Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

L’UNICEF prévient que la malnutrition chez les enfants au Yémen atteint un niveau record

2016-12-12

Sanaa, le 12 décembre 2016 – Au Yémen, près de 2,2 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë et ont besoin de soins de toute urgence. Au moins 462 000 enfants souffrent de malnutrition sévère aiguë, une augmentation considérable de presque 200 pour cent depuis 2014. De plus, 1,7 million d’enfants souffrent de malnutrition modérée aiguë.

La situation des enfants gravement dénutris dans certains gouvernorats, comme Hodeida, Saada, Taizz, Hajjah et Lahej, est des plus critiques. Ces cinq gouvernorats réunis affichent le nombre le plus élevé de cas de malnutrition sévère aiguë de tout le pays. Saada présente en outre le taux le plus élevé du monde en matière de retard de croissance : huit enfants sur dix souffrent de malnutrition chronique dans certaines régions, ce qui constitue un nombre sans précédent.

« Au Yémen, la malnutrition a atteint un niveau record qui ne cesse de croître. L’état de santé des enfants dans le pays le plus pauvre du Moyen-Orient n’a jamais été aussi catastrophique qu’il l’est aujourd’hui », affirme la Dre Meritxell Relano, la représentante intérimaire de l’UNICEF au Yémen.

Le Yémen faisait déjà face à des difficultés en raison de la pauvreté largement répandue, de l’insécurité alimentaire et d’une pénurie dans les services de santé, et ce, même avant l’escalade du conflit en mars 2015. Aujourd’hui, le système de santé de ce pays est sur le point de s’effondrer.

Moins d’un tiers de la population yéménite a accès à des soins médicaux. Moins de la moitié des établissements de santé sont opérationnels. Les travailleuses et les travailleurs de la santé n’ont pas touché leur salaire depuis des mois, et les organisations humanitaires luttent pour acheminer dans le pays des fournitures essentielles à la survie, en raison de l’impasse politique qui existe entre les parties belligérantes.

Au Yémen, au moins un enfant meurt toutes les dix minutes de maladies qui peuvent être évitées, comme la diarrhée, la malnutrition et les infections respiratoires.

« La violence et le conflit ont inversé les importants progrès réalisés au cours de la dernière décennie dans la santé et l’alimentation des enfants yéménites. Des maladies, comme le choléra et la rougeole, se sont propagées et, compte tenu du nombre peu élevé d’établissements de santé opérationnels, ces épidémies frappent durement les enfants », ajoute madame Relano.

En 2016, l’UNICEF a soutenu le traitement de 215 000 enfants souffrant de malnutrition sévère aiguë au Yémen, et a procuré des vitamines et des suppléments alimentaires à plus de quatre millions d’enfants âgés de moins de cinq ans afin de renforcer leur système immunitaire. Mais ce travail essentiel à la survie est entravé par le manque de fonds et l’accès limité aux régions prises dans les combats.

« Nous demandons à toutes les parties prenant part au conflit de nous donner un accès sans entrave aux enfants dans le besoin d’un bout à l’autre du pays, afin que nous puissions distribuer de la nourriture, traiter les enfants dénutris et soutenir les services de santé du Yémen », conclut madame Relano.

Le financement constitue toujours un problème. En 2017, l’UNICEF a besoin de 70 millions de dollars US pour procurer des services alimentaires plus que nécessaires aux mères et aux enfants partout au Yémen.

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca

Remove this and add your HTML markup here.