Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Le conflit en Syrie prive des centaines de milliers d’enfants de leur éducation

2013-03-06

Selon l’évaluation de l’UNICEF, les infrastructures scolaires sont gravement endommagées et le taux de scolarisation est en chute libre

AMMAN/DAMAS, le 5 mars 2013 – Selon une évaluation de l’UNICEF, près de deux ans après le début de la crise en Syrie, l’escalade de la violence menace l’accès à éducation de centaines de milliers d’enfants.

Un cinquième des écoles du pays ont subi des dommages physiques directs ou servent d’abri aux personnes déplacées.

Dans les villes où le conflit a été particulièrement intense, certains enfants ont déjà perdu près de deux années de scolarité.

« En Syrie, le système d’éducation est sous le choc en raison de ce qu’engendre la violence. Le pays a déjà été fier de la qualité de ses écoles, mais, aujourd’hui, nous constatons que les progrès réalisés au fil des ans sont rapidement inversés », a expliqué monsieur Youssouf Abdel-Jelil, le représentant de l’UNICEF en Syrie.

Selon l’évaluation de l’éducation effectuée par l’UNICEF en décembre 2012, de nombreux parents hésitent maintenant à envoyer leurs enfants à l’école, car ils craignent pour leur sécurité.

L’évaluation indique également :

  • qu’au moins 2 400 écoles ont été endommagées ou détruites, dont 772 à Idlib, ce qui représente 50 pour cent du nombre total d’établissements scolaires, 300 à Alep, et 300 autres à Deraa;
  • que plus de 1 500 écoles servent d’abri pour les personnes déplacées;
  • que plus de 110 enseignants, enseignantes et autres membres du personnel scolaire ont été tués, et que beaucoup d’autres ne se présentent plus au travail; à Idlib, par exemple, le taux de présence du personnel enseignant n’atteint pas plus de 55 pour cent;
  • qu’à Alep, le taux de fréquentation scolaire chez les enfants a chuté aussi bas que six pour cent; et que
  • des écoles ont été utilisées par les forces et les groupes armés engagés dans le conflit.

Selon ce qu’indique l’évaluation, les écoles à Idlib, à Alep et à Deraa, où les combats ont été particulièrement intenses, sont parmi les plus touchées. Les élèves sont par conséquent souvent incapables de se présenter en classe ou n’y viennent parfois que deux fois par semaine.

Dans les régions où se sont réfugiées de nombreuses familles déplacées, les classes sont surpeuplées, allant parfois jusqu’à accueillir 100 élèves.

« Lorsqu’ils sont à l’école, les enfants se sentent en sécurité et protégés, et leurs parents ont bon espoir quant à leur avenir. C’est pourquoi tant de parents avec qui nous parlons désignent l’éducation comme leur priorité absolue », a affirmé monsieur Abdel-Jelil.

S’employant à répondre aux besoins des enfants en Syrie en matière d’apprentissage, l’UNICEF soutient plus de 170 clubs scolaires à Homs, à Deraa, dans la région rurale de Damas, à Tartous, à Lattaquié, à Hama et à Quneitra. Ces clubs permettent à quelque 40 000 enfants de suivre les cours de rattrapage dont ils ont tant besoin et de participer à des activités récréatives. L’UNICEF fournit également du matériel pédagogique et des fournitures scolaires en plus de restaurer les écoles endommagées.

Un million de dollars US supplémentaire est toutefois nécessaire pour garder les clubs ouverts jusqu’à la fin du mois de mai. Le manque de fonds empêche également l’installation de toute urgence de classes préfabriquées, la réparation et la restauration d’espaces d’apprentissage, et la distribution de fournitures scolaires.

Dans l’ensemble, l’UNICEF a besoin de 20 millions de dollars US pour couvrir ses programmes d’éducation en Syrie pendant le premier semestre de l’année en cours; jusqu’à présent, l’organisme n’a reçu qu’à peine trois millions de dollars.

-30-

Note aux rédactrices et rédacteurs en chef : Les priorités de l’UNICEF concernant l’éducation en Syrie comprennent la distribution de fournitures scolaires à un million d’enfants; l’amélioration de l’accès à l’éducation pour 150 000 enfants, en particulier parmi les personnes déplacées; l’apport d’un soutien affectif à 300 000 enfants; et l’installation de classes préfabriquées favorisant l’assiduité scolaire et permettant la reprise des activités éducatives.

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit! 

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca