Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Le verdict contre Charles Taylor est un avertissement pour les seigneurs de la guerre, déclare l’UNICEF

2012-04-27

NEW YORK/GENÈVE, le 26 avril 2012 – Le verdict contre l’ex-président libérien Charles Taylor, prononcé par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL), qui est appuyé par les Nations Unies, est une victoire pour les enfants recrutés par des groupes armés et utilisés dans la guerre : il servira d’avertissement à d’autres dirigeants et seigneurs de la guerre, a déclaré l’UNICEF aujourd’hui.

Charles Taylor a été reconnu coupable de complicité de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et autres violations graves du droit international commises par les forces rebelles en Sierra Leone. Lors de son procès à La Haye, il a fait face à onze chefs d’accusation, dont l’enrôlement, le recrutement et l’utilisation d’enfants âgés de moins de 15 ans dans des conflits armés.

Dans le cadre de la poursuite, il a été soutenu que Charles Taylor était l’un de ceux qui portaient la plus grande responsabilité des crimes commis par les forces rebelles de 1996 à 2002.

« Pour les milliers d'enfants brutalisés, mutilés et exploités comme armes de guerre, nous espérons que le verdict d’aujourd’hui contre Charles Taylor les aidera à guérir leurs blessures, même s’il ne peut pas effacer les atrocités qu'ils ont subies, a déclaré monsieur Anthony Lake, le directeur général de l’UNICEF. « C’est la première condamnation d’un ancien chef d’État pour complicité à de tels crimes. Il s’agit sans contredit d’une victoire pour les enfants, et contre l’impunité, même pour ceux qui occupent les postes les plus élevés. »

Le verdict contre Charles Taylor fait suite à la condamnation pour crimes de guerre par la Cour pénale internationale, le 14 mars dernier, de l’ex-seigneur de la guerre congolais Thomas Lubanga, pour avoir enrôlé et recruté des enfants âgés de moins de 15 ans dans son mouvement armé en République démocratique du Congo de 2002 à 2003.

Le recrutement et l’utilisation d’enfants lors de conflits armés sont interdits par le droit international et constituent un crime de guerre lorsque les enfants sont âgés de moins de 15 ans. Souvent, ce sont les enfants les plus vulnérables qui risquent d’être associés à des forces armées ou à des groupes armés, soit par recrutement forcé, soit en raison de facteurs tels que la pauvreté, la violence et l’idéologie.

Pendant la guerre civile en Sierra Leone, l’UNICEF est intervenu directement auprès de toutes les parties pour libérer les enfants qui avaient été recrutés. Dans certains cas, des enfants ayant été marqués ou scarifiés par les forces rebelles ont été opérés par des chirurgiens-plasticiens, afin de faciliter leur réintégration dans leur communauté. L’UNICEF a également dirigé les opérations de libération et de réunification des enfants avec leur famille, ainsi que leur réintégration dans leur communauté en leur offrant de la formation professionnelle, un accès à l’éducation et un soutien psychosocial.

Les enfants ont aussi été utilisés comme boucliers humains, esclaves sexuels et ouvriers dans les mines de diamants. Après le conflit, 7 000 enfants ont été libérés et réinsérés dans la société. Quatre-vingt-huit pour cent d’entre eux ont été réunis avec leur famille tandis que 7 000 autres ont été pris en charge pour leur réintégration. Parmi ces enfants se trouvaient notamment de jeunes filles qui avaient été associées aux rebelles.

« Ceux qui exploitent les enfants par intérêt militaire violent leurs droits et volent leur enfance, a affirmé monsieur Lake. Nous devrions tous être soulagés de voir que les violations graves commises contre les enfants font actuellement l’objet de poursuites et que leurs auteurs sont traduits en justice. »

-30-

À propos de l’UNICEF

L’UNICEF est le chef de file mondial des organismes humanitaires et des agences de développement axés sur l’aide à l’enfance. Grâce à des programmes novateurs ainsi qu’à la promotion et la défense des droits de l’enfant, nous protégeons ces droits et sauvons la vie d’enfants dans pratiquement chaque pays. Notre portée mondiale, notre influence sans égale sur les décideurs et nos divers partenariats nous permettent de contribuer largement à façonner un monde digne des enfants. Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine, religion ou opinion politique. Pour obtenir davantage de renseignements sur l’UNICEF, veuillez visiter notre site Web au www.unicef.ca.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca