Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Eau + École = Espoir

Au Tchad, pour les enfants vulnérables, l’accès à l’eau est synonyme d’un avenir meilleur

Pour tous les êtres humains, l’eau est la source de la vie. Pour des millions d’enfants du Tchad, l’éducation est la source de l’espoir. Pourtant, dans ce pays du Sahel, un enfant sur deux ne fréquente pas l’école primaire et seulement la moitié de la population a accès à l’eau potable. Le 22 mars, la Journée mondiale de l’eau porte sur une ressource naturelle dont toutes nos vies et nos moyens de subsistance dépendent. C’est une journée qui permet d’agir afin de changer les choses pour tous ceux pour qui l’eau est une chose qui ne va pas de soi.


©UNICEF/UN014175/Han Sang Mooh

Dans un lointain village de la région d’Ouaddaï, dans la ceinture sahélienne du Tchad, Hala (à gauche) et Sadie (à droite) s’éveillent à la première lumière du jour pour aller chercher de l’eau. C’est un long trajet qu’elles effectuent à pied ; parfois elles sont en retard à l’école ou manquent les cours.


©UNICEF Chad/2015/Han Sang Mooh

« Nous devons aller deux fois par jour au point d’eau pour aller chercher de l’eau. Cela nous prend deux à trois heures. Nous arrivons souvent en retard à l’école », dit Sadie.


©UNICEF/UN014173/Han Sang Mooh

Hala et Sadie fréquentent la même école : « Je veux aider ma famille à la maison et aller chercher de l’eau mais ce qui me rend triste ce sont les journées où je ne peux pas aller à l’école », dit Sadie. « J’aime l’école. Sans éducation, il n’y a pas de changement possible », admet-elle.

Trop souvent, les élèves, principalement les filles, utilisent le temps précieux que sont les cours pour aller chercher de l’eau, souvent auprès de sources contaminées.

« La qualité de l’eau est très mauvaise et nous sommes souvent malades. Le point d’eau est très loin et je n’ai pas le temps d’étudier à l’école », explique Fatime Ramadane, 14 ans.


©UNICEF/UN014187/Han Sang Mooh

Fatime fréquente une école communautaire située près de son village. L’école n’a pas d’eau ou d’installations sanitaires mais elle aime beaucoup y aller.

« Le point d’eau est loin de mon école et j’essaie de ne manquer aucun cours. J’aime étudier et je veux continuer de le faire aussi longtemps que je peux », dit Fatime.


©UNICEF Chad/2015/Han Sang Mooh

Malgré des conditions de vie difficiles et leurs obligations familiales, Fatime, Hala et Sadie ont beaucoup d’ambition pour leur avenir. Sadie et Hala veulent devenir enseignantes et Hala aimerait être infirmière.


©UNICEF Chad/2015/Han Sang Mooh

L’eau est indissociable de l’éducation et de l’égalité des sexes. Les filles qui doivent passer leur temps à aller chercher de l’eau pour la famille tendent à ne pas aller à l’école et risquent davantage d’être victimes du mariage précoce.


©UNICEF Chad/2015/Han Sang Mooh

L’UNICEF est à pied d’œuvre avec ses partenaires pour fournir de l’eau et des installations sanitaires ainsi que pour encourager une bonne hygiène, cela pour favoriser la survie, la croissance et le développement des jeunes enfants. Améliorer l’accès à l’eau potable est synonyme de donner aux enfants vulnérables une chance de vivre, d’apprendre et de s’épanouir.


©UNICEF Chad/2015/Han Sang Mooh

Le changement est possible. En 2015, l’UNICEF a fourni de l’eau potable à 110 000 personnes, comme au dispensaire de ce village de la région d’Ouaddaï. Cela a pu être réalisé grâce à nos partenaires comme le Fonds français Muskoka et l’Agence suisse pour le développement et la coopération.


©UNICEF/UN014166/Han Sang Mooh

Afin d’améliorer la qualité de l’éducation, avec le soutien du Partenariat mondial pour l’éducation et Educate a Child, l’UNICEF est en train de construire un total de 1 600 salles de classes entièrement équipées avec un accès à des points d’eau et des latrines et d’offrir du matériel pédagogique à un million d’enfants dans tout le pays.


©UNICEF/UN014189/Han Sang Mooh

« Ici, les principaux problèmes sont le manque d’accès à l’éducation et l’eau », dit Halimé qui, à la différence de ses frères, n’est jamais allée à l’école.

La Journée mondiale de l’eau est l’occasion pour l’UNICEF de lancer un appel en faveur de mesures plus importantes dans le monde pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement et pour mieux sensibiliser les populations à l’importance de l’hygiène. Nous poursuivrons notre action, qui est d’aider les enfants les plus vulnérables, progressant ainsi vers l’accès universel à l’eau et à l’éducation pour tous.

Région géographique :