Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Doublez la valeur de votre don!

© UNICEF/NYHQ2011-0459/de Viguerie

Des centaines d’enfants sont entassés dans une clinique communautaire près de Katsina, une ville du Nigeria, afin d’être traités contre la malnutrition aiguë sévère.

D’autres sont assis avec leur mère sous un arbre, qui sert de salle d’attente à la clinique. Tous montrent des signes typiques de malnutrition. Certains ont les membres enflés, un signe révélateur de carences en protéines; d’autres souffrent de diarrhée chronique et de vomissements. Mais la différence, ici, c’est qu’ils reçoivent de l’aide au sein de la communauté, plutôt que dans un hôpital.

On estime que près d’un quart de million d’enfants au Nigeria souffrent de malnutrition sévère aiguë, qui peut entraîner la mort.

C’est pourquoi des milliers d’enfants attendent actuellement un traitement dans les centres où ils sont offerts.

Ces centres offrent aux parents une aide indispensable à la survie car, en raison de la grave crise alimentaire qui frappe tout le Sahel, ils ne peuvent assurer une alimentation adéquate à leurs enfants.

Comme des milliers d’autres agriculteurs au Nigeria, Lawal Ramatu a vendu la moitié de ses récoltes et essaie de survivre avec ce qui reste, mais ce n’est pas suffisant, et loin de fournir à Saidu, son bébé âgé de dix mois, les nutriments dont il a besoin; le nourrisson vient de recevoir un diagnostic de malnutrition aiguë sévère.

La malnutrition demeure la principale raison expliquant qu’au Nigeria, un enfant sur sept ne survivra pas au-delà de son cinquième anniversaire.

Saidu recevra des traitements pendant les huit prochaines semaines. Les travailleurs et travailleuses de la santé communautaire locale veilleront à ce que sa mère l’amène dans un centre thérapeutique externe pour un contrôle régulier.

L’UNICEF s’emploie actuellement à étendre ce programme à toute la région du nord, mais un manque important de fonds limite son travail.

Des milliers d’enfants sont encore hors de portée de l’aide d’urgence. Aidez-nous à pallier le manque : faites un don dès maintenant, et le gouvernement du Canada versera l’équivalent de ce montant.

Le Nigeria est le pays le plus peuplé de l’Afrique. La crise alimentaire qui le frappe n’a pas fait les manchettes, mais sans votre aide, le nombre de victimes pourrait être effarant.

Apprenez-en davantage sur la crise alimentaire au Sahel et passez le mot pour venir en aide aux enfants.