Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Journée mondiale de l’eau : Près de 750 millions de personnes sont encore privées d’un accès adéquat à l’eau potable, affirme l’UNICEF

2015-03-20

Bien que des progrès considérables aient été réalisés relativement à l’eau potable, les personnes les plus marginalisées n’en bénéficient pas.

NEW YORK, le 20 mars 2014 – L’accès à l’eau potable fait partie des plus grandes réussites des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), a déclaré l’UNICEF à la veille de la Journée mondiale de l’eau. Cependant, pour 748 millions de personnes dans le monde, l’accès à l’eau potable, qui est essentielle, demeure un véritable défi.

« Depuis 1990, l’accès à l’eau potable s’est considérablement amélioré malgré des obstacles incroyables. Ce n’est toutefois pas suffisant. L’eau est l’essence même de la vie et, pourtant, trois quarts d’un milliard de personnes, soit essentiellement des personnes démunies et marginalisées, sont encore aujourd’hui privées de ce droit fondamental », a affirmé Sanjay Wijesekera, le chef des programmes mondiaux de l’UNICEF pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Environ 2,3 milliards de personnes ont obtenu un accès à des sources améliorées d’eau potable depuis 1990. La cible de l’objectif du Millénaire pour le développement de faire baisser de moitié le pourcentage de la population globale privé d’un accès à l’eau potable a donc été atteinte, et ce, cinq ans avant la date butoir de 2015. Il n’y a désormais plus que trois pays, soit le Mozambique, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et la République démocratique du Congo, où plus de la moitié de la population n’a pas accès à des sources améliorées d’eau potable.

Pourtant, malgré ces progrès, d’importantes inégalités subsistent. Sur les 748 millions de personnes à l’échelle mondiale qui sont toujours privées d’eau potable, 90 pour cent vivent dans des zones rurales, et ne bénéficient pas des progrès réalisés dans leur pays.

Pour les enfants, être privés d’un accès à l’eau potable peut s’avérer tragique. En moyenne, près de 1000 enfants meurent chaque jour de maladies diarrhéiques liées à de l’eau contaminée, à un mauvais assainissement ou à des conditions d’hygiène inadéquates.

Pour les femmes et les filles, le temps passé à aller chercher de l’eau est du temps en moins pour s’occuper de leur famille et étudier. Dans les zones peu sécuritaires, cela les expose également à la violence et aux agressions. D’après l’UNICEF, en Afrique seulement, les individus passeraient 40 milliards d’heures chaque année à marcher pour aller chercher de l’eau. 

En 1990, en Afrique subsaharienne, soit la région disposant de la couverture la plus basse, l’accès à l’eau potable s’est fait au rythme de 50 000 personnes par jour depuis l’an 2000. Cette région représente plus de deux cinquièmes des personnes privées d’accès à l’eau potable dans le monde, soit 325 millions de personnes. La plupart des pays de la région ne sont pas sur la bonne voie pour atteindre la cible des OMD.   

Une autre région suscite également des inquiétudes, l’Océanie, qui n’a réalisé que des progrès limités depuis 1990. De nombreuses personnes privées d’eau potable vivent aussi en Chine (112 millions) et en Inde (92 millions).

En collaboration avec les gouvernements et ses partenaires, l’UNICEF préconise des méthodes novatrices et économiques pour favoriser les progrès.

  • Au Bangladesh, l’UNICEF a utilisé une nouvelle approche intéressante pour recueillir les eaux de pluie et les pomper dans des aquifères peu profonds, permettant ainsi de garantir la sécurité de l’approvisionnement en eau pour environ un million de personnes dont les eaux souterraines étaient salinisées.  
  • En 2014, en République démocratique du Congo, grâce au modèle des « villages sains », plus d’un demi-million de personnes ont pu accéder à une source améliorée d’eau potable et à un assainissement de meilleure qualité dans leur communauté. De plus, 229 écoles ont été équipées d’installations pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Suite à sa réussite l’an dernier, l’UNICEF et ses partenaires renouvellent cette année leur campagne menée sur les réseaux sociaux grâce au mot-clic #LeauEst, afin de sensibiliser la population à ce sujet et de mettre en lumière la situation difficile de ceux qui sont toujours privés d’eau potable.

-30-

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca