Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

En 2015, un nombre sans précédent de bébés, soit un sur huit, est né en zone de conflit, affirme l’UNICEF

2015-12-17

Les conflits qui sévissent à l’échelle mondiale mettent la vie des bébés et des enfants en grand danger

TORONTO, le 17 décembre 2015 – En 2015, plus de 16 millions de bébés sont nés dans des zones de conflit, ce qui correspond à une naissance sur huit cette année à l’échelle mondiale, a annoncé aujourd’hui l’UNICEF. Ce nombre souligne la vulnérabilité dont souffrent un nombre croissant d’enfants.

« Toutes les deux secondes, un nouveau-né prend sa première inspiration au milieu d’un conflit, souvent dans des conditions terrifiantes et sans le moindre accès à des soins médicaux. Trop d’enfants commencent actuellement leur vie dans des conditions extrêmes, en raison d’un conflit, d’une catastrophe naturelle, de la pauvreté, de la maladie ou de la malnutrition. Il ne peut pas y avoir de pire départ dans la vie », a déclaré le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.

« Dans les pays touchés par un conflit, comme l’Afghanistan, la République centrafricaine, l’Iraq, le Soudan du Sud, la Syrie et le Yémen, ou lors de voyages périlleux pour fuir les combats, les nouveau-nés et leur mère sont exposés à d’énormes risques. Le Canada a agi comme chef de file pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, de même que pour l’éducation et la protection des enfants lors de situations d’urgence. Des investissements en 2016 seront cruciaux pour les programmes visant à sauver la vie des plus vulnérables qui sont pris dans ces conflits dévastateurs », a affirmé David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

Les femmes enceintes risquent d’accoucher sans aide médicale et dans des conditions insalubres. Leurs enfants sont plus susceptibles de mourir avant l’âge de cinq ans et de subir un stress extrême ou « toxique », lequel peut nuire à leur développement émotionnel et cognitif à long terme.

Outre celles et ceux nés en zone de conflit, plus d’un quart de milliard d’enfants, soit un sur neuf, vivent dans des pays et des régions touchés par des conflits et font face à d’énormes obstacles en ce qui concerne leur santé, leur éducation et leur bien-être.

  • Au cours des neuf premiers mois de 2015, plus de 200 000 enfants ont demandé asile dans des pays de l’Union européenne, venant s’ajouter aux 30 millions d’enfants à l’échelle mondiale qui, avant 2015, ont été forcés de fuir leur domicile en raison de la guerre, de la violence et de la persécution. Un plus grand nombre de personnes sont actuellement déplacées comparativement à tout autre moment depuis la Seconde Guerre mondiale.
  • Au Soudan du Sud, jusqu’à 16 000 enfants ont été utilisés par les forces et les groupes armés, et 1 500 enfants ont été tués en près de deux années de conflit.
  • En raison de l’escalade du conflit au Yémen, 9,9 millions d’enfants ont besoin d’une aide humanitaire. Deux millions d’enfants ne peuvent pas aller à l’école, et la menace de maladies évitables, comme la diarrhée, la rougeole et la poliomyélite, est extrême. De plus, le nombre d’enfants exposés au risque de la forme la plus mortelle de la malnutrition a triplé et s’élève à plus d’un demi-million.
  • En République centrafricaine, plus d’un million d’enfants ont besoin d’une aide d’urgence après trois années de combats. Environ un tiers de la population n’a pas accès à de l’eau potable, et 41 pour cent des enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. Mais il y a bon espoir que l’UNICEF puisse changer cette réalité. Jusqu’à présent en 2015, plus de 300 enfants, dont plusieurs âgés de moins de 12 ans, ont été démobilisés des groupes armés dans le pays à la suite d’un accord négocié par l’UNICEF pour que les dirigeants des groupes libèrent tous les enfants recrutés dans leurs rangs. C’est le début d’un processus, lequel, nous l’espérons, donnera lieu à la libération de milliers d’enfants associés aux groupes armés.
  • La violence dans le nord-est du Nigeria, causée par des groupes d’insurgés, a engendré une crise humanitaire qui s’étend du Nigeria au Cameroun et du Tchad au Niger. Une nette augmentation des attaques par le groupe armé communément connu sous le nom de Boko Haram a provoqué le déplacement de plus de 500 000 enfants au cours des derniers mois, portant le nombre total d’enfants en fuite dans le nord-est du Nigeria et dans les pays voisins à 1,4 million. Des dizaines de filles et de garçons ont été recrutés par les groupes armés ou soumis à la violence, à l’exploitation et aux mauvais traitements, et d’innombrables autres ont été tués.

La nouvelle vidéo de l’UNICEF, intitulée Born Into Danger, peut être visionnée au http://bit.ly/1JaqmUg.

Des photos et des vidéos peuvent être téléchargées au http://uni.cf/1YeVCOj.

#fightunfair

— 30 —

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de l’UNICEF, visitez le unicef.ca.

Suivez-nous sur Twitter et sur Facebook ou visitez le unicef.ca pour obtenir des mises à jour.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca