Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Tsunami : cinq ans après, un rapport de l’UNICEF souligne les objectifs atteints en matière de secours et de reconstruction

2009-12-17

GENÈVE, 18 décembre 2009 – Cinq ans après que le gigantesque tsunami s’est étendu dans tout l’océan Indien à la suite d’un tremblement de terre au large des côtes indonésiennes, l’UNICEF a publié un rapport présentant les résultats de ses programmes de secours et de reconstruction menés dans les huit pays touchés. Les événements tragiques du 26 décembre 2004 ont eu des effets destructeurs d’une ampleur sans précédent. Près de 230 000 personnes ont été tuées, des femmes et des enfants pour la plupart. Des communautés ont été dévastées, des moyens de subsistance anéantis, des maisons, des écoles et des centres de santé emportés par les flots. Mais du fait de l’ampleur même de la catastrophe et de la mobilisation massive des secours internationaux, de nombreuses possibilités de rétablir les services de base et de reconstruire en mieux ce qui avait été détruit se sont présentées.

La communauté internationale s’est engagée à verser 14 milliards de dollars US aux opérations de secours et de reconstruction dans les pays touchés par le tsunami. Par ailleurs, l’UNICEF a reçu 694,7 millions de dollars US pour le tsunami dont les trois quarts de cette somme ont été recueillis par les comités nationaux.
 
Comme le rapport l’indique, des possibilités de reconstruire en mieux ce qui a été détruit sont apparues non seulement dans le secteur des services de base – santé, éducation, eau et assainissement – mais également en ce qui concerne la sécurité des communautés vulnérables aux catastrophes naturelles ou aux conflits violents ainsi que la sécurité des enfants vulnérables.

En Indonésie, par exemple, « la mobilisation sans précédent de la communauté internationale à la suite du tsunami a permis de renforcer le processus de paix entre le gouvernement indonésien et le mouvement séparatiste GAM (Free Aceh Movement) comme jamais auparavant », peut-on lire dans le rapport, qui cite à ce sujet l’accord de paix signé entre les deux parties en août 2005. Au-delà des secours apportés immédiatement après le tsunami, les efforts de reconstruction de l’UNICEF sont déployés à la fois dans les régions touchées par le tsunami et dans celles où surgissent des conflits. Il s’agit là d’une décision stratégique visant à consolider la paix établie à la suite du tsunami.
 
En Thaïlande, les programmes de reconstruction ont contribué pour beaucoup à la mise en place de dispositifs nationaux de renforcement de la protection de l’enfance. Un modèle de Système de surveillance de la protection de l’enfance (Child Protection Monitoring System) a été instauré en 2007 pour analyser et suivre la situation des enfants devenus orphelins en raison du tsunami, ainsi que d’autres enfants en situation à risque. Ce modèle a ensuite été étendu, de 27 sous-districts en 2007 à 36 en 2008. On envisage actuellement de le mettre en œuvre à l’échelle nationale.

Le rapport met également en évidence certains enseignements importants tirés des opérations de secours et de reconstruction. Il est par exemple essentiel de veiller à ce que les gouvernements, les organismes internationaux et les ONG partenaires coordonnent leurs activités, de façon à se compléter afin d’éviter le dédoublement d’efforts. Il faut également faire en sorte que toutes les parties concernées soient mieux préparées à faire face à d’éventuelles situations d’urgence.

Le rapport indique également qu’au Myanmar, par exemple, les leçons que l’UNICEF a tirées de la mobilisation à la suite du tsunami ont permis d’améliorer la préparation et les interventions menées lors d’autres situations d’urgence. À la suite du cyclone Mala et d’autres situations d’urgence en 2006, l’UNICEF a réussi à mobiliser et à livrer rapidement dans les régions touchées des produits de secours, dont des trousses pour la famille, des moustiquaires pour le lit imprégnées d’insecticide et des médicaments essentiels destinés aux centres de santé des régions touchées. À la suite du cyclone Nargis en 2008, l’UNICEF a distribué des trousses de survie pour les enfants permettant de traiter jusqu’à 600 000 crises de diarrhée, 300 000 cas de pneumonie et 60 000 cas de prévention d’hémorragie après un accouchement, et 6 200 cas de septicémie et de grave pneumonie néonatale. L’UNICEF a également apporté son appui à des programmes d’alimentation thérapeutique qui visent à répondre aux cas de malnutrition aiguë sévère qui ont été détectés.

Les programmes de rétablissement sont maintenant terminés dans certains pays et les activités de longue durée ont été confiées aux autorités nationales ou intégrées aux programmes existants des bureaux de pays de l’UNICEF. Étant donné l’ampleur des activités de reconstruction à mener en Indonésie et à Sri Lanka, l’UNICEF continuera à appuyer ces activités jusqu’à la fin de l’année 2010.

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca