Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’eau : une ressource précieuse

L’approvisionnement en eau potable au Soudan du Sud a été sérieusement perturbé par le conflit qui fait rage dans le pays. Des points d’eau ont été endommagés ou sont dans un état de délabrement avancé. L’insalubrité de l’eau entraîne des risques accrus, surtout chez les enfants, de maladies d’origine hydrique comme la diarrhée et le choléra. À Bentiu, l’UNICEF et ses partenaires ont réhabilité l’usine de traitement des eaux et acheminé l’eau potable dans toute la communauté avec le soutien d’USAID. Pour soutenir les initiatives de l’UNICEF en matière de traitement des eaux au Soudan du Sud, cliquez ici.

Des jeunes filles recueillent de l’eau pour faire la lessive

Des jeunes filles recueillent de l’eau pour faire la lessive dans un lac artificiel dans un site de protection des civils en avril 2017. De l’eau potable est fournie au site de protection des civils, mais beaucoup de personnes utilisent l’eau non traitée du lac artificiel pour divers usages, dont le lavage.

une fille porte un seau d'eau potable

Plus de 114 000 personnes ont trouvé la sécurité qu’elles recherchaient au site de protection des civils. Sur la photo prise en mai 2017, une jeune fille transporte un seau d’eau potable. Dans le pays, seulement 41 pour cent des enfants ont accès à de l’eau potable.

L’usine de traitement des eaux à Bentiu

L’usine de traitement des eaux, qui a repris ses activités en juin 2017 après une année de rénovations, produit 500 000 litres d’eau potable par jour. Cette eau est pompée dans six kilomètres de canalisations jusqu’à des points d’eau se trouvant à Bentiu, améliorant ainsi la vie des résidents et résidentes.

une femme se lave à une pompe grâce à l’eau de l’usine de traitement

À l’école primaire de Machakos, en juillet 2017, une femme se lave à une pompe grâce à l’eau de l’usine de traitement. Les femmes de la région se rendent quotidiennement à la pompe afin d’y recueillir de l’eau potable pour leur famille et pour la lessive.

Angelina et ses enfants

Avant que l’usine de traitement reprenne ses activités et achemine de l’eau à l’école, Angelina se rendait chercher de l’eau non traitée à une rivière qui se trouve à deux heures de chez elle. Après avoir évité de justesse un crocodile, elle a été mordue par un serpent. « La zone autour de la morsure est encore enflée même si c’est en grande partie guéri ».

Angelina remplit un bidon d’eau.

La remise en service de la pompe à l’école permet aux familles d’avoir accès à de l’eau potable près de leur foyer. Pour Angelina, qui gagne sa vie en vendant du bois de chauffage, ce changement représente une importante amélioration à sa qualité de vie.

« J’utilise l’eau que j’obtiens près de l’école pour préparer les repas de mes enfants et effectuer les autres tâches ménagères. Nous sommes tous heureux », affirme Angelina, tandis qu’elle remplit un bidon d’eau.

Mary, âgée de 15 ans.

Mary, âgée de 15 ans et élève à l’école primaire, a été dévastée par la mort de sa sœur cadette Nyakuth après qu’elle soit tombée malade.

« Je suis très triste à cause de ce qui est arrivé. Tout cela est de la faute de l’eau usée. Si ma sœur avait eu accès à de l’eau potable, elle ne serait peut-être pas tombée malade et serait vivante aujourd’hui. »

Nyahok Yar.

Nyahok Yar vit dans le camp pour personnes déplacées de Kochthey, à Bentiu, avec ses enfants et se déplace en tricycle. Avant la construction du pipeline qui achemine de l’eau potable de l’usine de traitement jusqu’au camp, Nyahok passait jusqu’à deux heures par jour en déplacement pour aller chercher de l’eau.

Nyahok avec ses enfants.

« Pendant la saison des pluies, c’était parfois trop boueux et je ne pouvais aller chercher de l’eau avec ma bicyclette. Je devais rester à la maison », confie Nyahok.

Aujourd’hui, il ne faut que cinq minutes à Nyahok pour puiser de l’eau avec l’aide de ses enfants. Elle peut ainsi faire l’aller-retour plusieurs fois par jour.

un médecin donne de l’eau potable à un patient

À l’hôpital de Bentiu, un médecin donne de l’eau potable à un patient. Le Soudan du Sud est aux prises avec une épidémie prolongée de choléra qui affecte des milliers de gens et qui a entraîné la mort de centaines de personnes. L’eau potable et une bonne hygiène sont essentielles pour prévenir la propagation de la maladie.

d’eau potable

Au Soudan du Sud, 5,1 millions de personnes manquent d’eau potable et d’installations sanitaires, et ne peuvent donc pas adopter de bonnes pratiques d’hygiène. La remise en service de l’usine de traitement des eaux et l’installation du pipeline ont changé la vie des gens de Bentiu. Pour soutenir les initiatives de l’UNICEF en matière de traitement des eaux au Soudan du Sud, cliquez ici.

Région géographique :