Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Des enfants pris pour cible lorsque des atrocités sont perpétrées en République centrafricaine

2013-12-09

Le Conseil de sécurité adopte une résolution, mais il est impératif d’agir immédiatement pour protéger les enfants contre la violence endémique

BANGUI/DAKAR/PARIS/GENÈVE, le 6 décembre 2013 - Un an après le début du conflit qui sévit en République centrafricaine, quelque 2,3 millions d'enfants sont affectés par la crise; alors que les atrocités se multiplient, ils sont de plus en plus les victimes de la violence et du recrutement forcé par des groupes armés.

La résolution de l'ONU adoptée par le Conseil de sécurité et le Sommet France-Afrique actuel attirent enfin l'attention de la communauté internationale sur une crise longtemps négligée. Il est maintenant urgent de protéger les enfants, de les libérer des groupes armés, et de leur fournir un accès sécuritaire à l'aide humanitaire.

Les tensions entre les communautés ne cessent de s’aggraver, et il y a un risque accru que les violents affrontements, comme ceux qui ont eu lieu à Bangui, la capitale, et d’autres villes, dégénèrent en un massacre à grande échelle. Des attaques contre des enfants et des femmes qui sont survenues à Mboki, il y a deux semaines, et à Bouali, il y a trois jours, ont été confirmées.

« On ne doit pas retarder davantage de mettre en œuvre des actions efficaces; rien ne peut excuser l’abandon des enfants et des familles en République centrafricaine. Une intervention impartiale et rapide est nécessaire pour empêcher que les enfants soient pris en tant que cible, pour protéger les écoles, les établissements de santé et les centres de transit, ainsi que pour fournir des soins et un soutien aux victimes. Les auteurs de ces violences contre les enfants doivent être tenus responsables de leurs actes », a déclaré le directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake.

À l’échelle nationale, sept élèves sur dix d’âge primaire ne sont pas allés en classe depuis le mois de décembre 2012, et les combats empêchent le fonctionnement de 80 pour cent des écoles primaires. Les enfants qui ne vont pas à l’école sont les plus exposés au recrutement par des groupes armés.

Le nombre d'enfants associés aux forces et groupes armés dans le pays s’élève à au moins 3 500 et pourrait atteindre 6 000. Des cas de violence sexuelle et de viol, y compris de viol collectif, ont été signalés à l'ONU.

Jusqu’à maintenant, plus de 480 000 personnes ont dû fuir leur foyer. La stabilité de la région est de plus en plus compromise; l’UNICEF ainsi que ses partenaires continuent de travailler pour fournir un soutien essentiel aux personnes déplacées à l’intérieur du pays et à celles qui se sont enfuies en République démocratique du Congo et au Cameroun.

Bien que la situation en matière de sécurité se dégrade, le travail continue.

-30-

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca