Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

La détermination des chefs de file et un engagement inébranlable constituent la solution pour contrer la malnutrition

2013-06-07

The Lancet affirme que la malnutrition cause plus de trois millions de décès d’enfants chaque année

Montréal, 6 juin 2013 – L’UNICEF a annoncé aujourd’hui qu’une nouvelle recherche publiée dans The Lancet portant sur la nutrition de la mère et de l’enfant réitérait le besoin d’avoir des chefs de file déterminés ainsi qu’un engagement inébranlable, autant à l’échelle nationale qu’internationale, pour contrer la malnutrition.

« Nous parvenons à contrer la malnutrition, mais les progrès s’effectuent trop lentement pour un trop grand nombre de personnes. Nous devons augmenter le rythme afin de faire en sorte que le plus d’enfants possible ne fassent pas partie des 165 millions de jeunes vivant avec un retard de croissance, et afin de sauver la vie des millions d’enfants souffrant d’autres formes de malnutrition », a affirmé Werner Schultink, un chef de la section nutrition de l’UNICEF.

The Lancet a identifié d’autres causes de mortalité liées à la malnutrition qui, comparativement à l’estimation effectuée par la publication en 2008, font augmenter le nombre de décès d’enfants âgés de moins de cinq ans engendrés par la malnutrition; ce nombre s’élève maintenant à 3,1 millions de décès par année ou, autrement dit, à 45 pour cent de tous les décès d’enfants âgés de moins de cinq ans.

« Notre message est clair : il est temps de faire preuve de détermination et d’un engagement inébranlable pour venir en aide aux millions de femmes et d’enfants qui souffrent de la malnutrition », a déclaré monsieur Schultink.

La nouvelle étude a été publiée la veille du début d’un sommet à Londres organisé par le gouvernement du Brésil et celui du Royaume-Uni, ainsi que le Children’s Investment Fund Foundation (CIFF). Ce sommet visait à s’attaquer au problème de la malnutrition et à s’entendre sur l’objectif commun visant à diminuer de 20 millions additionnels le nombre d’enfants souffrant d’un retard de croissance dans les 20 pays les plus touchés par ce fléau d’ici 2020, et ce, grâce à un engagement renouvelé des gouvernements, du secteur privé et d’agences.

L’UNICEF affirme qu’investir dans les 1 000 premiers jours de vie d’un enfant aura des retombées sur l’avenir des nations. Mettre fin aux retards de croissance et aux autres conséquences entraînées par la malnutrition sauve des vies, améliore la santé ainsi que l’avenir des enfants, et fait progresser le développement. « C’est pourquoi contrer la malnutrition doit être une priorité à l’échelle mondiale pour les donateurs et donatrices, pour les pays touchés, pour les entreprises du secteur privé qui innovent, et pour les communautés », a expliqué monsieur Schultink.

« Il s’agit du genre d’engagement que nous voyons dans le Scaling up Nutrition Network, dans le cadre duquel 40 pays agissent déjà concrètement afin d’augmenter et de mieux cibler les investissements, et afin d’améliorer les politiques de même que les programmes axés sur la nutrition », a affirmé monsieur Schultink.

Un rapport de l’UNICEF publié en avril intitulé Améliorer la nutrition de l’enfant : un objectif impératif et réalisable pour le progrès mondial explique comment la malnutrition peut être contrée en utilisant des moyens ayant fait leurs preuves, par exemple, promouvoir l’allaitement maternel exclusif, surveiller le manque de micronutriments et améliorer la nutrition des mères avant et pendant la grossesse.

The Lancet affirme que la malnutrition retarde l’avancement économique d’une société d’au moins huit pour cent en raison de la perte de productivité, perte engendrée par des capacités cognitives limitées en raison d’une faible scolarisation. D’autres experts ont démontré que l’investissement d’un dollar US visant à contrer la malnutrition chronique équivalait à un rendement de 30 dollars sous la forme d’avantages engendrés par une santé et une éducation améliorée.

Tandis que les chefs se rencontrent à Londres, des groupes civils comme la coalition Food for Everyone IF, qui est constituée de plus de 200 organisations réclamant une action du G8 relativement au problème mondial de la faim, stimulent efficacement la discussion entourant le problème de la malnutrition chez les enfants.

-30-

À propos de l'UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit!

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca