Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Tremblement de terre au Népal : l’éducation de près d’un million d’enfants est compromise, affirme l’UNICEF

2015-05-07

Des photos et des vidéos peuvent être téléchargées au http://uni.cf/1HH6SbO.

KATMANDOU, le 7 mai 2015 – Au Népal, l’UNICEF estime qu’au moins 950 000 enfants ne pourront pas retourner à l’école, à moins que des mesures ne soient prises de toute urgence pour leur procurer des espaces d’apprentissage temporaires et réparer les établissements scolaires endommagés lors du séisme du 25 avril. Le tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 qui a ébranlé le pays il y a douze jours a causé des dommages et la destruction de près de 24 000 écoles, et beaucoup d’autres ont été endommagées en raison des répliques sismiques.

L’ampleur de la crise en matière d’éducation risque de s’accentuer au cours des prochains jours et semaines, au fur et à mesure que de nouvelles données proviendront des régions reculées. Les écoles doivent rouvrir le 15 mai.

« Près d’un million d’enfants qui étaient inscrits à l’école avant le tremblement de terre pourraient aujourd’hui découvrir qu’ils n’ont aucun établissement scolaire où aller », explique Tomoo Hozumi, le représentant de l’UNICEF au Népal.

« Les enfants dont la vie a été bouleversée par le séisme ont besoin de toute urgence d’une aide essentielle à leur survie, comme de l’eau potable et un abri. Lors de situations d’urgence, les écoles, même temporaires, jouent elles aussi un rôle primordial, car elles permettent de minimiser l’interruption de l’apprentissage des enfants, les protègent de l’exploitation et des mauvais traitements, et leur permettent de recevoir l’information nécessaire pour rester en bonne santé et en sécurité. Aller à l’école permet également aux enfants de reprendre leurs habitudes, ce qui peut les aider à surmonter l’expérience qu’ils ont vécue. »

Dans les districts durement touchés de Gorkha, de Sindhupalchok et de Nuwakot, on estime que plus de 90 pour cent des écoles ont été détruites, tandis que près de 80 pour cent des établissements scolaires de Dhading se sont effondrés. Dans certaines régions, y compris à Katmandou et à Bhaktapur, près de neuf écoles sur dix qui ont survécu au séisme servent d’abris d’urgence.

L’UNICEF craint que les grands progrès réalisés au cours des 25 dernières années en matière d’accroissement du taux de scolarisation au Népal, qui est passé de 64 pour cent en 1990 à plus de 95 pour cent aujourd’hui, n’accusent un sérieux recul au lendemain de la catastrophe.

Le taux élevé de décrochage scolaire au Népal constituait déjà une préoccupation majeure. Près de 1,2 million d’enfants népalais âgés de 5 à 16 ans n’ont jamais fréquenté l’école ou l’ont abandonnée. L’expérience de l’UNICEF démontre que les enfants non scolarisés pendant de longues périodes, y compris lors de situations d’urgence, deviennent de moins en moins susceptibles de retourner à l’école.

« Nous devons absolument mettre en place de nouveaux espaces d’apprentissage, inspecter et réparer les bâtiments, et mener une campagne de sensibilisation encourageant les familles à renvoyer leurs enfants à l’école et à la maternelle », ajoute monsieur Hozumi.

« Une interruption prolongée de l’éducation peut s’avérer dévastatrice pour le développement de l’enfant et ses perspectives d’avenir. »

L’UNICEF et ses partenaires font tout ce qu’ils peuvent pour ramener les enfants à l’école dès que possible; ils s’emploient notamment à établir des espaces adaptés aux enfants et des espaces d’apprentissage temporaires dans 14 districts touchés par le tremblement de terre. L’établissement d’un système d’évaluation de la structure et de la sécurité des bâtiments scolaires encore debout est également en cours, tandis que l’UNICEF aide le gouvernement à élaborer des directives nationales concernant l’utilisation des écoles en guise d’abris pendant les situations d’urgence.

L’UNICEF a lancé un appel de fonds de 50 millions de dollars US en appui à ses opérations d’aide humanitaire au Népal pour les trois prochains mois, dans le cadre d’un plus vaste appel d’urgence interagences.

— 30 —

Pour faire un don, veuillez visiter le unicef.ca ou composer le 1 877 955-3111. Tous les dons faits à l’UNICEF du 25 avril au 25 mai 2015 seront jumelés par le gouvernement du Canada.

Des photos et des vidéos peuvent être téléchargées au http://uni.cf/1HH6SbO.

À propos de l’UNICEF :

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit. Pour en savoir plus sur l’UNICEF, veuillez visiter le www.unicef.ca.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca