Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF salue une décision historique concernant des crimes de guerre commis contre des enfants

2012-03-15

L’UNICEF a salué aujourd’hui la condamnation par la Cour pénale internationale (CPI) de Thomas Lubanga pour avoir commis des crimes de guerre. Monsieur Lubanga a été reconnu coupable de recrutement d’enfants dans son groupe armé, en République démocratique du Congo (RDC).

Conséquemment à ce jugement historique, Thomas Lubanga est le premier Seigneur de la guerre à répondre de ses actes devant la justice internationale pour avoir utilisé des enfants comme arme de guerre.

« Il s’agit d’une victoire importante en matière de protection de l’enfant lors de conflits, a déclaré monsieur Anthony Lake, le directeur général de l’UNICEF. La condamnation de Thomas Lubanga par la Cour pénale internationale envoie un message clair à tous les groupes armés qui utilisent et brutalisent les enfants : l’impunité ne sera pas tolérée. »

Thomas Lubanga Dyilo, l’ancien président de l’Union des patriotes congolais, a été reconnu coupable d’avoir recruté et enrôlé des enfants âgés de moins de 15 ans, et de les avoir fait participer à un conflit armé en RDC en 2002 et 2003. Des milliers d’enfants, parfois âgés de seulement sept ans, ont été recrutés et utilisés comme combattants, ainsi que comme porteurs, cuisiniers et esclaves sexuels par toutes les parties.

L’UNICEF soutient que le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits sont des crimes de guerre. Ce sont souvent les enfants les plus vulnérables qui se font exploiter, soit les enfants sans parent, ainsi que ceux et celles qui ont été séparés de leur famille et de leur communauté en raison de la violence. À maintes reprises, l’UNICEF a exigé la poursuite de ceux qui commettent ces crimes.

« L’exploitation des enfants par des groupes armés ne s’arrête pas à une violation de leurs droits; elle les prive de leur enfance, insiste monsieur Lake. L’UNICEF juge encourageant que le procureur de la CPI, monsieur Luis Moreno-Ocampo, ait mis l’accent, dans sa conduite fructueuse de la poursuite judiciaire, sur la situation tragique des enfants recrutés et utilisés par des forces ou des groupes armés. »

Des dizaines de milliers d’enfants sont encore victimes de violations graves dans le cadre d’au moins 15 conflits armés dans le monde. L’UNICEF travaille sans relâche afin de sauver ces enfants et de faciliter leur réhabilitation.

L’UNICEF s’emploie activement dans plusieurs pays, notamment en RDC, à aider les enfants dont la vie est bouleversée par des conflits en renforçant l’éducation et la formation professionnelle, plus particulièrement celle des femmes et des filles, au sein des communautés. Depuis 2005, en RDC seulement, au moins 35 000 enfants ont été libérés ou se sont échappés de l’emprise de forces ou de groupes armés et ont bénéficié du soutien de l’UNICEF et de ses partenaires afin de retrouver leur famille et de réintégrer leur communauté.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca