Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

De nombreux enfants sont tués ou blessés par des mines terrestres et des munitions non explosées dans l'est de l'Ukraine, affirme l’UNICEF

2015-03-31

KIEV / GENÈVE, le 31 mars 2015 - Depuis le mois de mars de l'année dernière, au moins 109 enfants auraient été blessés et 42 tués par des mines terrestres et des munitions non explosées dans les régions de Donetsk et Louhansk, situées dans l’est de l'Ukraine, a déclaré l'UNICEF aujourd'hui.

Les chiffres rapportés par le gouvernement peuvent toutefois ne pas refléter le nombre réel d'enfants victimes de ces mines terrestres et munitions non explosées dans la région.

« Le nombre d'enfants tués et mutilés par les mines et les munitions non explosées serait nettement plus élevé si l'on comptait les zones qui ne sont pas contrôlées par le gouvernement. Le manque d'accès à ces zones est un véritable défi pour les organismes humanitaires sur le terrain », a déclaré Marie-Pierre Poirier, la directrice régionale de l'UNICEF pour l'Europe centrale et orientale et la Communauté des États indépendants, après une visite des régions orientales de l'Ukraine.

Après une année de conflit, de nombreuses communautés en Ukraine orientale ont été exposées à des niveaux extrêmes de violence, notamment en raison d’armes lourdes. Certaines de ces armes ont été laissées dans les villes et villages ravagés par les combats. Le service d'urgence de l'Ukraine procède actuellement aux opérations de déminage et de désamorçage des munitions non explosées dans les oblasts de Donetsk et Louhansk, qui sont contrôlés par le gouvernement. Jusqu’à présent, plus de 33 717 engins ont été localisés et retirés. Pourtant, les personnes qui reviennent dans des communautés qui ont été le théâtre de combats risquent toujours d’être blessées ou tuées par ces engins très dangereux qui n’ont pas encore été enlevés.

Les enfants en particulier courent de grands risques, car les mines et les munitions non explosées peuvent être de couleur vive et assez petites pour être ramassées ou frappées du pied comme un ballon. Attirés par ces engins qu’ils peuvent prendre pour des jouets ou des articles ayant de la valeur, ils risquent de les toucher et cela peut se terminer en tragédie.

L'UNICEF et ses partenaires ont lancé une campagne de sensibilisation aux dangers des mines dans les zones touchées par la crise, afin de fournir à 500 000 enfants et à leur famille des informations cruciales sur les risques engendrés par les mines et les explosifs. La campagne comprend des messages éducatifs en version papier, en version vidéo ou en format numérique, ainsi que la formation de 100 enseignants, enseignantes et psychologues scolaires relativement à la sensibilisation aux dangers qu’entraînent les mines.

« Jusqu'à présent, les communautés sont très peu conscientes des dangers engendrés par les mines et les explosifs utilisés dans le conflit, et elles ne les comprennent pas. C’est pourquoi nous travaillons avec nos partenaires pour approfondir les connaissances des familles sur le sujet dans les nombreuses communautés ayant été au cœur de combats. Les enfants et leurs parents sauront ainsi ce qu’il faut surveiller et comment ils peuvent rester en sécurité », a déclaré madame Poirier.

Au moins 5 millions de personnes en Ukraine sont touchées par la crise, dont 1,7 million d'enfants. Plus de 1,1 million de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays en raison de la violence qui sévit actuellement. L’UNICEF lance un appel de fonds de 55,8 millions de dollars US pour répondre aux besoins humanitaires urgents des enfants et des familles.

À quelques jours de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte antimines, le 4 avril, la situation en Ukraine rappelle qu’en dépit des progrès enregistrés par les opérations de déminage à l’échelle mondiale, de nombreux enfants et communautés continuent d'être victimes de mines et de restes explosifs de guerre.

En 2013, dernière année pour laquelle des chiffres ont été compilés, on a signalé 3 308 victimes de mines et restes explosifs dans le monde. Cela comprenait 1 112 enfants, dont 333 sont morts des suites de leurs blessures. On a fait état de décès d'enfants dans plusieurs pays touchés par des conflits, dont l'Afghanistan, le Soudan du Sud et le Yémen.

Le Traité d'interdiction des mines, promulgué en 1999, a été ratifié par plus des trois quarts des pays du monde, y compris l'Ukraine. Il interdit la production, le stockage et l'utilisation des mines antipersonnel. Bien que le traité ait permis de réduire le nombre de victimes dans le monde, les mines terrestres tuent ou mutilent encore des milliers de personnes chaque année.

-30-

Des documents multimédias peuvent être téléchargés au http://weshare.unicef.org/MediaResources, dans le dossier Ukraine en crise.

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Marie-Hélène Bachand, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, mbachand@unicef.ca