Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

De grands progrès ont été réalisés en Haïti, mais les enfants doivent toujours faire face à de nombreux défis, déclare le président et chef de la direction d’UNICEF Canada qui se trouve à Port-au-Prince

2015-01-12

Port-au-Prince, HAÏTI, le 12 janvier 2015 — Afin de souligner le cinquième anniversaire du tremblement de terre dévastateur qui a coûté la vie à plus de 220 000 personnes en 2010, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada, monsieur David Morley, est allé à Port-au-Prince pour visiter des projets, s’entretenir avec des enfants et des familles, et évaluer les progrès réalisés en Haïti afin de bâtir un avenir meilleur pour les enfants de cette nation. Au cours des quelques derniers jours, monsieur Morley a visité des projets mis sur pied en matière de santé, d’éducation, d’approvisionnement en eau et d’assainissement, de même que l’un des camps restants pour les personnes déplacées. Il nous a livré aujourd’hui ses impressions :

« Il y a cinq ans, la population canadienne et la communauté internationale ont répondu avec générosité et compassion afin de venir en aide aux enfants et aux familles en Haïti, un pays dévasté par un séisme qui a détruit la majeure partie de la capitale et causé le décès de près d’un quart de million de personnes en à peine 45 secondes. L’intervention des Canadiennes, des Canadiens et de la communauté internationale s’est avérée primordiale au cours des cinq dernières années pour sauver des vies et contribuer à remettre Haïti sur pied.

Dans les semaines qui ont suivi le tremblement de terre mortel, le premier ministre Harper a déclaré que nous devions nous engager à long terme envers Haïti, et qu’il n’est pas exagéré de dire que dix années de dur labeur attendent la communauté internationale dans cette région. Alors que nous soulignons aujourd’hui le cinquième anniversaire du séisme, nous n’avons parcouru que la moitié du chemin. Port-au-Prince et Haïti sont revenus au même point qu’ils étaient au moment où s’est produit le tremblement de terre.

Dans certaines régions, des progrès importants ont été réalisés en ce qui concerne les taux d’inscription à l’école primaire, la survie de l’enfant et la législation relative à la protection de l’enfant. Toutefois, cet élan risque fort d’être perdu si le soutien ne se poursuit pas. Les fonds s’épuisent, et les enfants en Haïti ne doivent pas “tomber sous les écrans radars” de la communauté internationale. Ce n’est pas ce qui avait été envisagé lorsque le monde s’est rallié pour reconstruire un Haïti plus fort à la suite de ce tremblement de terre meurtrier. Des défis doivent encore être surmontés sur de nombreux fronts, dont l’accès à de l’eau potable pour prévenir des maladies potentiellement mortelles, les taux de décrochage scolaire qui augmentent au fur et à mesure que les enfants progressent dans le système d’éducation, et la prévalence du VIH toujours élevée et inchangée.

Les progrès réalisés en Haïti sont le résultat des efforts combinés de la communauté internationale et des donateurs et donatrices, y compris de la population canadienne, de même que de la détermination inébranlable des Haïtiens et Haïtiennes et de leurs dirigeantes et dirigeants communautaires, afin de reconstruire et d’améliorer le pays pour les enfants en Haïti. Ces derniers jours, j’ai fait la connaissance des Haïtiennes et des Haïtiens les plus incroyables et héroïques qui ont besoin de notre soutien, afin de continuer sur la lancée visant à bâtir un Haïti plus fort. Et, comme toujours, rencontrer des enfants incroyablement résilients et courageux face à une telle adversité nous rappelle pour quelle raison le Canada et la communauté internationale doivent continuer d’accorder la priorité à Haïti. »

DISPONIBILITÉ POUR LES MÉDIAS : Monsieur David Morley est disponible aujourd’hui pour accorder des entrevues via Skype, Facetime et par téléphone. Il parle couramment l’anglais, l’espagnol et le français.

Ressources :

  • PHOTOS ET VIDÉO
  • Pour obtenir des photos des visites effectuées cette fin de semaine par monsieur David Morley, veuillez communiquer avec Nancy Radford aux coordonnées indiquées ci-dessous.

— 30 —

À propos de l’UNICEF :

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit. Pour en savoir plus sur l’UNICEF, veuillez visiter le www.unicef.ca.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca