Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L'UNICEF distribue des fournitures scolaires dans les régions touchées par un typhon aux Philippines

2010-01-03

PANGASINAN, Philippines, 4 janvier 2010 - L'école primaire Puelay, à Villasis, est l'un des nombreux établissements qui ont été inondés lorsque le typhon Pepeng (connu dans le monde sous le nom de Parma) a frappé la région au mois d'octobre.

« Trois de nos classes ont été entièrement détruites ainsi que les tables, les chaises, les tableaux et les ordinateurs », indique la directrice, Belen Bautista. La cour de récréation était recouverte de boue, et les livres des enfants comme ceux des enseignants et des enseignantes ont été endommagés. »

Avec l'aide des parents, des élèves et de la communauté locale, l'école a pu rouvrir.

Les enfants se sont mis en file dans la cour de l’école, prêts à recevoir un des sacs d’école que l'UNICEF a remis à chacun des 1 145 élèves. Chaque sac contenait des cahiers, des stylos, des crayons de couleur, de la colle, des chaussons, une bouteille pour boire et des ciseaux.

Tricia Mae, huit ans, est en troisième année et sa maison se trouve juste à côté de l'école.

« Nous étions éveillés quand l'eau est arrivée. Ma tante a dit que nous devrions aller à l'église, mais je ne me souviens pas comment nous y sommes arrivés. Quand nous sommes revenus à la maison le lendemain, tous mes vêtements avaient disparu et mes livres scolaires étaient trempés et pleins de boue. J'ai aussi perdu mes souliers », affirme-t-elle en ouvrant avec empressement son nouveau sac d’école. « Je suis heureuse d'être de retour à l'école et d'avoir des cahiers et des stylos neufs. »

« Tout le monde est revenu »

« Tout dans l'école a subi des dégâts. Cela nous a pris plus d'une semaine pour nettoyer l'école, mais à présent, les classes sont de nouveau pleines d'élèves et tout le monde est revenu », affirme Gloria Orena, une enseignante.

L'UNICEF a distribué des sacs d’école dans 23 écoles des régions sinistrées du pays, soit suffisamment de fournitures scolaires pour 30 659 élèves. Cependant, il y a encore plusieurs écoles qui ont besoin d'aide. Deux d'entre elles sont situées de l'autre côté de la rivière Agno, à Rosales.

L'école primaire Carmen et l’école secondaire d'État Robert Estrella ont toutes les deux été touchées par les inondations. Il y a de la boue dans les cours de récréation et le long des voies d’accès et plusieurs des classes n’ont plus de murs. Des livres endommagés traînent à l'extérieur, leurs titres à peine lisibles.

Besoin de plus d’aide

Le bureau du ministère de l'Éducation a donné la priorité à l'école primaire Carmen, mais il est nécessaire d’apporter plus d'aide.

« Nous manquons d'aliments et de fournitures scolaires pour les enfants et le personnel enseignant, explique le directeur, Arturo de la Cruz. Des enfants abandonnent l'école parce qu'ils ont perdu leurs livres, ce qui représente un problème. »

De nombreux élèves viennent de Carmen-Est et de Carmen-Ouest, deux des régions les plus touchées. Plusieurs centaines de familles ont perdu leur maison et beaucoup vivent chez des proches ou dans des tentes dans un nouvel emplacement à San Pedro, à proximité. Certains de ces enfants, qui manquent de livres ou d'argent pour se déplacer, trouvent qu'il est difficile de retourner à l'école.

« Je n'ai pas pu aller à l'école »

Marjon, 14 ans, vit avec sa famille dans une tente, à San Pedro.
« Je suis allé à l'école seulement une fois depuis que nous avons été évacués ici. Quand je vivais à Carmen, j'allais à l'école tous les jours et cela me rend triste de ne pas pouvoir y aller », raconte-t-il.

Permettre aux enfants de retourner à l'école aussi rapidement que possible constitue le meilleur moyen de rétablir un semblant de normalité dans la vie des enfants.

Marjon et ses amis espèrent retourner à l'école dans un proche avenir. « Je veux seulement terminer l'école pour pouvoir trouver un emploi afin d'aider ma famille », indique-t-il.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca