Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Niger : le cheminement vers le rétablissement d’un enfant souffrant de malnutrition sévère aiguë

Oumarou Seydou, âgé deux ans et demi, est inerte dans les bras de sa mère. Il ne sourit pas, ne pleure pas, ne bouge pas.

C’était il y a un mois. La mère du petit garçon, Barira Seydu, venait de parcourir 55 km pour l’amener à Aguié, au Niger, dans un centre de réhabilitation nutritionnelle intensive soutenu par l’UNICEF.

Comme lui, presque 394 000 enfants au Niger souffrent de malnutrition sévère aiguë, potentiellement mortelle, et ont besoin d’un traitement. Leur situation est une conséquence tragique de la crise alimentaire qui, en plus de la sécheresse, des mauvaises récoltes et de la hausse du prix des aliments, frappe actuellement la région du Sahel couvrant l’ouest et le centre du continent africain.

Oumarou pesait à peine 7,2 kilos lorsqu’il a été admis au centre de réhabilitation nutritionnelle intensive; un enfant en bonne santé de son âge pèse au moins 8,8 kilos. Oumarou a aussi des problèmes de santé engendrés par de complications liées à la malnutrition : anémie, œdème, paludisme, diarrhée et infections respiratoires. Il a immédiatement été hospitalisé pour recevoir des soins intensifs.

Première semaine : Les quatre premiers jours, on lui fait prendre du lait thérapeutique pour réguler son métabolisme et on lui a administré des médicaments antipaludiques, des suppléments de zinc, des antibiotiques et d’autres médicaments pour traiter les complications liées à la malnutrition. À la fin de la semaine, l’œdème s’était résorbé et les symptômes du paludisme se sont dissipés. Cependant, Oumarou ne pèsait plus que 6,4 kilos parce que son frêle organisme avait perdu ses liquides corporels. L’enfant était d’une maigreur extrême, il n’avait que la peau et les os.

Deuxième semaine : Oumarou a commencé un régime composé d’aliments thérapeutiques prêts à consommer de type Plumpy’nutMD et de lait thérapeutique, une source de nutriments essentiels. Les résultats étaient encourageants, car, à la fin de la semaine, l’enfant avait pris 0,8 kilo.

Troisième et quatrième semaines : Barira Seydu a assisté avec émerveillement et soulagement au rétablissement de son fils. Peu après, l’enfant a obtenu son congé du centre, et sa mère a reçu des directives strictes pour poursuivre le traitement à base de lait thérapeutique à la maison.

« Jamais je n’aurais cru que mon fils se rétablirait, explique madame Seydu. J’étais résignée à sa mort. Je n’avais plus d’espoir, mais j’ai décidé de lui offrir toutes les possibilités. Nous avons observé les consignes de l’infirmière, et son état s’est beaucoup amélioré. »

Oumarou a été très privilégié. Actuellement, un million d’enfants en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale sont menacés de malnutrition sévère aiguë.

L’UNICEF a besoin urgent de fonds additionnels pour soutenir la distribution de médicaments essentiels ainsi que d’aliments et de lait thérapeutiques afin de continuer à sauver des vies. Faites un don dès aujourd’hui pour que d’autres enfants reçoivent une aide essentielle comme le petit Oumarou!