Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Les agents du changement

« Les plus vulnérables aux changements climatiques sont les enfants et les jeunes, affirme Vo Giang Ha, un adolescent âgé de 15 ans. Mais ils sont également les agents et agentes du changement et peuvent contribuer à trouver des solutions », ajoute-t-il.                                          

Sea Change: une vidéo tournée par sept jeunes reporters au Viêt Nam et documentant les conséquences engendrées par les changements climatiques.

Il est l’un des sept jeunes âgés de 13 à 17 ans qui ont participé à un atelier tenu dans la province côtière de Quang Bing grâce au soutien de l’UNICEF, en partenariat avec l’Union de la Jeunesse du Vietnam, l’une des plus importantes organisations de masse au pays.

Dans le cadre de l’atelier, les jeunes ont planifié, écrit le scénario et tourné une vidéo de six minutes sur un village de pêcheurs dont les maisons et les écoles ont été emportées par plusieurs violentes tempêtes. Le film, intitulé Sea Change (changement profond), est axé sur les défis que posent les changements climatiques et sur la façon dont les enfants peuvent faire partie de la solution. 

Le Viêt Nam occupe le 13e rang des 170 pays susceptibles de subir les conséquences qu’entraînent les changements climatiques et se place dans la catégorie de ceux à risque extrême.

Les enfants sont les plus vulnérables aux conséquences de ces changements, bien qu’ils en soient les moins responsables.

« Nous, les enfants, nous n’avons rien à voir avec le réchauffement planétaire, et pourtant c’est ce dont nous héritons de nos parents et de nos grands-parents », constate Hoang Mai Trinh, une jeune fille de 15 ans. « Mais les jeunes forment la prochaine génération. Ils sont exposés à de nouveaux concepts et à de nouvelles tendances. Ils peuvent trouver de nouvelles idées pour faire face aux enjeux de leur époque. Il faudrait les écouter autant que les adultes pour tout ce qui concerne les changements climatiques. »

Il semble évident que les jeunes au Viêt Nam refusent qu’on les ignore.

Selon madame Lotta Sylwander, représentante de l’UNICEF au Viêt Nam, « les enfants et les jeunes de ce pays sont au courant des problèmes à l’échelle mondiale qui menacent notre planète. Ils sont prêts à apporter des changements sociaux. Considérant que près d’une personne sur trois au Viêt Nam est âgée de moins de 18 ans, il ne faudrait pas sous-estimer ce groupe de la population. »

Pendant qu’ils filmaient, les jeunes se sont entretenus avec les personnes des communautés dont la vie est bouleversée par les catastrophes naturelles attribuables aux changements climatiques. Ils ont interrogé des pêcheurs, des ouvriers de la construction, des fonctionnaires du Comité de gestion des catastrophes et des ouragans de la province, ainsi que des jeunes qui participaient à un projet de reforestation.

« Selon nous, le gouvernement n’écoute pas suffisamment les jeunes. Il devrait le faire. Nous espérons que cette vidéo permettra à nos dirigeants de connaître davantage ce que nous avons à dire. Nous souhaitons également que ce film contribue à sensibiliser la population aux changements climatiques dans notre pays et qu’il fasse savoir à tout le monde qu’il est possible d’agir pour limiter les conséquences négatives qu’ils engendreront sur notre vie », explique Hoang Mai Trinh.  

Adaptation d’un texte rédigé par Sandra Bisin.