Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Le Soudan du Sud est au bord d’une crise nutritionnelle si les hostilités ne cessent pas immédiatement, affirme l’UNICEF

2015-02-04

JUBA, le 4 février 2015 – L’UNICEF presse les groupes belligérants au Soudan du Sud de respecter l’accord de cessez-le-feu établi lundi dernier, s’ils ne veulent pas être confrontés à une pénurie de nourriture qui pourrait être catastrophique dans les régions du pays touchées par le conflit.

Selon le plus récent rapport du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC), lancé cette semaine par un groupe d’experts, le conflit continu diminue grandement les approvisionnements alimentaires et ralentit l’accès de l’aide humanitaire à ceux et celles qui en ont le plus besoin.

Le personnel de l’UNICEF et les partenaires sur le terrain sont témoins d’un grand nombre de personnes qui quittent les régions touchées par le conflit en raison du manque de nourriture.

Le plus récent rapport en matière de nutrition de l’UNICEF appuie les résultats de l’IPC et souligne que seule une intensification rapide de l’aide humanitaire peut prévenir la détérioration de la situation nutritionnelle, particulièrement dans les régions les plus touchées.

« L’UNICEF a besoin d’avoir accès aux régions isolées qui sont inaccessibles en raison des combats. C’est dans ces endroits que la crise se forme. Les parties prenant part au cessez-le-feu doivent en arriver à une entente à long terme, ou être confrontées à une crise alimentaire croissante durant la saison sèche et maigre », a affirmé le représentant de l’UNICEF au Soudan du Sud, Jonathan Veitch.

« Nous sommes dans une position incertaine. Lorsque la violence s’intensifie, cela signifie que des routes d’approvisionnement deviennent impraticables, que les marchés sont perturbés et que l’accès de l’aide humanitaire est bloqué. Tout cela serait catastrophique pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë et pourrait rapidement mener à un taux de mortalité élevé. »

On estime qu’au Soudan du Sud, au moins 229 000 enfants souffrent de malnutrition sévère aiguë. Ce chiffre a doublé depuis le début du conflit, il y a à peine un an.

En collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF continue d’intensifier son aide apporté aux enfants souffrant de malnutrition au Soudan du Sud. L’UNICEF et ses partenaires ont procuré des aliments thérapeutiques afin de traiter près de 100 000 d’entre eux en 2014, et ont comme objectif de venir en aide à 137 000 enfants âgés de moins de cinq ans qui souffrent de malnutrition sévère aiguë en 2015.

L’UNICEF et le PAM envoient aussi des équipes d’experts dans des endroits isolés qui ne reçoivent pas d’aide humanitaire dans le cadre de ce qu’on appelle des Rapid Response Missions (missions d’intervention rapide). Lors de ces missions, l’UNICEF fait passer des tests de dépistage de la malnutrition aux enfants, puis réfère et traite ceux et celles qui souffrent de malnutrition modérée ou sévère.

Le personnel enregistre aussi les enfants qui ne sont pas accompagnés afin de les réunir avec leur famille, de leur procurer des soins de santé de base et une éducation, et de distribuer des fournitures pour l’eau potable. Plus de 600 000 personnes, dont plus de 142 000 enfants âgés de moins de cinq ans, ont reçu de l’aide dans le cadre des 37 missions menées jusqu’à maintenant.

L’UNICEF demande urgemment un appui additionnel de 34 millions de dollars afin de continuer d’intensifier ses interventions nutritionnelles au Soudan du Sud en 2015.

-30-

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

 

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca