Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Journée mondiale des réfugiés

Depuis le coup d’État militaire survenu au Mali il y a trois mois, des centaines de milliers de personnes ont été déplacées en raison du conflit armé qui sévit dans le nord du pays. L’escalade d’échange de tirs a forcé des communautés entières à trouver refuge en Mauritanie, le pays voisin. À l’heure actuelle, plus de 65 000 réfugiés du Mali vivent dans le camp pour personnes déplacées de M’bera, dans le sud-est de la Mauritanie.

La montée de la violence s’ajoute à la crise nutritionnelle qui frappe actuellement le Sahel, et qui touche durement le Mali et la Mauritanie. L’UNICEF et ses partenaires travaillent sans relâche à assurer une intervention rapide et concertée en réponse à ces deux situations d’urgence, afin de renforcer la résilience des collectivités et d’empêcher la situation de se détériorer.

L’UNICEF concentre ses efforts sur la mise en place d’écoles pour que les enfants se trouvant dans le camp de M’bera retrouvent une certaine stabilité, reprennent leurs activités quotidiennes et se sentent en sécurité. Des tentes-écoles accueillent plus de 3 000 enfants © UNICEF 2012/Mauritania               en âge de fréquenter l’école primaire, qui peuvent ainsi poursuivre leur scolarité malgré les bouleversements qu’ils ont connus récemment.

Pour de nombreux enfants du camp qui n’étaient jamais allés à l’école, cette crise représente une occasion inespérée de recevoir une éducation.

C’est entre autres le cas de Mahmoud. Ayant toujours vécu dans une communauté nomade avec sa mère et ses sœurs, ce garçon ne restait jamais assez longtemps au même endroit pour aller à l’école. Devenu chef de famille alors qu’il n’était âgé que de dix ans, Mahmoud a dû murir rapidement.

Il s’est très vite adapté à la vie du camp, et va deux fois par jour chercher de l’eau pour sa famille. Une nuit, il a attendu de trois heures à huit heures pour avoir accès à la fontaine, et rapporter l’eau dont sa famille avait besoin pour boire et faire cuire les aliments.

Auparavant, Mahmoud ne pouvait pas parler de l’école avec les autres enfants, et cela l’attristait. Maintenant, grâce à sa nouvelle école, il reçoit une éducation.

L’UNICEF s’efforce de fournir d’autres tentes et plus d’Écoles en boîte au camp pour personnes déplacées de M’bera, afin qu’un plus grand nombre d’enfants comme Mahmoud aient un environnement sécuritaire où apprendre et jouer, et ce, même s’ils se trouvent à des milliers de kilomètres de chez eux.