’intimidation chez les enfants; et moins de décès de nourrissons, d’homicides d’enfants et de suicides chez les jeunes. Nous y parviendrons lorsque les enfants auront des relations plus sûres et plus saines au sein de communautés accueillantes, un accès à des services de qualité et la possibilité d’exprimer leur opinion sur les décisions qui les concernent. Nous y parviendrons lorsque nous donnerons des possibilités plus égales et aurons moins d’enfants laissés-pour-compte. Nous y parviendrons d’ici 2030 en atteignant bon nombre des ambitieux Objectifs de développement durable que le Canada a adoptés. Et cette génération d’enfants sera la dernière à être coincée au milieu du classement.

Quelles politiques devons-nous prioriser?

Il existe beaucoup de solutions, celles-ci allant d’un meilleur soutien à l’allaitement maternel à davantage de jeu libre. Mais quatre principaux objectifs politiques peuvent vraiment contribuer à améliorer la situation des enfants et des jeunes. Ces objectifs sont déjà établis, mais nous devons accélérer la cadence pour les atteindre :

  1. Réduire les inégalités
  2. Investir plus tôt dans la vie des enfants
  3. Poursuivre les efforts de réconciliation
  4. Faire passer les enfants et les jeunes en premier lors de la prise de décisions

Les données ne sont pas qu’un simple mot

Après plus de 70 ans de travail sur les données pour améliorer le bien-être chez les enfants et les jeunes, l’UNICEF sait que les études et les données ne sont pas toujours des facteurs déterminants dans les décisions politiques. Mais l’analyse des données et des politiques effectuée par l’UNICEF a permis de faire avancer les choses.

L’Indice canadien de bien-être chez les enfants et les jeunes, qui sera lancé en 2018, est un outil pour aider les décisionnaires à concentrer leurs efforts sur les domaines où les enfants accusent le plus de retard et à s’aligner de manière à réaliser des progrès mesurables. Les données ne sont qu’un point de départ pour le débat, la recherche et l’action.

Réduire les inégalités

La richesse du Canada augmente régulièrement depuis des décennies, contrairement à nos progrès pour les enfants par rapport aux pays pairs. Alors, qu’est-ce qui explique vraiment les écarts dans les classements internationaux relatifs au bien-être chez les enfants et les jeunes? Les pays les mieux cotés en matière d’égalité de revenu ont tendance à figurer au sommet des tableaux. Ils ont moins de pauvreté chez les enfants, moins de violence, et une meilleure santé mentale et physique. Ils ont de plus petits écarts entre leurs enfants; ils sont plus équitables. Le Canada fait partie d’un petit nombre de pays riches où les inégalités de revenu ont nettement augmenté au cours des dernières années. Limiter les inégalités de revenu est la clé pour améliorer la situation de tous les enfants, pas seulement de ceux qui tirent le plus de l’arrière. Il faut continuer de miser sur la prestation canadienne pour enfants afin de réduire la pauvreté des enfants de 50 % d’ici 2020 et de 60 % d’ici 2030 conformément à ce que font les pays les mieux cotés contribuerait grandement à améliorer le bien-être des enfants et des jeunes.

Investir plus tôt dans la vie des enfants

Le revenu familial est important pour procurer aux enfants ce dont ils ont besoin pour réaliser pleinement leur potentiel, mais des services publics universels de qualité supérieure sont essentiels. Sachant que les inégalités en matière de bien-être chez les enfants et les jeunes se manifestent au cours des premières années de vie, il est préférable d’infléchir la courbe des coûts en investissant dans le développement du jeune enfant plutôt que de remédier aux désavantages précoces. Tous les paliers de gouvernement établissent un cadre national pour la petite enfance, mais les enfants bénéficieront davantage de programmes d’éducation et de garde du jeune enfant universels qui respectent les 19 repères du Rapport sur l’éducation à la petite enfance, et d’investissements qui représentent au moins le minimum international de 1 % du PIB (une augmentation de 0,3 %) ou 6 % du budget annuel imparti à la garde et à l’éducation du jeune enfant.

Poursuivre les efforts de réconciliation

La Commission de vérité et de réconciliation a publié en 2015 ses appels à l’action, y compris un appel à atteindre la parité des résultats relatifs au bien-être pour les enfants inuits, métis et des Premières Nations. Un financement équitable pour les services culturels, mesuré en résultats équitables dans l’éducation, la santé et la protection de l’enfant, contribuera à réduire les écarts relatifs aux droits et au bien-être des enfants et des jeunes.

Faire passer les enfants et les jeunes en premier lors de la prise de décisions

Les enfants représentent une partie importante de la population, et leurs intérêts sont souvent négligés lors de la prise de décisions parce qu’ils manquent d’influence et parce qu’on suppose souvent qu’ils ne seront pas concernés. Mais la plupart des décisions ont des retombées sur la vie des enfants. Nous n’avons toutes et tous qu’une seule enfance à vivre, et c’est pourquoi les enfants peuvent être affectés de façon disproportionnée par des privations ou des conditions défavorables. Les décisions sont meilleures lorsque les retombées sur les enfants sont expressément prises en compte et lorsque leurs intérêts passent avant tout. Tous les paliers de gouvernement devraient utiliser l’outil d’évaluation des impacts sur les droits de l’enfant lors de la prise de décisions.

Deux futurs possibles

L’Initiative de prévisions d’UNICEF Canada s’inspire des idées d’enfants et d’adultes de partout au pays et d’ailleurs pour imaginer ce à quoi pourrait ressembler l’enfance au Canada en 2030. Le projet Génération 2030 (en anglais seulement) a défini deux futurs potentiels totalement différents : un où les enfants ont des choix et des possibilités de plus en plus restreints, et un où ils ont de plus en plus les moyens de rêver et de participer à la société. Un où le Canada stagne au milieu du classement, et un où nous rejoignons les pays les mieux cotés et obtenons d’excellents résultats pour les jeunes, et avec eux. Les politiques publiques peuvent contribuer à l’un comme à l’autre; ce que nous faisons aujourd’hui façonnera l’avenir. Joignez-vous à l’initiative Une jeunesse pour participer au projet Génération 2030.

À propos des politiques d’UNICEF Canada

L’UNICEF est mandaté par l’Assemblée générale des Nations Unies pour faire progresser les droits fondamentaux des enfants en tant que principes et normes éthiques, et pour s’assurer que le bien-être des enfants passe avant tout lors de la prise de décisions. UNICEF Canada s’acquitte de la mission de l’UNICEF pour les enfants au Canada et dans le monde en travaillant en collaboration avec un large éventail de Canadiennes et de Canadiens, y compris des enfants et des jeunes, et en prenant en considération l’ensemble des aspects de la vie des enfants. Le travail de l’UNICEF à l’échelle mondiale fournit un contexte unique pour tirer des leçons de l’expérience, produire des faits et des données en tant que biens publics, changer les attitudes au sein de la population, et accroître la priorité accordée aux enfants dans les politiques, l’allocation des ressources et d’autres actions qui influent sur leur bien-être.

Foire aux questions à propos de la mission d’UNICEF Canada au Canada

Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies

La Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies (la Convention) est le cadre qui favorise le bien-être chez les enfants et les jeunes, car elle donne une vision globale des conditions interdépendantes nécessaires, énonce clairement ce à quoi les enfants ont droit, décrit les rôles et responsabilités des différents intervenants et intervenantes, et formule les principes qui devraient guider toutes les actions pour les enfants. L’utilisation de la Convention pour établir les politiques, les lois, les programmes, les services, les procédures administratives, et d’autres décisions et actions donne lieu à de meilleurs résultats pour les enfants.