Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Privés de leur enfance

 

En août 2016, des combats ont éclaté au Kasaï, l’une des régions les plus pauvres de la République démocratique du Congo, après qu’un chef traditionnel ait été tué lors d’affrontements avec les forces de sécurité. Alors que la crise s’est aggravée en 2017, la violence s’est étendue à neuf des 26 provinces du pays, entraînant des conséquences dévastatrices pour les enfants. Des enfants ont été tués, mutilés et utilisés dans les combats, et au moins 850 000 enfants ont été déplacés. Pour aider l’UNICEF à répondre aux besoins urgents des enfants au Kasaïcliquez ici.

Un enfant souffrant de malnutrition mange un aliment thérapeutique prêt à consommer

Un enfant souffrant de malnutrition mange un aliment thérapeutique prêt à consommer fourni par l’UNICEF au centre de santé du village de Tshinyama. En juillet 2017, l’UNICEF et ses partenaires ont traité 2 734 enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë, mais la vie de 400 000 autres est toujours en danger.

le chef Tshipanba Ntalaja

« La milice a menacé les élèves et le personnel enseignant. Les soldats ont interdit aux élèves de reprendre les cours », explique le chef Tshipanba Ntalaja, dans une salle de classe endommagée de l’école du village de Tshibambula.

une salle de classe endommagé à Tshinyama

En juin 2017, le personnel sur le terrain a documenté des attaques contre 404 écoles. De nombreuses autres écoles sont maintenant occupées par des personnes déplacées et des militaires. Plus de 150 000 enfants ne vont plus à l’école.

Mai 2017 – Une salle de classe de l’école primaire qui a été pillée à Tshinyama lors des affrontements du mois de mars entre la milice et les forces de sécurité.

Des enfants mangent dans un centre de transit et d’orientation

Des enfants démobilisés de la milice du chef traditionnel mangent dans un centre de transit et d’orientation dirigé par une ONG locale soutenue par l’UNICEF, à Kananga. De 40 à 60 pour cent des membres de la milice sont des enfants souvent âgés de moins de 15 ans, ce qui constitue un crime de guerre.

Des enfants assistent à un cours de jardinage professionnel

L’UNICEF et ses partenaires procurent des soins médicaux d’urgence et un soutien psychosocial aux enfants libérés des milices, de même que des services de recherche et de réunification des familles.

Mai 2017 - Des enfants soldats démobilisés assistent à un cours de jardinage professionnel au centre de transit et d’orientation de Kananga.

Des bénévoles communautaires entretiennent des latrines et des douches

Des bénévoles communautaires entretiennent des latrines et des douches construites par l’UNICEF au centre de santé de Tshinyama : il s’agit d’un moyen de protection essentiel contre le choléra et d’autres maladies d’origine hydrique.

Des élèves suivent un cours de rattrapage

Des élèves suivent un cours de rattrapage organisé par l’UNICEF afin de préparer leur examen de fin d’année à l’école primaire Citolo, à Kabea Kamwanga. Forcés de fuir la violence en octobre 2016, les élèves ont pu reprendre leurs études en mars 2017, grâce au soutien de l’UNICEF.

des mères et leurs enfants attendent les vaccins de routine

En raison du conflit qui sévit au Kasaï, les enfants n’ont pas accès aux services de santé, ce qui les rend considérablement plus vulnérables aux maladies et met leur vie en danger. Les vaccins de routine, comme celui qu’attendent ces mères et leurs enfants à Kabea Kamwanga, en mai 2017, permettent de protéger les enfants contre des maladies.

Des enfants transportent des contenants remplis d’eau

Des enfants transportent des contenants remplis d’eau puisée à un point d’eau construit par l’UNICEF à Tshinyama. Si la violence persiste dans la région du Kasaï, l’avenir d’une génération entière d’enfants est en danger.

 

Pour aider l’UNICEF à répondre aux besoins urgents des enfants au Kasaïcliquez ici.

Catégories :
Région géographique :