Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF : en l’absence d’un environnement protecteur, la vie est difficile pour les enfants

2009-10-05

TOKYO, 6 octobre 2009 – Si des progrès ont bien été réalisés pour réduire certaines des violations des droits de l'enfant, on ne dispose pas encore de suffisamment de renseignements sur l’ampleur de la maltraitance des enfants. La violence et l’exploitation restent une dure réalité dans la vie de nombreux enfants partout dans le monde.

Des millions de filles et de garçons sont victimes de la traite, privés de soins parentaux ou n’ont pas les documents d’identité dont ils ont besoin pour aller à l’école et accéder à des soins de santé de base. Des millions d’autres sont obligés de travailler dans des conditions dangereuses et d’autres encore subissent, souvent même de la part des adultes auxquels ils ont été confiés, des actes de violence, des mauvais traitements chez eux, dans leur école, dans leur communauté, dans des établissements ou en détention.

Ces questions sont examinées dans un nouveau rapport de l’UNICEF Progrès pour les enfants : un bilan de la protection de l’enfant, rendu public aujourd’hui à Tokyo par la directrice générale de l’UNICEF, madame Ann M. Veneman.

Les enfants placés dans de telles circonstances subissent des violations fondamentales de leurs droits et ces souffrances physiques et psychologiques auront de vastes et profondes conséquences, quelquefois irréparables.

« Une société ne peut prospérer si ses membres les plus jeunes sont obligés de se marier à un âge trop jeune, s’ils sont victimes de mauvais traitements après avoir été forcés de travailler dans l’industrie du sexe, si leurs droits fondamentaux ne sont pas respectés, a affirmé madame Veneman. Comprendre la dimension du problème de violation des droits de l'enfant représente la première étape vers la mise en place d’un environnement protecteur dans lequel les enfants seront à l’abri et auront la possibilité de réaliser tout leur potentiel ».

Le rapport rassemble pour la première fois des données sur toute une série de problèmes qui ont des répercussions sur les enfants, notamment les sévices sexuels, la traite, le mariage précoce, les châtiments corporels, le travail des enfants, l’enregistrement des naissances, la pratique traditionnelle préjudiciable de la mutilation génitale féminine, et la violence contre les femmes dans le cadre du mariage.

Certaines de ces maltraitances, comme l’exploitation à des fins sexuelles et la traite, sont habituellement commises dans le secret et l’illégalité, ce qui explique la difficulté d’obtenir des données fiables.

Là où existent des données, on constate certaines avancées. Les données indiquent par exemple qu’au Bangladesh, en Guinée et au Népal, trois pays dans lesquels le mariage d’enfants est courant, l’âge médian du mariage augmente, même s’il reste encore en-dessous de 18 ans. Le rapport révèle également un lent recul en ce qui concerne la mutilation génitale féminine, ou excision, dans les pays où cette forme de maltraitance demeure courante.

Le rapport note en particulier les faits suivants :

  • Plus de la moitié des enfants en détention dans le monde n’ont été ni jugés ni condamnés.
  • Dans certaines régions du monde, deux enfants sur trois n’ont pas été enregistrés à la naissance en 2007. En Somalie et au Libéria, moins de 5 pour cent des naissances sont enregistrées. Or, l’enregistrement des naissances constitue un élément important de la mise en place d’un environnement protecteur pour les enfants pour toute une série de raisons, notamment parce que les enfants dépourvus d’un certificat de naissance sont plus exposés aux risques d’exploitation sexuelle, de traite et d’adoption illégale. 
  • Plus de 150 millions d’enfants de 5 à 14 ans sont engagés dans une activité économique, c'est-à-dire qu’ils travaillent. Le travail des enfants représente souvent à la fois une cause et un effet de la pauvreté. Il peut compromettre l’éducation de l’enfant et perpétuer l’engrenage de la pauvreté qui les a poussés à travailler.
  • Plus de la moitié des femmes et des filles des pays en développement pensent qu’il est acceptable qu’un homme batte sa femme, et les jeunes femmes sont aussi portées à justifier cette pratique que les femmes plus âgées. Dans la plupart des régions, la négligence des enfants est la raison citée le plus fréquemment pour justifier qu’un homme batte sa femme.

Le rapport développe également une stratégie pour améliorer la protection de l’enfant, en présentant cinq domaines dans lesquels il demeure nécessaire d’améliorer l’environnement protecteur des enfants : 1) améliorer les systèmes de protection de l’enfant; 2) promouvoir le changement social; 3) renforcer la protection en situation d’urgence; 4) renforcer les partenariats pour accentuer les répercussions; et 5) recueillir des données fiables et les utiliser pour obtenir des résultats concrets pour les enfants.

« Ce rapport sur les pratiques préjudiciables et la maltraitance d’enfants sort à peine six semaines avant le 20e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies, a souligné madame Veneman. Il prouve que ces sévices se poursuivent, ce qui doit inciter la communauté internationale à redoubler d’efforts pour garantir les droits de tous les enfants, partout. »  

À propos de l’UNICEF
L'UNICEF est à pied d'œuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient des programmes de santé et de nutrition pour les enfants ainsi que des programmes d’approvisionnement en eau potable et d'assainissement, dispense une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et protège les enfants contre la violence, l'exploitation et le sida. L'UNICEF est entièrement tributaire des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le www.unicef.ca.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca