Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

Après avoir fui la violence, les enfants iraquiens déplacés font face à un hiver mortel

Par Jeffrey Bates

Dans les montagnes du nord de l’Iraq, l’UNICEF achemine de toute urgence des vêtements d’hiver pour les enfants avant que les températures ne chutent sous le point de congélation, mais l’organisme fait face à de graves pénuries.

MANGESH, Iraq, le 29 octobre 2014 – Lorsque son village situé à proximité des monts Sinjar a été attaqué l’été dernier, Zeynab, âgée de 11 ans, a fui avec sa famille dans la région du Kurdistan iraquien, où beaucoup de personnes de l’Iraq et de la Syrie ont cherché refuge en raison des violents combats qui ont coûté la vie à de nombreux civils.

À Dahouk, dans la région du Kurdistan iraquien, une adolescente tient une fillette dans un bras et une boîte de vêtements d’hiver dans l’autre. © UNICEF/NYHQ2014-2036/Khuzaie

Zeynab ne portait que ses sandales, un pantalon de survêtement et un t-shirt.

« Nous avons tout laissé à la maison, et je n’ai emporté qu’un ensemble de vêtements de rechange. Nous n’avions pas d’argent pour louer une maison et nous vivons maintenant dans une mosquée. Lorsqu’il pleut, la pluie s’infiltre à l’intérieur », dit-elle.

On estime qu’un million de personnes ont trouvé refuge et un abri temporaire dans des camps, des établissements scolaires abandonnés et des hameaux ruraux de la région montagneuse du Kurdistan iraquien. Bien que certaines personnes aient réussi à emporter leurs biens dans des valises, beaucoup n’en ont pas eu la possibilité.

Les personnes qui sont venues ici se être en sécurité font maintenant face à une tout autre menace : l’hiver kurde glacial, qui est arrivé tôt cette année dans les montagnes du nord de l’Iraq, accompagné de vents mordants et de pluie verglaçante, et faisant grelotter les gens pendant la nuit. De nombreux camps sont recouverts d’une mince couche d’eau boueuse.

Certaines personnes déplacées vivent actuellement dans une tente, sur un sol en terre battue et avec pour seule porte un mince rabat de toile, et d’autres sont réfugiées dans un immeuble d’habitation partiellement construit, sans murs extérieurs, ce qui les laisse exposées à la pluie et au vent cinglants. Ce type d’abri vaut mieux que rien, mais n’est pas suffisant pour le temps froid qui atteindra ou chutera sous le point de congélation dans quelques semaines.

Avec son plancher de béton et sans chauffage, même l’intérieur de la mosquée où vit Zeynab est devenu terriblement froid.

« Chaque soir, je m’enveloppe dans une couverture, car je n’ai rien d’autre à me mettre. Certaines nuits, nous croyons être destinés à mourir de froid », explique-t-elle.

 

Une course contre la montre

« C’est une véritable course contre la montre. Ces enfants ont survécu aux conflits pour se mettre en sécurité, mais ils doivent maintenant relever de nouveaux défis. Après les horreurs et la violence brutale que beaucoup de ces enfants ont connues dans les monts Sinjar, l’UNICEF refuse d’accepter une surmortalité en raison de conditions hivernales rigoureuses. Davantage de ressources et des interventions plus ciblées et plus rapides sont nécessaires pour venir en aide aux plus vulnérables et sauver la vie de ces enfants », déclare Marzio Babille, le représentant de l’UNICEF en Iraq.

L’UNICEF et ses partenaires de la société civile et du gouvernement ont entrepris une opération massive de distribution de boîtes de vêtements pour les enfants déplacés dans toute la région du Kurdistan. Beaucoup de ces vêtements ont été achetés grâce aux fonds versés par l’Arabie saoudite.

Chaque boîte contient des manteaux d’hiver, des pantalons, des pulls, des chapeaux et des bottes d’hiver pour les enfants âgés de 3 mois à 14 ans. Quelque 223 000 boîtes de chaussures seront distribuées dans la région.

Ces lots ne viendront toutefois en aide qu’à la moitié des enfants, environ, qui ont besoin de protection dans la région, laquelle connaît les températures les plus froides du pays. À défaut d’obtenir des fonds supplémentaires, près de 250 000 enfants déplacés risquent de passer l’hiver sans vêtements chauds.

« Le besoin de tels vêtements est énorme. Partout où vont nos camions, nous voyons des familles faire la queue patiemment pendant des heures pour garder leurs enfants au chaud », explique Maulid Warfa, le coordonnateur des opérations d’urgence pour le bureau de l’UNICEF établi dans le gouvernorat de Dahouk, dans le nord du Kurdistan, où la plupart des personnes déplacées sont concentrées.