Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Davantage d’enfants sont libérés d’un groupe armé au Soudan du Sud

2015-02-10

JUBA/NAIROBI/GENÈVE/NEW YORK, le 10 février 2015 – L’UNICEF et ses partenaires supervisent la démobilisation de 300 autres enfants d’un groupe armé au Soudan du Sud.

Les enfants de Pibor, dans l’État de Jonglei, ont rendu leurs armes et leur uniforme lors d’une cérémonie soutenue par l’UNICEF et supervisée par la Commission nationale sud-soudanaise du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion, et par la faction Cobra. Ils passeront leur première nuit dans un centre d’accueil provisoire où ils recevront de la nourriture, de l’eau et des vêtements. Ils auront également accès à des services de santé et d’aide psychosociale.

Cette démobilisation suit la libération il y a deux semaines de 249 enfants âgés de 11 à 17 ans dans le village de Gumuruk. La libération progressive des autres enfants de la faction Cobra de l’Armée démocratique du Soudan du Sud, qui est dirigée par David Yau Yau, aura lieu au cours du prochain mois dans le cadre de l’une des plus importantes démobilisations d’enfants à ce jour. La faction Cobra a annoncé à l’UNICEF que 3 000 enfants se trouvent dans le groupe armé.

Malgré les énormes défis auxquels font face les enfants démobilisés alors qu’ils s’adaptent à la vie civile après quatre années passées au sein du groupe armé, des signes positifs à Gumuruk indiquent que le processus de réinsertion fonctionne. Dans les deux semaines qui ont suivi leur libération, 179 enfants sont retournés dans leur famille, alors que 70 autres vivent au centre d’accueil provisoire soutenu par l’UNICEF pendant la phase de recherche et de réunification des familles. Les 249 garçons viennent chaque jour au centre d’accueil, où ils reçoivent des repas et une aide psychosociale, et participent à des activités récréatives.

« La possibilité d’une vie nouvelle s’ouvre pour chaque enfant libéré. Nous constatons les effets négatifs que le recrutement dans un groupe armé a eus sur les garçons : certains sont renfermés, tandis que d’autres ont un comportement violent, agressif. Ils ne jouent pas et font les cent pas.

Pour éviter tout risque de nouveau recrutement et veiller à ce que chacun puisse réaliser pleinement son potentiel, ces enfants ont besoin d’un environnement protecteur où non seulement ils reçoivent de la nourriture et de l’eau, mais ont aussi accès à des consultations psychosociales, acquièrent des compétences de base et ont la possibilité de retourner à l’école », a déclaré Jonathan Veitch, le représentant de l’UNICEF au Soudan du Sud.

Les enfants démobilisés et les communautés locales ont unanimement affirmé à l’UNICEF que l’éducation est leur priorité absolue. L’UNICEF améliore l’accès à l’éducation dans chacun des lieux de libération, soit en renforçant les installations existantes, soit en procurant de nouvelles écoles là où il n’en existait aucune. On estime que 20 000 enfants dans ces communautés bénéficieront de ces efforts. L’UNICEF et ses partenaires offriront également aux enfants, dont beaucoup n’ont jamais été scolarisés, des possibilités de formation professionnelle.

Ces derniers jours, l’UNICEF a affrété des avions et livré par camion des chargements entiers d’eau, de produits d’hygiène et d’assainissement, et de fournitures médicales et scolaires dans la grande région administrative de Pibor, tirant parti de l’accès amélioré de l’aide humanitaire par la route pendant la saison sèche. Dix membres du personnel de l’UNICEF sont également sur le terrain, afin de superviser la démobilisation et le programme de réinsertion.

L’UNICEF estime que le coût de la libération et de la réinsertion de chaque enfant s’élèvera approximativement à 2 330 dollars pour 24 mois. L’organisme demande 13 millions de dollars pour répondre aux besoins immédiats des enfants démobilisés et des communautés vulnérables dans lesquelles ils vivent.

-30-

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca