Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Regarder en arrière pour mieux avancer

par Layal Horanieh, UNICEF Canada

Dans plusieurs pays, un éventail de conflits et de catastrophes naturelles, comme la situation d’urgence complexe en Syrie, l’escalade de la violence en République centrafricaine, et des situations humanitaires chroniques partout dans le monde, a continué à accroître la vulnérabilité des enfants.

Tandis que nous réfléchissons à l’année qui vient de se terminer, ce qui se traduit pour un grand nombre d’entre nous par prendre une pause afin de passer du temps avec notre famille et nos amis, il est très important de s’arrêter pour penser aux innombrables enfants qui accueillent 2014 en étant, littéralement, plus heureux et en meilleure santé.

Aujourd’hui, un plus grand nombre d’enfants que jamais auparavant atteignent l’âge de cinq ans. Le nombre d’enfants âgés de moins de cinq ans qui sont décédés en 1990 avait diminué de plus de moitié en 2012; concrètement, cela signifie que 12,6 millions d’enfants sont décédés en 1990 comparativement à 6,6 millions en 2012. Certains des pays les plus pauvres du monde ont obtenu les meilleures améliorations en matière de survie de l’enfant, entre autres sept pays au taux de mortalité élevé et à faible revenu : le Bangladesh, l’Éthiopie, le Libéria, le Malawi, le Népal, le Timor-Leste et la République-Unie de Tanzanie ont réduit leur taux de mortalité chez les enfants âgés de moins de cinq ans de deux tiers ou plus depuis 1990.

Lorsque nous célébrons les progrès accomplis, nous devons penser à remercier les gouvernements, les entreprises ainsi que les donateurs et donatrices pour leur soutien incroyable. Ils ont en effet répondu à l’appel de façon rapide et généreuse lors de catastrophes, par exemple lorsque le typhon Haiyan a frappé. Les fonds recueillis et promis en faveur de l’UNICEF comblent pour le moment les besoins sur le terrain en ce qui a trait à la réponse immédiate et la reconstruction au début de 2014.

Cependant, les situations d’urgence de l’an dernier ne sont pas survenues qu’aux Philippines. Nous devons attirer l’attention sur d’autres urgences ailleurs dans le monde où les contraintes en matière de ressources demeurent importantes, par exemple en République centrafricaine, en Syrie et maintenant au Soudan du Sud. Tandis que l’appel de fonds pour les Philippines était lancé, la température a chuté en Syrie et la violence a fait rage en République centrafricaine, et des milliers de communautés au Soudan du Sud se sont soudainement retrouvés sur la longue liste des personnes déplacées encore une fois à cause de la violence.

À l’heure actuelle, le conflit haineux qui sévit en République centrafricaine bouleverse la vie de 2,3 millions d’enfants. Plus de 785 000 d’entre eux ont été déplacés en raison du conflit, et les derniers rapports indiquent qu’au cours de la deuxième semaine de décembre seulement, en moyenne, trois personnes par heure ont été tuées dans les combats.

Aujourd’hui, plus d’un million d’enfants syriens vivent en tant que réfugiés au Liban, en Jordanie, en Iraq, en Turquie, en Égypte et dans d’autres pays de l’Afrique du Nord, tandis que quatre millions d’enfants en Syrie vivent dans des conditions effroyables en raison de la pauvreté et de déplacements à l’intérieur du pays, sans compter qu’ils sont parfois pris au milieu des lignes de tir.

À cause de l’escalade de la violence au Soudan du Sud, des milliers d’enfants se retrouvent une fois de plus en grand danger; on estime que 180 000 civils ont été obligés de fuir leur domicile, la majorité de ce nombre est constituée de femmes et d’enfants.

En raison des nombreuses situations d’urgence en cours, nous savons que nous devons continuer de travailler sans relâche au cours de cette nouvelle année, et d’être la voix de ceux et celles qui n’en ont pas, ainsi que la force de ceux et celles qui sont vulnérables. Ensemble, nous avons démontré que nous pouvons offrir les ressources à tous les enfants vivant une situation difficile pour non seulement les guérir, mais aussi pour leur permettre de réaliser leur plein potentiel, de cultiver leurs talents et de contribuer à la croissance de leur nation.

Catégories :