Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF : les progrès réalisés démontrent qu’il est possible de surmonter le retard de croissance chez les enfants

2013-04-15

À l’échelle mondiale, un enfant âgé de moins de cinq ans sur quatre souffre d’un retard de croissance

MONTRÉAL, le 15 avril 2013 – Un nouveau rapport de l’UNICEF publié aujourd’hui démontre que de véritables progrès sont actuellement réalisés dans la lutte contre les retards de croissance, qui constituent la face cachée de la pauvreté chez 165 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans. Ce rapport établit de plus qu’il est à la fois possible et impératif d’accélérer les progrès.

Le rapport, intitulé Improving Child Nutrition: The achievable imperative for global progress (Améliorer la nutrition de l’enfant : un objectif impératif et réalisable pour le progrès mondial), confirme qu’il est essentiel, pour surmonter le retard de croissance, de mettre l’accent sur la grossesse et les deux premières années de la vie d’un enfant. Les retards de croissance ne concernent pas seulement la taille d’un enfant; ils peuvent également s’accompagner d’un développement insuffisant du cerveau et des facultés cognitives.

« Le retard de croissance peut priver un enfant de ses perspectives d’avenir et priver une nation de ses perspectives de développement. Les données que nous avons obtenues sur les progrès réalisés démontrent que le moment est venu d’en accélérer le rythme », explique le directeur général de l’UNICEF, monsieur Anthony Lake.

À l’échelle mondiale, un enfant âgé de moins de cinq ans sur quatre souffre d’un retard de croissance en raison d’une sous-nutrition chronique à des stades décisifs de sa croissance. On estime qu’environ 80 pour cent des enfants souffrant d’un retard de croissance vivent dans 14 pays seulement.

Le rapport de l’UNICEF met en évidence les succès obtenus par la mise en œuvre à grande échelle de programmes de nutrition, ainsi que l’amélioration de politiques, de programmes et de modifications de comportement dans 11 pays : l’Éthiopie, Haïti, l’Inde, le Népal, le Pérou, le Rwanda, la République démocratique du Congo, le Sri Lanka, le Kirghizistan, la République unie de Tanzanie et le Vietnam.

Les dommages que les retards de croissance infligent au corps et au cerveau d’un enfant sont irréversibles. Ces retards réduisent leurs possibilités de réussite scolaire ainsi que celles de gagner un bon revenu à l’âge adulte. Il s’agit d’une injustice souvent transmise de génération en génération qui nuit au développement du pays. Le risque de succomber à des maladies infectieuses est également plus élevé chez les enfants souffrant d’un retard de croissance que chez les autres.

Cependant, dans certaines régions de l’Inde, un pays qui compte 61 millions d’enfants accusant un retard de croissance, la situation continue de s’améliorer. Dans le Maharashtra, deuxième région la plus peuplée du pays et la plus prospère, 39 pour cent des enfants âgés de moins de deux ans souffraient d’un retard de croissance en 2005 et 2006. D’après une enquête sur la nutrition menée à l’échelle de l’État, cette proportion n’était plus que de 23 pour cent en 2012, en grande partie grâce à l’appui apporté aux travailleurs et travailleuses de première ligne chargés d’améliorer la nutrition des enfants.

Au Pérou, les retards de croissance ont diminué d’un tiers de 2006 à 2011 à la suite d’une initiative de lutte contre la malnutrition chez les enfants qui a amené des candidats à des fonctions politiques à signer l’engagement appelé 5 – 5 – 5, qui vise à réduire de 5 pour cent les retards de croissance chez les enfants âgés de moins de 5 ans dans les 5 années à venir, et à diminuer les iniquités entre les zones urbaines et rurales. Le Pérou s’est inspiré des succès remportés dans le cadre de projets de moindre portée et a intégré la nutrition à d’autres programmes. L’accent a également été mis sur les enfants et les femmes les plus défavorisés et les structures gouvernementales décentralisées.

L’Éthiopie a fait passer de 57 à 44 pour cent le pourcentage de retard de croissance et de 139 à 77 pour 1 000 naissances vivantes le taux de mortalité chez les enfants âgés de moins de cinq ans de 2000 à 2011. Le programme national de nutrition a joué à cet égard un rôle de premier plan, en mettant en place un filet de sécurité dans les régions les plus démunies et en renforçant l’aide nutritionnelle à l’échelle locale.

Il est possible de réduire le retard de croissance et d’autres formes de sous-nutrition grâce à une série de mesures simples qui ont fait leurs preuves. Il s’agit par exemple d’améliorer la nutrition des femmes et d’assurer l’allaitement maternel exclusif dès la naissance, la distribution de suppléments de vitamine et de minéraux, ainsi qu’une alimentation adéquate, notamment pendant la grossesse et les deux premières années de la vie d’un enfant.

Le rapport indique que les solutions mises en place et le travail découlant de nouveaux partenariats, incluant le Mouvement de renforcement de la nutrition, offrent une occasion sans précédent de lutter contre la dénutrition chez les enfants, si les pays intensifient les progrès réalisés au moyen de projets coordonnés et menés grâce à l’appui de donateurs et de donatrices possédant des objectifs mesurables.

-30-

About UNICEF

UNICEF has saved more children’s lives than any other humanitarian organization. We work tirelessly to help children and their families, doing whatever it takes to ensure children survive. We provide children with healthcare and immunization, clean water, nutrition and food security, education, emergency relief and more.

UNICEF is supported entirely by voluntary donations and helps children regardless of race, religion or politics. As part of the UN, we are active in over 190 countries – more than any other organization. Our determination and our reach are unparalleled. Because nowhere is too far to go to help a child survive.

 

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca