Skip to main content
UNICEF Canada Close

Aidez-nous à sauver des vies en vous inscrivant

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Un Haïti digne de ses enfants et de ses jeunes

2010-03-29

NEW YORK, 30 mars 2010 – À la veille de la conférence internationale des donateurs pour Haïti aux Nations Unies, Aide à l’enfance, SOS Villages d’enfants International, Plan International, Vision mondiale Internationale, Oxfam et l’UNICEF ont rappelé qu’il était capital que les enfants, les jeunes et leur famille respective soient placés au centre des efforts de reconstruction.

Au cours d’une série de discussions de groupe qui se sont tenues dans tout le pays du 26 février au 5 mars, de jeunes Haïtiens âgés de 5 à 24 ans ont exprimé leur point de vue sur des questions qui les concernent, comme l’égalité des sexes, le handicap, la violence et la maltraitance, la réduction des risques de catastrophe, ainsi que leurs propres droits et responsabilités après le séisme, alors que leur nation émerge des récents tremblements de terre.

Les organisations humanitaires qui s’occupent des questions relatives aux enfants affirment que pour réussir la transformation d’Haïti, il est indispensable de permettre à ses citoyens et citoyennes les plus jeunes de s’exprimer avec force sur l’avenir du pays et de participer activement au débat concernant sa reconstruction, et ce, sous tous ses aspects.

Au cours d’une récente étude d’évaluation des risques après la catastrophe menée auprès d’un millier d’enfants, beaucoup d’entre eux ont indiqué que leur priorité consistait à retourner à l’école le plus rapidement possible. « Je veux qu’on respecte les droits de l’enfant et que tous les enfants connaissent leurs droits. Je veux aussi que tout le monde ait accès à l’éducation », a affirmé Daphmika, 15 ans, qui a survécu au séisme, à Port-au-Prince.

Les enfants, les adolescentes et les adolescents de moins de 15 ans représentent près de 40 pour cent de la population haïtienne et les jeunes de 15 à 24 ans, 20 pour cent. Même avant le tremblement de terre, les besoins de nombreux jeunes Haïtiens n’étaient pas satisfaits. Près d’un enfant sur quatorze mourait avant l’âge de cinq ans et ceux qui survivaient souffraient d’un taux de malnutrition élevé. Environ 50 pour cent des enfants haïtiens ne fréquentaient pas l’école primaire et seulement 18 pour cent des garçons et 21 pour cent des filles étudiaient dans une école secondaire.

Le gouvernement d’Haïti a indiqué qu’il s’engageait à accorder la priorité aux besoins des enfants et des jeunes, mais le séisme a terriblement compliqué la tâche difficile d’assurer le bien-être des citoyens et des citoyennes les plus jeunes d’Haïti. Sur le million d’enfants vivant dans la zone du séisme, un grand nombre étaient déjà vulnérables, et les risques qu’ils courent se sont accrus parce qu’ils ont perdu leur famille ou en ont été séparés, et en raison des déplacements, de la malnutrition, des maladies, des traumatismes psychologiques et de la maltraitance.

Aide à l’enfance, SOS Villages d’enfants International, Plan International, Vision mondiale Internationale, Oxfam et l’UNICEF soulignent que les enfants sont particulièrement éprouvées par la situation d’urgence en Haïti. Ces organismes ont fourni des secours d’urgence aux enfants et à leur famille respective, notamment des abris, des vivres, des fournitures médicales, du matériel pour l’eau et l’assainissement, et des services de protection de l’enfance. La création de tentes-écoles a permis ramener la vie des enfants à un état plus normal et leur redonner un sentiment de sécurité.

Pour qu’à la suite de cette catastrophe Haïti devienne un endroit où les enfants et les familles puissent survivre et s’épanouir, il faudra une intervention globale et durable, bénéficiant de fonds provenant du monde entier, qui permettra d’établir un système de protection de l’enfance solide et donnant accès à des soins de santé ainsi qu’à une éducation de qualité. Il est impératif de reconnaître que les enfants et les jeunes disposent de beaucoup de ressources, qu’ils représentent des agents du changement et les protagonistes de leur propre développement.

Aide à l’enfance, SOS Villages d’enfants International, Plan International, Vision mondiale Internationale, Oxfam et l’UNICEF collaborent étroitement sur le terrain comme sur le plan international pour donner un appui cohérent et coordonné aux enfants en Haïti afin de leur offrir un avenir prometteur.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Marcèle Lamarche, UNICEF Québec, tél. 514 288-5134 poste 8431, courriel : mlamarche@unicef.ca

Janine Kandel, UNICEF New York, tél. : + 1 212 326-7684, courriel : jkandel@unicef.org

Tamar Hahn, UNICEF Panama, tél. : + 507 301-7485, courriel : thahn@unicef.org

Jenessa Bryan, SOS Villages d’enfants International, tél. : +1 917 208-3472,
courriel : jenessa.bryan@sos-kd.org

Amy Parodi, Vision mondiale Internationale, tél. : + 1 253 815-2386, courriel : aparodi@worldvision.org

Nicole Widdersheim, Oxfam International, tél. : +1 212 687-3018, courriel : nicole.widdersheim@oxfaminaternational.org

Robin Costello, Plan USA, tél. : +1 401 829-2796, courriel : Robin.Costello@planusa.org

Kate Conradt, Aide à l’enfance, tél. : + 1 202 640-6631, courriel : kconradt@savechildren.org

Renseignements:

Stefanie Carmichael, Spécialiste des communications, (416) 482-6552 poste 8866, scarmichael@unicef.ca