Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Réunifier les familles ouzbeks pour que les enfants puissent grandir dans leur foyer

À Samarkand, Avaz Rakhimov et ses deux fils sont assis à une table et prennent tranquillement le thé au jardin. La nouvelle épouse d’Avaz est assise à ses côtés.

Ce portrait de famille est cependant incomplet.

La famille d’Avaz Rakhimov avait éclaté au moment de la rupture du couple. L’ex-femme de monsieur Rakhimov avait obtenu la garde de leurs quatre enfants. Lorsqu’elle travaillait à l’étranger, c’est la grand-mère qui s’occupait des enfants. © UNICEF Uzbekistan/2011

En l’absence de la mère partie à l’étranger, les services sociaux ouzbeks sont intervenus, ont retiré la garde des enfants à leur grand-mère et les ont placés dans une institution d’État.

« Je tiens à ce que mes filles reviennent à la maison , a indiqué monsieur Rahimov. Leur foyer est ici et je ne veux pas qu’elles grandissent ailleurs. »

En Ouzbékistan, la prise en charge automatique des enfants par l’État constitue une pratique découlant de l’époque soviétique qui s’est pourtant révélée néfaste pour le développement de l’enfant. Le placement en institution prive les enfants de l’attention individuelle, de la stimulation et de la sécurité affective que procure le milieu familial.

Après avoir fondé un foyer avec sa nouvelle épouse, monsieur Rakhimov a demandé que la garde de ses fils, Nazirbek, six ans, et Nodirbek, sept ans, lui soit confiée. © UNICEF video

Ses deux filles sont encore en institution.

Monsieur Rakhimov est déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour que ses filles reviennent chez elles. Ainsi, il a commencé à rénover sa maison pour la rendre plus accueillante pour ses enfants, et il est en train de construire une nouvelle chambre pour ses filles en prévision de leur retour. « Je fais tout ce que je peux pour mes enfants, dit-il. Ils sont ma raison de vivre. »

Ses efforts seront bientôt récompensés. Le récit de la famille Rakhimov illustre l’une des multiples histoires de réussite attribuables aux Services de soutien aux familles et aux enfants, un programme que l’UNICEF parraine en Ouzbékistan.

Galina Kukanyants, une travailleuse sociale formée par l’UNICEF qui s’occupe de la famille Rakhimov, est satisfaite des progrès accomplis à ce jour et croit que les filles seront de retour dans leur foyer dans quelques mois.

Ce programme s’inscrit dans le processus de transformation appuyé par l’UNICEF que connaissent actuellement les systèmes de protection de l’enfant ouzbeks. L’objectif principal de cette réforme consiste à éviter la prise en charge des enfants par l’État. Nul doute que le partenariat actif de l’UNICEF, permettra la création d’un réseau national de services sociaux et l’adoption de mesures législatives en matière de protection de l’enfant

L’UNICEF s’emploie sans relâche à réunifier les familles, quelle que soit leur situation individuelle, parce que chaque enfant a le droit de grandir dans un foyer aimant.