Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Si la communauté internationale n’agit pas rapidement, la vie de 35 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans sera en danger, selon un rapport de l’UNICEF

2013-09-12

TORONTO, le 12 septembre 2013 – Deux rapports publiés aujourd’hui par l’UNICEF indiquent que les efforts internationaux visant à mettre un terme aux décès pouvant être évités chez les enfants âgés de moins de cinq ans donnent des résultats, mais que la vie de millions d’enfants est toujours en danger. Selon les données présentées aujourd’hui par l’UNICEF et le Groupe interinstitutions des Nations Unies pour l’estimation de la mortalité des enfants, le taux de mortalité chez ces derniers a été réduit de moitié, passant de 12,6 millions de décès en 1990 à 6,6 millions en 2012.

« Les succès obtenus depuis 1990 visant à mettre un terme aux décès évitables chez les enfants signifient que 90 millions d’entre eux ne sont pas décédés et ont atteint l’âge de cinq ans. Nous pouvons affirmer que 90 millions de familles ont célébré un anniversaire plutôt que d’assister à des funérailles », a souligné David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

Le Rapport de situation 2013, S’engager pour la survie de l’enfant : une promesse renouvelée analyse les tendances et les causes de mortalité chez les enfants. Il établit que la baisse du taux de mortalité, qui a accéléré voire triplé depuis le début des années 1990, démontre que les efforts renouvelés, comme ceux entrepris dans le cadre de l’Initiative de Muskoka dirigée par le Canada, entraînent des retombées positives.

Selon ce rapport, l’ensemble des régions du monde affiche une forte baisse du nombre d’enfants décédés de causes évitables, quel que soit le revenu national, et ce, y compris dans les pays à faible revenu. Certains pays parmi les plus pauvres ont d’ailleurs obtenu les meilleurs résultats depuis 1990 en matière de réduction du taux de mortalité chez les enfants. Sept pays à faible revenu et à forte prévalence de mortalité chez les enfants, soit le Bangladesh, l’Éthiopie, le Libéria, le Malawi, le Népal, le Timor-Leste et la République-Unie de Tanzanie, ont en effet réduit leur taux de mortalité chez les enfants âgés de moins de cinq ans de deux tiers ou plus depuis 1990.

Bien que les efforts internationaux permettent de sauver des vies, les progrès réalisés ne sont pas assez rapides pour atteindre le quatrième objectif du Millénaire pour le développement d’ici 2015. En raison de l’état actuel des choses, l’objectif visant à réduire de deux tiers le taux de mortalité chez les enfants âgés de moins de cinq ans risque de ne pas être atteint avant 2028, et 35 millions d’enfants de plus qui auraient pu être sauvés mourront.

La pneumonie, la diarrhée et le paludisme demeurent les causes principales de décès évitables, et près de la moitié des enfants qui en souffrent meurt au cours du premier mois suivant leur naissance. Des efforts accrus s’avèrent nécessaires pour nous assurer que les enfants ont accès aux interventions essentielles à leur survie, comme les médicaments, les vaccins, les moustiquaires pour le lit imprégnées d’insecticide, les sels de réhydratation orale et le zinc, et ce, peu importe où ils vivent. Les enfants et les mères doivent être bien nourris et avoir accès à de l’eau potable et à des installations sanitaires. Les mères doivent avoir accès à des soins de santé lors de leur grossesse, afin qu’elles vivent un travail et un accouchement sécuritaires.

« Chaque jour, 18 000 enfants meurent de causes pouvant être évitées. L’ampleur des pertes humaines est non seulement incroyable, elle est honteuse. Grâce à une action concertée, des stratégies efficaces, des ressources adéquates et une puissante volonté politique, une réduction considérable de la mortalité chez les enfants est possible; les 20 dernières années ont démontré que de telles mesures permettent de sauver la vie d’enfants », a ajouté monsieur Morley.

Pour lire les deux rapports et pour en apprendre davantage sur les efforts visant à réduire le nombre de décès évitables chez les enfants, visitez le www.unicef.ca/promesse.

- 30 -

À propos du mouvement S'engager pour la survie de l'enfant : une promesse renouvelée

Une promesse renouvelée est un mouvement international visant à accélérer la stratégie Toutes les femmes, tous les enfants (lancée par monsieur Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, en vue de mobiliser et d'intensifier l'action mondiale en faveur de la santé des femmes et des enfants) au moyen d'interventions et d'actions de plaidoyer visant à accélérer le recul des décès évitables affectant les nouveau-nés, les enfants et leur mère.

Ce mouvement est né suite au forum de haut niveau de l'Appel à l'action pour la survie de l'enfant, organisé en juin 2012 par les gouvernements des États-Unis, de l’Éthiopie et de l’Inde, en collaboration avec l'UNICEF, et durant lequel les participants ont étudié les solutions possibles permettant de faire progresser la survie de l'enfant. Le forum a permis aux partenaires du gouvernement, de la société civile et du secteur privé de redynamiser leur engagement en faveur de la survie de l'enfant.

Note à l'intention des organismes audiovisuels : vous trouverez des vidéos (informations et rouleau B récents) sur le Bangladesh, le Brésil, l'Éthiopie et l'Ouganda au http://weshare.unicef.org/mediaresources.

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca