Skip to main content
UNICEF Canada Close

Abonnez-vous à notre infolettre

L’abonnement à notre infolettre signifie bien plus qu’une simple inscription à une autre liste d’envois de courriels. En vous y abonnant, vous contribuez à la lutte pour la survie de l’enfant. Vous ferez partie d’un effort mondial visant à protéger les enfants, en toutes circonstances.

Close

Recherche

J’aimerais faire un don :

Un millionième enfant réfugié : un cap honteux franchi dans le cadre de la crise en Syrie

2013-08-23

GENÈVE/NEW YORK, le 23 août 2013 – Un autre cap honteux a été franchi en raison de la guerre en Syrie, qui en est à sa troisième année; un million d’enfants syriens ont dû fuir leur pays en tant que réfugiés, ce qui représente un plus grand nombre d’enfants que tous les enfants de la Colombie-Britannique.

« Ce millionième enfant réfugié n’est pas qu’une autre statistique. C’est un enfant en chair et en os qui a quitté sa maison, qui est peut-être même séparé de sa famille, et qui est témoin d’horreurs dont nous commençons à peine à comprendre l’ampleur », a déclaré le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.

« Ce qui est en jeu n’est rien de moins que la survie et le bien-être d’une génération d’enfants. Les jeunes de la Syrie perdent leur maison, des membres de leur famille et leur avenir. Même après avoir franchi une frontière afin d’être en sécurité, ils sont traumatisés, déprimés, et ont besoin d’une raison de garder espoir », a affirmé António Guterres, le Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Selon les deux agences, les enfants comptent pour la moitié des personnes réfugiées en raison du conflit en Syrie. La plupart se trouvent au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Iraq et en Égypte. De plus en plus de Syriennes et de Syriens s’enfuient vers l’Afrique du Nord et l’Europe.

Selon ce qu’indiquent les données les plus récentes, plus de 740 000 enfants syriens réfugiés sont âgés de moins de 11 ans.

« En Iraq, j’ai vu les défis énormes auxquels se heurtent les familles syriennes, mais j’ai aussi constaté leur courage, leur détermination et leur dignité. Ces personnes ont été une source d’inspiration pour moi, comme pour nos équipes, qui s’emploient jour et nuit à apporter des secours d’urgence. En tant que Canadiens et Canadiennes, nous ne devons pas perdre de vue qu’il n’existe aucun enfant ennemi. Les enfants sont toujours innocents et ils ont tous et toutes le droit de survivre » a expliqué monsieur David Morley, le président et chef de la direction d’UNICEF Canada.

Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), quelque 7 000 enfants ont été tués en Syrie pendant le conflit. Le HCDH et l’UNICEF estiment que plus de deux millions d’enfants ont été déplacés à l’intérieur du pays.

Devoir quitter son domicile, ainsi que la peur, le stress et les traumatismes vécus par tant d’enfants ne représentent qu’une partie de la crise humaine. Les deux organismes mettent également en évidence les menaces qui pèsent sur les enfants réfugiés, par exemple le travail des enfants, le mariage précoce, ainsi que le risque d’exploitation sexuelle et celui d’être soumis au trafic d’êtres humains. Plus de 3 500 enfants en Jordanie, au Liban et en Iraq ont franchi les frontières syriennes en étant non accompagnés ou séparés de leur famille.

« Nous devons toutes et tous avoir honte, car bien que nous nous employons à soulager les souffrances des personnes dont la vie est bouleversée par cette crise, la communauté internationale a failli à ses responsabilités envers cet enfant. Nous devons nous arrêter et nous demander comment, en toute conscience, nous pouvons continuer de négliger les enfants de la Syrie », a déclaré Anthony Lake.

Dans le cadre de la plus vaste intervention humanitaire de l’histoire, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et l’UNICEF ont mobilisé leurs efforts pour venir en aide aux millions d’enfants et de familles touchés.

Cette année, par exemple, plus de 1,3 million d’enfants dans les camps de réfugiés et dans les communautés d’accueil se trouvant dans les pays voisins ont été vaccinés contre la rougeole grâce à l’aide de l’UNICEF et de ses partenaires. Près de 167 000 enfants réfugiés ont reçu une aide psychosociale; plus de 118 000 enfants ont pu poursuivre leurs études à l’intérieur et à l’extérieur d’établissements scolaires; et plus de 222 000 personnes ont été approvisionnées en eau potable.

L’UNHCR a enregistré la totalité du million d’enfants et a procuré à chacun d’eux une identité. L’organisme a fait en sorte que les bébés nés en exil obtiennent un acte de naissance et ne deviennent pas des apatrides. L’agence veille également à ce que toutes les familles et tous les enfants réfugiés vivent dans un abri sécuritaire.

Selon les deux agences, il reste encore beaucoup de travail à faire. Le Plan d’action régional pour les réfugiés syriens, pour lequel trois milliards de dollars américains ont été demandés afin de répondre aux besoins criants des réfugiés, et ce, jusqu’en décembre de cette année, n’a reçu que 38 pour cent des fonds.

Plus de cinq milliards de dollars américains ont été demandés pour intervenir dans le cadre de la crise qui sévit en Syrie et pour répondre aux besoins essentiels des enfants et des jeunes dans les communautés d’accueil en matière d’éducation, de soins de santé et d’autres services. Davantage de ressources doivent être consacrées à la mise en place de solides réseaux de repérage des enfants réfugiés exposés aux dangers, afin de leur apporter de l’aide, à eux comme à leur communauté d’accueil.

Obtenir des fonds supplémentaires ne représente toutefois qu’une partie des interventions nécessaires pour répondre aux besoins des enfants.

Bien qu’intensifier les efforts pour trouver une solution politique à la crise en Syrie est primordial, les parties prenant part au conflit doivent cesser de cibler des civils et de recruter des enfants. Les enfants et leur famille doivent pouvoir quitter la Syrie, et les frontières doivent rester ouvertes, afin qu’ils puissent les franchir en toute sécurité.

Ceux et celles qui manquent à ces obligations en vertu du droit international humanitaire doivent être tenus entièrement responsables de leurs actes, affirment les deux agences.

Vous pouvez appuyer les programmes d’aide, qui sont essentiels, en effectuant un don au unicef.ca/syrie.

-30- 

À PROPOS DE L’UNICEF

L’UNICEF a sauvé la vie d’un plus grand nombre d’enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d’urgence, donnons accès à de l’eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu’un accès à l’éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l’UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l’UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n’importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu’il soit. 

Renseignements:

Karine Morin, Spécialiste des communications, (514) 288-5134 poste 8425, kmorin@unicef.ca