Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Pour éviter de perdre une génération d’enfants syriens, il faut mobiliser l’aide de la communauté internationale en leur faveur et investir un milliard de dollars

2014-01-07

NEW YORK, le 7 janvier 2014 — L'UNICEF, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Save the Children, World Vision et d'autres partenaires ont appelé aujourd'hui les gouvernements, les organismes humanitaires et la communauté internationale à venir en aide aux enfants de la Syrie et à soutenir la campagne Non à une génération perdue ( en anglais No Lost Generation) qui s’efforce de donner à toutes les personnes affectées par le conflit l’occasion de se bâtir un avenir plus stable et plus sûr.

Grâce à cette stratégie, dont le coût est estimé à un milliard de dollars US, ces organismes concentrent l’appui des donateurs, des donatrices et du public sur des programmes d’éducation et de protection d’une importance vitale, afin de sortir les enfants syriens de la misère et de l'isolement, et pour qu’ils guérissent de leurs traumatismes. La stratégie est présentée au public une semaine avant une grande conférence des principaux donateurs pour l'aide humanitaire à la Syrie, qui doit se tenir au Koweït.

Une importante campagne de sensibilisation du public utilisant le mot-clic #enfantssyriens est également lancée : elle utilise les médias sociaux afin de recruter des bienfaitrices et bienfaiteurs influents, et obtenir la contribution du public.

« Alors que le conflit s'approche d'un autre douloureux anniversaire, nous ne pouvons pas rester les bras croisés et voir disparaître sous nos yeux une génération entière. Le moment est venu pour les bienfaitrices et bienfaiteurs des enfants syriens de se manifester, le moment est venu que la communauté mondiale agisse et offre à ces enfants de retrouver espoir et d’avoir confiance en leur avenir », a affirmé le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.

« Si nous manquons maintenant à nos engagements envers ces enfants, toute une région va  perdre une génération de dirigeants, d’ingénieurs, d’enseignants, de médecins et, surtout, d’artisans de la paix. C’est sur cette génération que repose l'espoir d'une société stable, saine et prospère. »

Depuis près de trois ans, les enfants de la Syrie sont les plus vulnérables dans ce conflit, rappellent les quatre organisations. Ils ont vu mourir des membres de leurs familles et des proches, ils ont été témoins de la destruction de leurs écoles et ont vu s’envoler leurs espoirs. Ils ont subi des blessures physiques ou psychologiques, voire les deux. Ils sont également devenus vulnérables aux pires formes d'exploitation, y compris le travail des enfants, le recrutement dans des groupes et des forces armés, les mariages précoces, et d’autres formes de violence basée sur le sexe.

Plus d'un million de personnes réfugiées syriennes sont des enfants, et plus de 425 000 d’entre eux sont âgés de moins de cinq ans. La grande majorité de ces réfugiés ont fui au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Égypte ou en Iraq. Près de 5 000 d’entre eux sont considérés comme séparés de leur famille. La situation des plus de trois millions d'enfants déplacés à l'intérieur de la Syrie est encore plus désastreuse.

Le HCR, l'UNICEF, Save the Children, World Vision et d'autres partenaires de la région canaliseront le milliard de dollars attendus vers des programmes qui, en partenariat avec les gouvernements et les communautés locales, offrent une éducation dans des endroits sécuritaires, une protection contre l'exploitation, les mauvais traitements et la violence, ainsi que des soins et un soutien psychologique, en plus de favoriser une meilleure possibilité de cohésion sociale et de stabilité dans une région déjà volatile. Ces programmes comprennent le renforcement des systèmes de protection des enfants à l’échelle nationale et communautaire.

L'initiative élargira également l'accès à une éducation de qualité, grâce à des approches formelles et non formelles, en introduisant des programmes accélérés pour les enfants qui ont cessé d’aller à l’école, des programmes de formation professionnelle, des programmes de formation des enseignants et enseignantes, ainsi que des programmes d'incitation et des environnements sécuritaires qui permettent de réduire davantage l'exposition des enfants à d'autres risques .

En Syrie, il est indispensable d’assurer aux enfants et aux adolescents d’âge scolaire qui ont été déplacés à l’intérieur du pays un accès sécuritaire à l’éducation. L'initiative Non à une génération perdue fournira des cours de rattrapage et un soutien psychosocial organisé dans les clubs scolaires dont bénéficieront des enfants d'âge préscolaire et d'autres enfants qui ne vont plus à l’école.

« Les enfants de la Syrie ont enduré des horreurs quotidiennes inimaginables et leurs rêves d’avenir risquent d’être pulvérisés. Pour ne pas perdre cette génération d’enfants, il faudra davantage de soutien, des engagements plus importants et plus audacieux, ainsi qu’une solidarité renouvelée en vue d’éviter un cycle continu de violence, de haine et d’intolérance dans une région qui a trop souffert », a déclaré monsieur Lake.

Un site spécial a été créé au www.championthechildrenofsyria.org. Vous y trouverez des histoires d'enfants dont la vie est bouleversée par le conflit et en apprendrez davantage sur comment investir dans les enfants peut engendrer d’importantes retombées, non seulement pour les victimes actuelles de la guerre, mais pour l'avenir à plus long terme de la Syrie et de la région.

Note aux rédacteurs et rédactrices en chef

La plus grande partie du financement de la campagne Non à une génération perdue se fera par le biais de deux appels existants : le Plan de gestion régionale, axé sur les besoins des enfants syriens réfugiés, et le Plan d’aide humanitaire pour la Syrie, qui répond aux besoins des enfants syriens qui sont déplacés à l’intérieur de leur propre pays.

-30-

À l’attention des organismes audiovisuels :

Des messages d’intérêt public sont disponibles au http://weshare.unicef.org/C.aspx?VP3=SearchResult&ALID=2AM4080XNXNX

Mot-clic de la campagne : #childrenofsyria #enfantssyriens #NOlostgeneration

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca