Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Protéger les enfants vulnérables

2010-01-24

L’UNICEF et ses partenaires locaux créent des espaces sûrs à la suite de la « double catastrophe » en Haïti

PORT-AU-PRINCE, Haïti, le 25 janvier 2010 - Des représentants et représentantes de l'ONU et les dirigeants de 15 pays se réunissent aujourd'hui à Montréal afin de s'entretenir à propos de la reconstruction à long terme d'Haïti, anéanti par le tremblement de terre. Leur but : reconstruire en mieux.

VIDÉO : regarder maintenant

 

Parallèlement, l'UNICEF et ses partenaires sur le terrain apportent aux enfants le soutien et la protection essentiels à leur survie.

Jusqu’à maintenant, huit avions au total sont arrivés en Haïti et en République dominicaine, le pays voisin, chargés de fournitures d’urgence essentielles pour aider les personnes qui ont survécu au séisme. Toutefois, les opérations de secours ainsi que la reconstruction à long terme représentent un défi attribuable à la « double catastrophe » en Haïti, parce que les contraintes liées à l’extrême pauvreté et au développement qu’éprouvait le pays se sont renforcées de façon significative.

Cependant, les enfants demeurent la grande priorité dans la zone sinistrée. Il faut les retrouver, les nourrir, les garder en vie et en sécurité.

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0092/Smeets
Des enfants reçoivent de l'aide alimentaire dans un orphelinat de Pétionville, un district de Port-au-Prince, en Haïti.

Eau, nutrition et protection

Par exemple, pour empêcher les flambées de maladies d’origine hydrique, qui peuvent être particulièrement mortelles pour les jeunes enfants, la distribution d'eau potable s'est poursuivie au cours de la fin de semaine dans les 115 emplacements de la capitale, venant en aide à environ 200 000 personnes. L'UNICEF mène les opérations d’organismes de l'ONU concernant l'eau et l'assainissement en Haïti.

En partenariat avec l'Organisation mondiale de la Santé, l'UNICEF se consacre également à la nutrition des enfants, particulièrement celle des nourrissons et des jeunes enfants.

L'UNICEF poursuit ses efforts destinés à protéger les enfants haïtiens contre les mauvais traitements et l'exploitation, des enjeux qui suscitent de plus en plus l'attention près de deux semaines après la catastrophe. Une grande partie des efforts implique la mise en place d'espaces amis des enfants sûrs pour les enfants qui sont perdus ou séparés de leur famille.

Citoyens et citoyennes bénévoles

La collaboration de l’UNICEF et des organisations locales, en Haïti et dans le monde entier, contribue à permettre à l'UNICEF d’être efficace.

En Haïti, un de ces groupes, le Bureau d'implication citoyenne (BIC), a été créé à la suite du tremblement de terre pour aider les habitants et habitantes de Pétionville, dans la capitale. Le BIC mène ses opérations à partir d'une vaste habitation privée située à quelques pas de la place Boyer, un des nombreux jardins publics du district, et est dirigé par un couple du quartier.

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0091/Smeets
Olsin, âgé de 7 ans, habite Port-au-Prince. Il est devenu orphelin à la suite du tremblement de terre du 12 janvier en Haïti.

Le couple et sa fille ont recruté leurs voisins pour qu'ils aident les rescapés du tremblement de terre qui ont dû s'installer à la place Boyer et dans divers jardins publics et diverses places publiques.

Établir la confiance

« Que pouvons-nous faire d’autre sinon aider?, demande la directrice du BIC, Margarite Arsen. Nous vivons dans cette communauté. Nous connaissons les gens et ils nous connaissent. Ceux et elles qui ont installé leur abri dans le jardin public sont dans la pire situation et il y a tant d'enfants qui ont besoin qu'on s'occupe d'eux correctement. »

Les spécialistes de l'UNICEF en matière de protection de l'enfance collaborent avec le BIC pour évaluer de façon précise le nombre d'enfants et de familles qui vivent dans les jardins publics et ont besoin d'aide.

« Plus de familles et d’enfants arrivent chaque jour », explique une travailleuse humanitaire bénévole du secteur, Maria Garmendia. « Cette catastrophe entraîne divers problèmes qui touchent les enfants. Notre capacité de travailler en partenariat avec le BIC nous permet d'instaurer la confiance et nous aide à être plus efficaces. »

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0088
Cette photo de la rue principale au cœur de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, indique l'étendue des dégâts causés par le tremblement de terre.

Des espaces sûrs pour les enfants

Tout en se consacrant aux graves problèmes de santé et d'assainissement sur la place Boyer, bondée de gens, l'UNICEF et le BIC travaillent à la mise en place d'espaces sûrs pour les enfants séparés de leur famille ou non accompagnés qui vivent ici et dans d'autres jardins publics de Pétionville.

Les espaces sûrs permettent à l'UNICEF et à ses partenaires de prendre soin des enfants qui n'ont pas d'autre endroit où aller. Ils peuvent aussi servir de centres où des vivres, de l'eau et des médicaments sont offerts, près d'écoles provisoires et d'espaces récréatifs pour permettre aux enfants de soulager le stress psychosocial intense qu’ils subissent pendant et après une situation d'urgence.

Comme la moitié des Haïtiens a moins de 18 ans, ce type de protection est indispensable.

L'UNICEF appuie déjà trois centres pouvant offrir à 900 enfants non accompagnés des services pour retrouver leur famille ainsi que des services de réunification, de nutrition, de soutien psychosocial et d'aide médicale. Parallèlement, 29 autres organisations ont mis en place des centres d’accueil temporaires pour les jeunes, et quelque 300 orphelinats qui prennent soin des enfants isolés de Port-au-Prince, bien que ces établissements ne soient pas tous enregistrés officiellement.

Le nombre d'espaces sûrs dans la capitale et aux alentours devrait considérablement augmenter de façon constante dans les jours à venir.

Richard Alleyne a collaboré à ce reportage en Haïti.


 

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca