Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Blogue de David Morley : Mise à jour sur la situation dans la Corne de l’Afrique

La présentation de messieurs As Sy et Ted Chaiban, respectivement notre directeur régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe et notre représentant en Éthiopie a été la plus inspirante à laquelle nous avons assisté ici.

Nos deux collègues ont dressé un bilan de ce qui s’est passé, et de ce qui ne s’est pas passé, dans la Corne de l’Afrique depuis la crise qui a frappé la région l’été dernier.

Dans la Corne de l’Afrique, le mode de vie des populations est gravement menacé par l’augmentation du prix des aliments, la pire sécheresse que le pays ait connue en 60 ans, ainsi que le conflit et l’insécurité qui prévalent dans la région. Les personnes que j’ai rencontrées l’automne dernier dans le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya, qui est aujourd’hui la troisième plus grande ville du Kenya, étaient épuisées et désespérées. Ces personnes étaient cependant parmi les

« privilégiées », car seules les plus en santé avaient réussi à parcourir ce long chemin vers la sécurité, prenant parfois jusqu’à quatre semaines. Et nous étions les mieux placés pour les aider, ces personnes qui avaient réussi à atteindre Dadaab et celles qui ont été incapables de sortir de la Somalie, car nous étions présents dans la région depuis longtemps. Nous ne sommes pas de nouveaux venus débarqués ici pour répondre à une situation de crise. Nous sommes ici depuis longtemps, et pour encore longtemps.

Nous avons reçu au total 450 millions de dollars pour faire face à la crise, et ces fonds ont été bien utilisés. Nous avons traité 340 000 enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë et administré près de huit millions de vaccins. Plus de trois millions de personnes ont eu accès à des sources améliorées d’approvisionnement en eau potable et de nombreuses familles ont bénéficié de programmes d’alimentation complémentaire. Au mois d’août dernier, nous avons craint que la famine ne s’étende et ne s’aggrave, mais cela ne s’est pas produit. En Éthiopie, malgré la sécheresse, qui fut aussi grave qu’en Somalie, de l’autre côté de la frontière, l’histoire ne s’est pas répétée et le pays n’a pas connu de famine comme celles qui avaient sévi dans les années 1970 ou 1980. Il n’y a pas eu de famine dans cette région, notamment parce que nous avons aidé le gouvernement à augmenter de façon considérable le nombre de centres de santé dans les régions rurales et à mettre en place un filet de sécurité sociale communautaire permettant aux comités de villageois de reconnaître les personnes les plus démunies, et de leur donner de l’argent ou de la nourriture

La population de la Corne de l’Afrique a donc échappé au pire, cette fois-ci. Mais nous ne relâchons pas nos efforts. Nous devons maintenant aider les enfants ayant survécu; les aider à grandir, à se développer et à prendre des forces pour faire face à une situation semblable la prochaine fois que les pluies seront aussi peu abondantes. Le travail accompli en Éthiopie témoigne de ce qu’il est possible de faire. La situation n’est pas désespérée. Si chacun et chacune persévèrent, de l’échelle gouvernementale à l’échelle communautaire, et que nous, à l’UNICEF, continuons de faire ce que nous seuls pouvons faire, les enfants de la Corne de l’Afrique pourront grandir et s’épanouir.