Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Malgré les progrès réalisés en matière d’accès à l’eau potable, davantage d’efforts sont nécessaires pour assurer des services d’assainissement

2010-03-14

GENÈVE/NEW YORK, 15 mars 2010 – En raison du fait que 87 pour cent de la population mondiale, soit près de 5,9 milliards d'habitants et d’habitantes de notre planète, a accès à de l'eau potable, le monde est sur la voie d'atteindre, voire de dépasser, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en matière d'eau potable, selon le nouveau rapport du Programme commun de l’OMS et de l’UNICEF de suivi de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement (JMP) publié aujourd’hui intitulé Progress on Sanitation and Drinking- Water: 2010 Update Report (Progrès en matière d'eau potable et d'assainissement–2010 Rapport de mise à jour, en anglais seulement).

Toutefois, comme près de 39 pour cent de la population mondiale, soit plus de 2,6 milliards de personnes, est toujours dépourvue d'accès à un système d'assainissement amélioré, le rapport souligne également que beaucoup reste à faire pour tendre vers la réalisation de l'OMD en matière d'assainissement. Si la tendance actuelle se poursuit, la communauté internationale n’atteindra pas l'OMD relatif à l'assainissement en 2015 (près d'un milliard d'habitants et habitantes).

Il faut se réjouir du fait que la défécation à ciel ouvert, la pratique la plus antihygiénique, soit en déclin partout dans le monde, passant sur le plan mondial de 25 pour cent en 1990 à 17 pour cent en 2008, ce qui représente une diminution de 168 millions de personnes depuis 1990. Elle reste toutefois très répandue en Asie du Sud, où l'on estime que 44 pour cent de la population continue à déféquer à ciel ouvert.

Le rapport du JMP fait le point sur la situation actuelle et sur les tendances observées dans 209 pays et territoires par rapport aux OMD en matière d'eau potable et d'assainissement, tout en proposant une évaluation de ce que ces tendances révèlent.

« Nous reconnaissons tous l'importance vitale de l'eau et de l'assainissement pour la santé et le bien être des êtres humains, ainsi que leur rôle de moteur de développement. La question consiste désormais à savoir comment accélérer les progrès afin d’atteindre les OMD et plus particulièrement comment faire un pas de plus vers l'accès universel », a déclaré la Dre Maria Neira, qui dirige à l'OMS le Département Santé publique et environnement.

Ce rapport présente une image plus nette de l'utilisation actuelle de systèmes d’assainissement améliorés et de meilleures sources d'eau potable dans le monde. Destiné aux décideurs, aux donatrices et donateurs ainsi qu’aux organisations gouvernementales et non gouvernementales, ce rapport peut servir de référence lorsqu'il s'agit de prendre une décision ou de concentrer les efforts nécessaires en vue d’atteindre ces objectifs.

« Nous devons non seulement privilégier la réalisation des OMD en matière d'eau et d'assainissement, mais aussi le faire d'une manière équitable, en veillant à ce que les groupes les plus vulnérables et les plus difficiles à joindre aient leur part des succès obtenus ailleurs », a fait remarquer le Dr. Tessa Wardlaw, chef de la section de la statistique et du suivi à l'UNICEF.

Bien que la population mondiale soit divisée presque à parts égales entre milieux urbains et ruraux, la grande majorité des gens qui sont privés d'accès à l'eau et à l'assainissement vivent en zones rurales. Sept personnes qui n'ont pas accès à un assainissement de base sur dix habitent dans une zone rurale, tout comme plus de huit habitants qui n'ont pas accès à des sources d'eau potable améliorées sur dix.

On observe une disparité similaire entre les pauvres et ceux qui ne le sont pas. Une comparaison entre les 20 pour cent les plus riches et les 20 pour cent les plus pauvres de la population de l'Afrique subsaharienne révèle que les plus nantis ont une probabilité deux fois plus élevée de disposer d'une source d'eau potable améliorée et une probabilité presque cinq fois plus importante d'utiliser des installations d’assainissement de qualité satisfaisante. Bien que les données disponibles soient encore insuffisantes, celles dont on dispose confirment que de semblables disparités existent partout.

« Comme cinq ans seulement nous séparent de 2015, nous devons faire un bond en avant en matière d'efforts et d'investissements pour obtenir des résultats d'ici le moment de notre évaluation finale des OMD, et ce, dès aujourd'hui. », a observé Robert Bos, coordonnateur de l'équipe Eau, assainissement, hygiène et santé à l'OMS.

L'eau insalubre ainsi que des mesures d'assainissement et d'hygiène insuffisantes tuent chaque année environ 1,5 million d'enfants de moins de cinq ans. Le manque d'accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène touche la santé, la sécurité, les moyens de subsistance et la qualité de vie des enfants, affectant surtout les femmes et les jeunes filles. Elles risquent beaucoup plus que les hommes et les garçons d'être celles qui seront chargées de la corvée d'eau.

« Comme près de 884 millions de personnes dépourvues d'accès à de l'eau potable et environ trois fois plus manquent de services d'assainissement de base, nous devons agir immédiatement en tant que communauté mondiale pour assurer l'eau et l'assainissement pour tous, » a déclaré madame Clarissa Brocklehurst, chef de l'eau et de l'assainissement environnemental à l'UNICEF.

Le rapport et les données par pays seront disponibles sur le site de JMP au www.wssinfo.org et sur celui de l'OMS au www.who.int/water_sanitation_health, ainsi que sur le site de statistiques de l'UNICEF au www.childinfo.org.

Tous les communiqués de presse, aide-mémoire et autres documents destinés aux médias sont disponibles sur www.who.int et sur www.unicef.org.

-30-

À propos du JMP
Le Programme commun de l’OMS et de l’UNICEF de suivi de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement est le mécanisme officiel des Nations Unies chargé de suivre le progrès vers la réalisation de l'OMD 7 en matière d'approvisionnement en eau et d'assainissement. Les données contenues dans le rapport ont été recueillies lors d'enquêtes menées auprès des ménages pendant la période 1985–2008. Le nombre record de près de 300 séries de données a été ajouté à la base de données globale pour le rapport de cette année. Il est important de noter que les nouvelles données n'ont pas encore enregistré les répercussions de l'Année internationale de l'assainissement (2008), dont on espère qu'elle accélérera sensiblement les progrès vers l'OMD en matière d'assainissement.

À propos de l’OMS
Organisme de tutelle et de coordination de la santé au sein des Nations Unies, l'Organisation mondiale de la Santé est chargée de jouer un rôle directeur dans les affaires sanitaires à l’échelle mondiale, de déterminer les priorités de la recherche, de fixer les normes et les critères de santé publique, d’élaborer des options politiques fondées sur des bases factuelles, d’apporter son assistance technique aux pays et de suivre et d’évaluer les tendances sanitaires. Depuis sa création l'OMS a reconnu l'importance de l'eau et de l'assainissement.

À propos de l’UNICEF
L'UNICEF est à pied d'œuvre dans plus de 150 pays et territoires du monde entier pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient des programmes de santé et de nutrition pour les enfants ainsi que des programmes d’approvisionnement en eau potable et d'assainissement, dispense une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et protège les enfants contre la violence, l'exploitation et le sida. L'UNICEF est entièrement tributaire des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca