Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Être célèbre pour une mauvaise raison : la première victime de la poliomyélite depuis 14 ans en Iraq

Moossa, un petit garçon âgé de 6 mois au visage potelé et aux yeux brillants, jouait joyeusement avec ses sœurs. Du jour au lendemain, il est devenu célèbre dans son quartier. Depuis qu’il a été diagnostiqué comme le premier cas de poliomyélite en 14 ans, les médecins, les travailleurs et travailleuses de la santé, les agents et agentes de vaccination, et les responsables de la santé publique ont afflué au domicile de Mossa.

« Je travaille tellement fort pour assurer la subsistance de ma famille que je n’ai pas eu le temps d’emmener mes enfants à l’hôpital pour les faire vacciner. Je le regrette profondément maintenant. Si Moossa avait été vacciné, il n’aurait pas la poliomyélite aujourd’hui. Je n’ai jamais pensé que mon enfant pourrait être paralysé », explique son père Abood, le regard rempli de tristesse.

Depuis la détection du cas de poliomyélite chez Moossa, en Iraq, le ministère de la Santé irakien, soutenu par l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé, et des partenaires du secteur de la santé, a procédé au ratissage de la zone où vit Moossa et des quartiers avoisinants où vivent plus de 8 000 enfants. La campagne de vaccination en cours, qui a été lancée dimanche dernier, a pour objectif d’immuniser 5,6 millions d’enfants d’ici le 10 avril.

Il s’agit d’une tâche ardue, car de nombreuses routes principales du pays sont toujours dangereuses. Des bombes explosent encore fréquemment, mais les agents et agentes de vaccination tiennent courageusement à poursuivre leur travail afin de vacciner le plus grand nombre d’enfants possible.

Au moment où nous disons au revoir à Moossa et à sa famille, Abood nous confie son inquiétude : « Je me demande comment Moossa pourra jouer. Sera-t-il capable de marcher et de courir? »  

Depuis que Moossa est malade, Abood s’est donné comme mission d’encourager les personnes de son entourage à faire vacciner leurs enfants. « Je leur dis d’éviter de faire la même erreur que moi! »

Unissez vos efforts aux nôtres : achetez des vaccins afin de protéger tous les enfants contre la poliomyélite.

Voir Moossa et son beau visage souriant nous fait réfléchir à l’horreur de la situation que vivent les enfants en Iraq. En plus de tous les dangers auxquels ils font face quotidiennement, ces enfants risquent maintenant de contracter un virus que nous avions oublié depuis longtemps.

Cela ne fait que renforcer notre détermination à poursuivre notre travail.

Moossa, chez lui, en Iraq, a été diagnostiqué comme le premier cas de poliomyélite en 14 ans. ©UNICEF/2014/Ziad Fahmi

Catégories :
Mots-clés populaires :
Région géographique :