Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Le super cyclone Pam : début du processus de reconstruction

Par Simon Nazer, pour UNICEF Asie-Pacifique

L’UNICEF a commencé à acheminer des fournitures afin de venir en aide à une partie des quelque 132 000 personnes dont la vie a été bouleversée par le super cyclone Pam. Près de 54 000 enfants ont besoin d’aide de toute urgence.

Une famille transporte ses biens à la périphérie de Port Vila, la capitale de Vanuatu.
© UNICEF/NYHQ2014-0433/UNICEF Pacifique

Grâce à des bénévoles ayant aidé l’UNICEF à emballer des fournitures pendant la nuit à Suva, des trousses essentielles à la survie sont actuellement acheminées à Vanuatu. L’UNICEF déploie également des spécialistes sur le terrain, afin d’aider la population à reprendre le cours normal de sa vie aussi rapidement que possible.

Comme le souligne le spécialiste des situations d’urgence de l’UNICEF, monsieur Mioh Nemoto, acheminer les fournitures jusqu’aux personnes qui en ont le plus besoin représente toutefois des défis très distincts. « Beaucoup de fournitures ont été expédiées, mais la logistique ici est très compliquée. La population est de faible densité, mais elle est dispersée dans différentes îles, sur une région très étendue. Les voies de communication sont en panne et il n’y a pas de réseau téléphonique. Il est donc très difficile de déplacer de simples choses d’un point A à un point B », m’a-t-il expliqué au téléphone depuis Fiji.

Les fournitures acheminées à Vanuatu comprennent des trousses médicales et d’hygiène de base, de même que des fournitures scolaires d’urgence. « L’hygiène constitue actuellement une priorité absolue. L’accès à de l’eau potable est un grand problème ici; nous nous employons donc à nous assurer que la population reste propre et en bonne santé en expédiant des trousses d’hygiène », ajoute-t-il.

« Il est tout aussi primordial que les enfants reprennent leur apprentissage et leurs jeux. La plupart des écoles ont été endommagées ou sont utilisées comme centres d’évacuation; les enfants ne peuvent donc pas y retourner. Nous mettons en place des espaces d’apprentissage temporaires pour que les enfants puissent recommencer à apprendre et à jouer dès que possible. »

La vie dans les centres d’évacuation peut s’avérer stressante. Actuellement, 28 centres ont été établis à Port Vila, la capitale de Vanuatu, et de nombreuses personnes n’ont plus de maison où aller. « De nombreuses personnes vivent dans les centres. J’ai entendu dire qu’elles en sortent le jour pour tenter de réparer leur maison, et qu’elles reviennent y passer la nuit. C’est difficile. Avec autant de personnes réunies et sans un accès à de l’eau potable, il y a de grands risques de propagation de maladies infectieuses, comme la rougeole. »

Selon monsieur Nemoto, la dévastation engendrera probablement des dommages à long terme. « Ici, les dommages causés aux moyens de subsistance sont très graves, et les stocks alimentaires se sont envolés. La sécurité alimentaire constituera certainement un problème persistant, et nous devons réfléchir dès maintenant à la façon de bien nourrir les enfants. »

Les deux prochains jours sont primordiaux pour venir en aide à ceux et celles qui en ont le plus besoin.

Merci de faire un don au unicef.ca maintenant, afin de nous permettre de venir en aide aux enfants dont la vie a été bouleversée par le cyclone Pam.

 

Catégories :
Mots-clés populaires :
Région géographique :