Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Voilà ce que je vois : de jeunes réfugiés syriens utilisent la photographie comme exutoire

par Toby Fricker

Un groupe de jeunes syriens vivant au camp de Zaatari, en Jordanie, participent à un projet photographique de trois mois visant à les aider à surmonter leurs graves traumatismes.

Agnès Montanari, une photographe française, apprend aux enfants à se servir d’appareils photographiques jetables dans le cadre d’un projet de trois mois mené par l’organisme Aide à l’enfance, en collaboration avec l’UNICEF. Elle leur enseigne des techniques comme le cadrage, l’utilisation de la lumière et la façon de raconter une histoire en photos.

Cliquez ici pour voir l’album complet

« L’objectif du programme consiste à donner aux enfants les moyens de raconter leur vie dans le camp et de se créer des souvenirs. C’est aussi cela la vie, même s’ils vivent dans un camp de réfugiés. Leur vie ici doit avoir un sens », explique madame Montanari.

Créer des souvenirs

« Je veux exprimer dans mes photos l’atmosphère du camp et montrer aux autres que la vie est très dure ici. Nous sommes venus nous réfugier dans ce camp parce que nous avons souffert chez nous. Maintenant, nous devons supporter la vie ici », raconte Amjad.

Les jeunes qui participent à ce projet sont âgés de 14 à 18 ans. Ils se réunissent deux fois par semaine pour assister à des cours dans une unité préfabriquée. Entre les cours, ils mettent en pratique ce qu’ils ont appris en prenant des photos dans le camp. Chaque semaine, ils mettent l’accent sur un thème différent.

Cliquez ici pour voir l’album complet

Depuis le début du projet en février, Agnès Montanari a vu les compétences photographiques des enfants s’améliorer de façon impressionnante. « Maintenant, ils commencent à prendre des photos plus créatives, mieux équilibrées, plus spontanées. C’est très intéressant », se réjouit-elle, affichant un grand sourire.

Se remettre du conflit et du déplacement

Le projet photographique fait partie d’une stratégie plus élaborée de l’UNICEF en matière de soutien psychosocial auprès des enfants qui ont subi de graves traumatismes.

« Lorsque votre cerveau est surchargé, vous ne voyez plus que ce qui est en face de vous et vous n’éprouvez que vos besoins immédiats », explique madame Jane MacPhail. Spécialiste de la protection de l’enfant à l’UNICEF, elle anime des sessions de formation en soutien psychosocial destinées au personnel enseignant et au personnel de la protection de l’enfant œuvrant auprès des enfants dans le camp de Zaatari.

Cliquez ici pour voir l’album complet

 « Ce projet photographique réapprend au cerveau à se concentrer sur quelque chose et à expérimenter le plaisir de voir des choses différentes. Les enfants se concentrent davantage et s’intéressent beaucoup plus aux petites choses de la vie. Cette nouvelle façon de voir aide les enfants à rétablir la communication avec leur famille et, à terme, contribue à améliorer la vie de tous », ajoute madame MacPhail.

S’ouvrir aux autres

Grâce à ce programme, l’interaction entre Amjad et sa famille dans leur logement temporaire s’est grandement améliorée. « Les membres de ma famille sont heureux. Ils ont constaté une amélioration de mon comportement. Je suis plus ouvert aux autres et je parle davantage. Nous rions en regardant les photos et lorsque je raconte ce qui se passe pendant les cours », ajoute-t-il.

Si le projet photographique procure à Amjad une certaine stabilité pendant son séjour au camp de Zaatari, il pense toutefois souvent à son futur retour au pays. « J’espère que nous retournerons en Syrie, que la vie reprendra son cours normal et que nous retrouverons rapidement tout ce que nous avons perdu », dit-il.

Cliquez ici pour voir l’album complet

Les photographies des jeunes photographes ont été récemment exposées dans une galerie située dans le centre-ville d’Amman, en Jordanie. Intitulée : Pour que demain l’on se souvienne : la vie dans le camp de Zaatari vue par des enfants, l’exposition, qui a duré trois jours, a attiré des centaines de visiteurs, dont des ambassadeurs et des ambassadrices, des membres du public et des touristes. Il est prévu de présenter l’exposition à l’extérieur du pays et sur la scène internationale.

Vous pouvez soutenir des projets comme celui-ci en faisant un don.

Catégories :
Région géographique :