Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF et ses partenaires sont engagés dans une course contre la montre pour empêcher une deuxième vague de décès dans la Corne de l’Afrique

2011-10-27

TORONTO, le 28 octobre 2011 – Cent jours après que l’état de famine a été déclaré dans certaines parties du sud de la Somalie, l’UNICEF et ses partenaires ne ménagent aucun effort pour prévenir une deuxième vague de décès attribuables aux maladies dans un contexte d’hostilités armées.

« Le début de la saison des pluies accordera un répit à la Somalie et aux pays voisins », observe monsieur David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada, de retour depuis peu d’une visite des camps de réfugiés de Dadaab, dans le nord du Kenya. « Les précipitations risquent cependant de provoquer une deuxième vague de décès potentiellement plus dévastatrice à cause de la propagation des maladies. »

L’intensification des combats dans le sud de la Somalie complique encore davantage l’acheminement des secours aux enfants et aux familles par les partenaires de l’UNICEF.

Selon monsieur Elhadj As Sy, le directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe, ces facteurs pourraient aggraver la crise humanitaire en Somalie et dans la région. « L’UNICEF intensifiera ses efforts pour venir en aide aux enfants où qu’ils soient et pour atténuer les conséquences entraînées par la détérioration de la situation. Nous sollicitons la générosité de nos donateurs et donatrices afin d’accroître leur aide inestimable », a-t-il ajouté.

À Mogadiscio, l’UNICEF et l’OMS ont amorcé cette semaine une campagne de vaccination contre la rougeole ciblant 750 000 enfants âgés de six mois à 15 ans. Depuis la déclaration de l’état de famine en juillet dernier, plus d’un million d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole en Somalie.

« Dans l’ensemble du pays, des dizaines de milliers d’enfants ont péri au cours des derniers mois et des centaines d’autres meurent chaque jour. Tout retard ou toute interruption dans l’acheminement des secours peut être fatal », a précisé monsieur Sikander Khan, le représentant de l’UNICEF en Somalie présent à Nairobi, au Kenya.

« J’exhorte toutes les parties au conflit à remplir leur obligation morale et légale d’assurer la sécurité des femmes et des enfants déjà éprouvés par une catastrophe », a-t-il poursuivi.

Les enfants souffrant de malnutrition grave sont neuf fois plus exposés aux maladies infectieuses comme la rougeole, le choléra et le paludisme que les enfants en bonne santé. Les cas de rougeole ont considérablement augmenté cette année. En juillet dernier, au moment où l’état de famine a été déclaré, on dénombrait plus de sept fois plus de cas de rougeole qu’en juillet 2010.

Les déplacements humains massifs, le surpeuplement extrême des camps de déplacés, le faible niveau d’immunité ainsi que la piètre qualité de l’approvisionnement en eau et le manque d’accès à des installations sanitaires adéquates représentent également des risques importants. Le début de la saison des pluies s’accompagne généralement d’une escalade des cas de maladies d’origine hydrique comme la diarrhée aqueuse aiguë et le paludisme.

Les cas de maladie sont également nombreux au Kenya, un pays voisin, en proie à une épidémie de dengue.

Les combats et le renforcement de la sécurité dans la zone frontalière ont entraîné une forte diminution du nombre de réfugiées et de réfugiés somaliens qui affluaient quotidiennement au Kenya, leur nombre étant passé de 100 au cours de la semaine du 17 au 23 octobre comparativement à 3 400 pendant la semaine qui précédait.

Malgré la suspension temporaire de toutes les activités humanitaires, à l’exception des opérations vitales, dans les camps de réfugiés de Dadaab dans le nord-est du Kenya, à la suite de l’enlèvement de deux travailleurs humanitaires, l’UNICEF est résolu à poursuivre l’aide accordée aux enfants gravement sous-alimentés et malades ainsi qu’à assurer des services d’approvisionnement en eau potable, d’éducation et de sécurité par l’intermédiaire d’organismes partenaires.

Depuis la déclaration de l’état de famine le 20 juillet dernier, près de 110 000 enfants souffrant de malnutrition grave ont été traités dans des centres soutenus par l’UNICEF dans l’ensemble de la région. Plus de 2,6 millions de personnes ont eu accès à de l’eau potable et plus d’un million et demi de personnes ont été sensibilisées aux mesures d’hygiène et ont reçu des fournitures. Depuis le mois de juillet, 8 700 tonnes métriques de matériel vital ont été dépêchées par voies aérienne, terrestre ou maritime dans le sud et le centre de la Somalie.

« La mobilisation de la communauté internationale depuis la déclaration de l’état de famine a été extraordinaire, a indiqué monsieur Elhadj As Sy, mais l’ampleur de la crise est telle que nous sommes loin de pouvoir venir en aide à tous les enfants. »

L’appel de l’UNICEF visant à soutenir ses activités dans la Corne de l’Afrique en 2011 était de 425 millions de dollars US. Les besoins pour 2012 se chiffreront de nouveau à des centaines de millions de dollars et un apport de fonds sera nécessaire d’urgence pour que les programmes alimentaires puissent venir en aide aux enfants et aux familles démunis sans interruption.

En Somalie seulement, l’UNICEF aura besoin de 300 millions de dollars US en 2012 pour maintenir et, au besoin, accroître le niveau d’aide actuel. « Nous aurons besoin de ces fonds dans les plus brefs délais afin de garantir l’acheminement de fournitures essentielles à la survie des enfants », a conclu Sikander Khan.

-30-

À propos de l’UNICEF
L’UNICEF est le chef de file mondial des organismes humanitaires et des agences de développement axés sur l’aide à l’enfance. Grâce à des programmes novateurs, ainsi qu’à la promotion et à la défense des droits de l’enfant, nous protégeons ces droits et sauvons la vie d’enfants dans pratiquement chaque pays du monde. Notre portée mondiale, notre influence sans égale sur les décideurs et nos divers partenariats nous permettent de contribuer largement à façonner un monde digne des enfants, où aucun d’entre eux ne mourrait de causes évitables. Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. Pour obtenir davantage de renseignements sur l’UNICEF, visitez le unicef.ca.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca