Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Journée du chandail rose : appuyez la lutte contre l’intimidation et portez du rose aujourd’hui

L’auteure invitée, la Dre Wendy Craig, est la codirectrice scientifique de PREVNet, l’autorité canadienne en matière de recherche et de ressources pour la prévention de l’intimidation, et partenaire d’UNICEF Canada.

La Journée du chandail rose, ou Journée contre l’intimidation, a lieu le 24 février.

En tant que parent, je pensais qu’il était difficile de gérer les hauts et les bas émotionnels des bambins. J’avais tort. En tant que mère d’une fille qui vient tout juste d’avoir treize ans, le temps passé devant les écrans est devenu notre nouvelle source de discussion (je préfère ce terme plutôt que celui de « conflit »)!

L’intimidation en ligne

L’intimidation peut revêtir de nombreuses formes. En tant que chercheuse, j’ai passé de nombreuses années à étudier ce que les enfants et les jeunes font en ligne et comment cela influe sur leur développement. J’ai aussi passé beaucoup de temps à déterminer les facteurs qui augmentent le risque d’être pris pour cible ou d’être intimidés en ligne. J’ai alors découvert qu’être une spécialiste dans un domaine d’étude ne signifie pas toujours être en mesure de bien gérer avec son enfant la question du temps passé en ligne. Toutefois, ma propre sensibilisation au problème et mes connaissances en matière de recherche m’ont permis de corriger le tir et de faire usage de pratiques parentales factuelles avec grande compétence. Voici donc mes conseils fondés sur l’expérience et la recherche.

Comment prévenir l’intimidation et y mettre un terme : surveiller certaines activités

La technologie est là pour rester et elle fait partie intégrante du développement social des jeunes. En tant que parents, nous devons sensibiliser nos enfants aux façons positives d’interagir en ligne et hors ligne, et les protéger de l’intimidation sur Internet et dans la vie. Les parents consacrent beaucoup de temps à enseigner à leurs enfants des compétences favorisant les interactions sociales directes et, oui, il faut parfois des dizaines de milliers d’essais pour les leur inculquer. Nous devons investir la même somme de temps à leur enseigner les compétences nécessaires pour des interactions en ligne saines et satisfaisantes. Le processus est identique. Lorsque nous commençons à leur permettre de passer du temps devant l’écran et d’utiliser des appareils électroniques, nous pouvons surveiller leurs interactions en ligne et leur donner notre avis sur ce qui s’est bien déroulé ou sur ce qui pourrait être fait différemment. Nous devons dans ce cas reconnaître ce qui a été bien fait et faire preuve de renforcement positif. Nous devons également souligner tout comportement inapproprié et suggérer des façons d’agir autrement la prochaine fois, ou encore de renouer une relation fragilisée. Au fur et à mesure que l’enfant ou le jeune acquiert ces compétences, nous pouvons relâcher notre surveillance, lui montrant ainsi que nous avons confiance en lui. L’essentiel est que, bien que nous ne maîtrisions ou ne comprenions pas toutes les applications qu’ils utilisent, nous pouvons encadrer, surveiller et superviser leur comportement lorsqu’ils s’en servent. Ils ont besoin de ce soutien.

Se déconnecter pour des moments de qualité passés en famille

En tant que parents, nous devons également fixer des limites pour nos enfants. Il est normal de limiter le temps passé en ligne, tout comme nous établissons un couvre-feu lorsqu’ils sortent entre amis. À la maison, nous avons des moments où les écrans sont interdits. Lorsque je rentre du travail, je branche mon téléphone et je ne l’utilise plus jusqu’à ce que ma fille soit couchée. Je lui donne l’exemple de ce que j’attends d’elle. Je transmets également le message que je tiens à ce que nous passions notre temps ensemble lors de la préparation du repas, pendant le repas et après le repas. Les travaux scolaires sont la seule raison pour laquelle elle est devant l’écran après 18 h, du lundi au vendredi. De plus, les appareils électroniques sont interdits en tout temps à l’étage. Ce sont les règles fixées chez nous, et cela fonctionne à cet âge. Au sein de votre famille, vous devez déterminer quelles sont les limites raisonnables et ce qui s’avère efficace pour vous. Mais, en tant que parent, vous devez établir des limites, quelles qu’elles soient, les respecter vous-même et donner l’exemple.

Favoriser un comportement positif et soutenir nos enfants en ligne ne nécessite pas de nouvelles compétences; cela suppose de leur enseigner à se protéger dans un nouvel environnement.

Note de la rédaction : Les enfants ont le droit d’être protégés contre toute atteinte physique et mentale, et ont le droit de vivre à l’abri de toute forme de discrimination. La Journée du chandail rose, ou Journée rose, souligne le droit des enfants au Canada de vivre à l’abri de l’intimidation, ce que soutient UNICEF Canada. Le Bilan Innocenti de l’UNICEF indique que le Canada se classe au 21e rang sur les 29 pays étudiés en matière d’intimidation, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne dans les pays industrialisés. Nous pouvons faire mieux pour nos enfants. L’apprentissage de comportements en ligne appropriés dans le monde technologique d’aujourd’hui est essentiel pour que les enfants et les jeunes évitent de prendre part à la cyberintimidation et réalisent pleinement leurs droits à la protection et au sain développement. Le 24 février, portez du rose afin de montrer votre appui à la lutte contre l’intimidation.

Région géographique :